Israël s’inquiète de la lutte maritime en Méditerranée et de la place de la Chine.

La présence croissante de la Chine dans la région méditerranéenne dans le cadre de l’Initiative la Ceinture et la Route devrait être une source de préoccupation , ont déclaré des experts au Jerusalem Post

« Ce qui nous préoccupe, c’est l’initiative de la Chine en matière de ceinture et de route et son rôle croissant dans le domaine maritime d’Israël, en particulier le port de Haïfa », a déclaré au journal le contre-amiral (retraité) Shaul Chorev du Haifa-Hudson Institute Consortium sur la Méditerranée orientale (Institut Hudson et Centre de recherche sur les politiques et stratégies maritimes de Haïfa).

Selon un rapport de l’Institut Mercator pour l’étude de la Chine, un groupe de réflexion allemand de premier plan, 3 200 Chinois, dont beaucoup de vétérans de l’ armée populaire de libération de la Chine – employée par 20 sociétés de sécurité privées enregistrées.

Ces sociétés de sécurité opèrent dans des pays comme le Soudan, le Pakistan et l’Irak, où le risque d’enlèvement ou d’attaque contre des travailleurs chinois est élevé en raison de troubles politiques. 

En Israël, la Chine a investi dans de grands projets d’infrastructure, notamment l’expansion des ports de Haïfa et d’Ashdod, la construction des tunnels du mont Carmel à Haïfa et la construction du tramway de Tel-Aviv. Ailleurs au Moyen-Orient, y compris la Turquie, divers émirats du Golfe et l’Iran – qui est le principal partenaire commercial de la Chine -, Pékin a également été actif dans la construction de projets d’infrastructure.

Selon l’amiral (res.) Gary Roughead, 29ème chef des opérations navales et commandant du commandement des forces de la flotte des États-Unis, la capacité de recueillir des informations par des systèmes civils à partir de systèmes militaires devrait préoccuper Israël et les États-Unis. 

«Dans un monde où tant de choses dépendent de la manière dont les informations circulent, les types de systèmes que nous utilisons et la capacité à collecter des informations et des renseignements de ces systèmes sont très préoccupants», a averti Roughhead, enseignant à l’Université de Haïfa. 

«Ce n’est pas seulement une personne qui écoute, mais quelle est la technologie utilisée dans les systèmes commerciaux qui peuvent se perdre dans les systèmes militaires. Dans quelle mesure sont-ils vulnérables aux interférences ? Israël et le port de Haïfa devraient se préoccuper de cela. Qu’est-ce qui est testé sur un navire de guerre israélien et avec quelle facilité ces signaux peuvent-ils être captés ? Quels sont les mécanismes mis en place pour prévenir cela ? » 

L’atelier, organisé à l’Université de Haïfa, a évalué l’avenir de la guerre maritime dans la région ainsi que divers développements stratégiques. L’atelier a également examiné les moyens par lesquels Israël et les États-Unis peuvent coopérer dans le domaine maritime.
Selon Douglas Feith, directeur au Centre pour les stratégies nationales de sécurité à l’Institut Hudson, une technologie cyber-défense civile à des fins commerciales « sont en haut de la liste de ce que les forces militaires devraient adapter et utiliser à leurs propres fins. » 

Les rencontres et le commerce entre Israël et la Chine ont considérablement augmenté ces dernières années. Selon les données du Bureau central des statistiques israélien, les exportations vers la Chine ont atteint 2,8 milliards de dollars au premier semestre de 2018, soit une augmentation de 73% par rapport à l’année précédente. 

Lors de sa visite à Pékin en 2017, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que la Chine représente un tiers des investissements dans le secteur de la haute technologie en Israël. 

L’initiative Belt and Road, a ajouté Feith, doit être examinée sous différents angles.

«Si vous envisagez d’analyser cette initiative, vous devriez l’examiner de tous les points de vue», a-t-il déclaré. «La plupart des militaires utilisent la technologie civile, et c’est l’une des raisons pour lesquelles les Chinois privilégient les activités économiques telles que l’expansion des ports. Ce ne sont pas seulement des activités commerciales, mais commerciales avec des implications militaires. « 

Cette crainte de la Chine n’est pas nouvelle, notamment chez les pays qui accueillent de nombreux investissements chinois, pour le moment le gouvernement israélien n’a pas communiqué sur les suspicions soulevées par ces cercles de réflexion, proches des Etats-Unis.

Sources :
– Jerusalem Post

Publicités

Catégories :Moyen Orient, Route maritime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s