#17 Dushanbe- 2 – La centrale thermique chinoise au secours de la pénurie d’électricité

Le Tadjikistan a souffert pendant de nombreuses années d’une grave pénurie d’électricité en hiver car le pays dépendait de l’énergie hydroélectrique qui s’abaissait de façon importante pendant la saison sèche. L’utilisation limitée de l’électricité et du chauffage est donc assez courante dans tout le pays.

En 2011, le gouvernement tadjik et la compagnie d’énergie chinoise TBEA ont lancé conjointement le projet de la centrale thermique Dushanbe-2, une centrale de production combinée de chaleur et d’électricité d’une capacité totale installée de 400 mégawatts.

Cette centrale ne coutera pas un centime au gouvernement tadjik. Comme l’a révélé le média Asia-Plus le 11 avril 2019, citant un responsable du département de géologie de l’État. TBEA, basé au Xinjiang, a reçu la concession pour développer la mine Upper Kumarg dans la région de Sughd, dans le nord du Tadjikistan, en échange de la construction de cette centrale thermique.

Les travaux sur cette centrale thermique ont été achevés en décembre 2016 pour un coût total de 349 millions de dollars. Sur ce budget global, environ 17,4 millions de dollars ont été fournis par le gouvernement tadjik.

La station répond maintenant à 60% de la demande en énergie de la ville. Parallèlement, l’usine a permis de redémarrer le chauffage central de plus de 700 000 habitants de Douchanbé après 15 ans de suspension.

« L’achèvement de la centrale thermique de Dushanbe-2 a résolu le problème de pénurie d’électricité qui sévit depuis longtemps dans le pays en hiver », a déclaré Wang Jian, directeur du bureau de la TBEA au Tadjikistan.

La situation actuelle en 2019

À l’heure actuelle, seules deux unités de la centrale thermique de Dushanbe-2 fonctionnent et produisent jusqu’à 4,2 millions de kWh d’électricité, rapporte la société Barqi Tojik. La capacité totale de Dushanbe-2 est de 400 MW d’électricité et de 360 ​​Gcal de chaleur. La société est en mesure de générer quotidiennement jusqu’à 9 millions de kW / h d’électricité, ce qui représente plus de 60% des besoins de la capitale.

La situation dans les zones rurales devrait se résoudre dans les années à venir avec le lancement en 2018 de gros investissements pour résoudre les conditions d’acheminement de l’électricité vers les régions excentrées.

Selon le portail Barknest.tj, qui surveille quotidiennement la situation en matière d’approvisionnement en énergie, depuis le 2 octobre 2018, certaines régions (Gissar, Rasht, Rudaki, Nurabad, Tavildara, Shahrinav, Asht, J. Rasulov, Devashtich , Shahriston, Muminabad, Nosiri Khusrav, Shakhritus) ne recevaient de l’électricité que 7 à 8 heures par jour. Ceci en raison des travaux sur les infrastructures dédiées.

« Nous disposons de ressources suffisantes pour alimenter pleinement la république en électricité. Cependant, pour cela, il est nécessaire de procéder à des travaux de réparation afin que l’infrastructure en hiver fonctionne correctement », a conclu à Barqi Tojik.

Certaines sociétés énergétiques associent les arrêts de la «lampe» au remplissage du réservoir de la centrale hydroélectrique de Rogun.

« Puisqu’une partie de l’affluent Vakhsh est retenu pour remplir le réservoir de Rogun, le HPN de Nurek en aval a commencé à recevoir moins d’eau que d’habitude » a expliqué un scientifique de l’énergie sous le couvert de l’anonymat.

L’Energie électrique au Tadjikistan

Le secteur de l’électricité comprend la société d’énergie Barqi Tojik, trois producteurs indépendants d’électricité (IPP) et une concession regroupant production et distribution dans l’Oblast autonome de Gorno-Badakhshan (GBAO). BT appartient à 100% au gouvernement. Elle possède et exploite la plupart des centrales de production d’électricité et est également responsable des services de transport, de répartition et de distribution de l’électricité pour environ 8 millions de personnes dans toutes les régions du pays, à l’exception de la GBAO. Deux des centrales, les centrales hydroélectriques de Sangtuda-1 et de Sangtuda-2, ont été construites grâce à des investissements de sociétés d’État russes et iraniennes, et fournissent de l’électricité à BT dans le cadre de contrats d’achat d’électricité (PPA) d’une durée de 20 ans. Le troisième IPP – Rogun HPP est le projet phare du pays qui pourrait l’amener à exporter vers les pays voisins. Pamir Energy Company (PEC) produit et fournit de l’électricité à environ 200 000 personnes dans le cadre de l’accord de concession de GBAO, d’une durée de 25 ans.

Les exportations d’électricité augmentent et la connectivité régionale s’améliore. À l’heure actuelle, BT exporte environ 2 500 GWh d’électricité par an, y compris vers l’Ouzbékistan, mais la synchronisation entre le Tadjikistan et le réseau ouzbek et la mise en service prévue du projet CASA-1000 de 1 000 MW en Asie centrale et en Asie du Sud (CASA-1000) en 2022 devraient être poursuivies. BT est actuellement en train de mettre en œuvre d’importants projets visant à améliorer la connectivité régionale et à accroître sa participation au commerce régional de l’électricité.

Sources

https://eurasianet.org/tajikistan-chinese-company-gets-gold-mine-in-return-for-power-plant

https://news.tj/en/news/tajikistan/economic/20181004/tpp-dushanbe-2-has-started-to-generate-electricity

Rapport sur l’énergie de la Banque mondiale : http://documents.worldbank.org/curated/en/841221549264400379/pdf/Concept-Stage-Program-Information-Document-PID-Tajikistan-Power-Sector-Financial-Recovery-P168211.pdf