La BERD approuve une nouvelle stratégie économique pour le Tadjikistan

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a approuvé une nouvelle stratégie pour le Tadjikistan, définissant les priorités de la banque dans le pays pour la période 2020-2025 et aborde des questions telles que l’environnement macroéconomique volatil du Tadjikistan, le climat des affaires difficile et la vulnérabilité au changement climatique.

Au cours de la période, la BERD visera à améliorer les infrastructures du Tadjikistan, sa connectivité régionale et les possibilités d’emploi dans un pays qui compte l’une des populations les plus jeunes dans lesquelles la banque investit.

Les priorités opérationnelles et stratégiques de la BERD au Tadjikistan reposeront sur trois piliers : Renforcer la compétitivité des entreprises du pays et améliorer son environnement commercialFavoriser l’intégration régionale, la réforme énergétique et la connectivité des infrastructures ; et favoriser un accès plus large à de meilleures infrastructures et services aux entreprises pour les femmes, les jeunes et les régions sous-développées.

La coopération régionale est essentielle au développement économique durable du Tadjikistan, à l’expansion de son commerce et à sa sécurité énergétique. Des évolutions économiques positives, notamment l’amélioration des relations et de la connectivité interétatiques, permettront à la BERD de soutenir les réformes nécessaires et de faciliter la transition du pays vers une croissance basée sur le secteur privé. On peut comprendre que le but rechercher est de mener une contre stratégie à l’influence de l’initiative chinoise des nouvelles routes de la soie.

La BERD visera à accroître la taille et la portée de ses opérations, à financer des projets d’infrastructure et d’énergie et à soutenir les entreprises du secteur privé. À ce jour, la BERD a investi 839 millions d’euros dans 135 projets dans divers secteurs de l’économie du Tadjikistan.

L’Union européenne a identifié l’Asie centrale comme une zone stratégique, au moment où de nombreux analystes disent que l’UE a trop délaissé la région au dépend de la Chine via son initiative Belt & Road (BRI). 

Le 1er mars, le président tadjik Emomali Rahmon a rencontré Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et directeur du bureau de la Commission des affaires étrangères du Comité central du PCC, les deux parties réaffirmant engagements à renforcer les liens.

Au cours de la réunion, Yang a rappelé que l’année dernière, le président chinois Xi Jinping et Rahmon ont convenu de construire conjointement une communauté de développement et de sécurité Chine-Tadjikistan et ont défini un nouveau plan pour développer les relations entre les deux pays.

Les deux parties ont convenu de travailler conjointement sur les projets de la BRI, d’accroitre la synergie des stratégies de développement et la coopération, a déclaré Yang.

Le Tadjikistan considère le développement des relations avec la Chine, y compris la mise en œuvre des principaux projets de coopération BRI, comme une priorité de politique étrangère, a déclaré Rahmon.

Retrouvez nos article sur le Tadjikistan :

%d blogueurs aiment cette page :