Les officiels chinois et koweitiens se sont entretenus sur l’avenir commun des deux pays, l’ initiative la Ceinture et la Route de la Chine et la vision 2035 du Koweït étaient au coeur des synergies à développer.

Le 6 avril, le Koweït et la Chine ont discuté de la promotion de l’économie numérique lors d’un forum virtuel, dans le but de renforcer la coopération dans plusieurs domaines afin de défendre les intérêts des deux pays et de répondre aux aspirations de leurs peuples. Sur la base de l’intention de diversifier son économie, le Koweït considère l’économie numérique comme l’une des applications les plus importantes dans lesquelles investir davantage.

Basée principalement sur le pétrole, l’économie koweïtienne souffre en raison de la baisse drastique des prix du pétrole observée au cours de la période écoulée, qui a conduit à un déficit de son budget. La diversification de l’économie réduira la dépendance vis-à-vis du pétrole et contribuera à améliorer son économie et, par conséquent, à augmenter ses revenus en développant davantage de projets créant plus d’emplois pour les Koweïtiens. Pour la Chine, cette décision stimulera la coopération avec le Koweït et étendra ses activités dans les pays du Golfe. 

Au cours du forum, un certain nombre de hauts fonctionnaires du Koweït et de Chine se sont concentrés sur le projet de l’initiative la Ceinture et la Route basé sur les normes internationales de mondialisation grâce au développement économique et à l’intelligence artificielle.

S’exprimant lors du forum, le vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie du Koweït, Abdulwahab Al-Wazzan, a déclaré qu’à la lumière de l’économie numérique et de l’ère de transformation économique mondiale, le Koweït a été le premier pays du golfe a avoir répondu favorablement au projet de la BRI. 

Il a déclaré que le Koweït pensait que la  relance de l’historique Route de la Soie changerait le modèle et la forme des relations internationales en offrant de grands avantages économiques, politiques et culturels aux nations chinoises et koweïtiennes et à tous les peuples de la région entière. 

Il a noté que l’initiative comprend plusieurs secteurs et domaines vitaux compatibles avec la Vision 2035 du Koweït et les priorités de développement du pays en termes de stimulation de  la croissance économique et de l’industrialisation, l’augmentation de l’intégration intra-commerciale et financière pour parvenir au développement durable. 

Wazzan a précisé que les objectifs de cette initiative sont en phase avec les efforts du Koweït visant à lancer un certain nombre de méga-projets de développement avec des rendements élevés et diverses opportunités d’investissement qui incluent les projets de Silk City, le développement des cinq îles koweïtiennes et le port de Moubarak al-Kabeer. 

Silk City est une vaste zone franche qui doit être établie au nord du Koweït pour un coût total d’environ 100 milliards de $. Il offrira des services en tant que centre logistique, créera au moins 200 000 emplois et emploiera jusqu’à 700 000 personnes. Il comprendra des installations de divertissement, des lieux de travail, des zones de vente au détail, un stade olympique, un aéroport international et le gratte-ciel de la tour Moubarak Al-Kabeer.  

Le projet est situé sur une superficie de 250 kilomètres carrés et sa construction devrait durer près de 25 ans. Il comprendra la construction d’une tour de 1001 mètres (250 étages) avec des technologies de pointe. 

Ce sera l’une des plus hautes tours du monde et devrait atteindre une valeur de sept complexes comprenant des bureaux, des installations, des hôtels, des restaurants et des lieux de divertissement. Le projet prend une grande importance car il aidera le pays à diversifier son économie plutôt que de dépendre uniquement du pétrole. 

Un professeur d’économie koweïtien a souligné l’importance de l’initiative tant pour la Chine que pour le Koweït en termes de diversification de l’économie.

« La Chine a cherché à lancer l’initiative la Ceinture et la Route afin de développer son économie pour atteindre certains grands pays, principalement au moyen-orient et en europe. C’est une grande lutte économique entre les États-Unis et la Chine. Comme nous le savons, la Chine a joué un rôle clé dans l’établissement de liens commerciaux étroits et durables »

Al-Monitor Youssef Al-Mutairi, professeur d’économie à l’Université du Koweït. 

« Cela fait partie d’un système par lequel la Chine cherche à étendre ses activités économiques et à entrer dans une agglomération économique qui permet au pays d’obtenir de grands avantages économiques. Le projet fait partie d’une lutte mondiale pour le pouvoir. Le Koweït a des liens étroits avec la Chine et le volume des importations koweïtiennes en provenance de Chine est très important », a déclaré Mutairi.

« Plusieurs accords [ont été] signés entre le Koweït et la Chine à l’époque de feu Amir Sheikh Sabah Al-Ahmad Al-Sabah, qui s’est rendu en Chine en 2009 et a discuté avec des responsables chinois de la promotion de la coopération mutuelle dans de nombreux domaines comme la technologie et le commerce », a t-il mentionné.

« La Chine a commencé à exécuter de grands projets au Koweït, en particulier à Silk City, les services logistiques, le commerce et les cinq îles. De tels projets ont été convenus à l’époque du cheikh Sabah Al-Ahmad dans le but de trouver une coalition économique et d’étendre les activités avec plusieurs pays. Cela aide le Koweït à diversifier et à développer son économie avec d’autres partenaires comme la Chine – en plus des États-Unis et de l’Union européenne – et crée plus de compétitivité et un boom économique ainsi que l’acquisition de capacités et d’expertises variées », a déclaré Mutairi.

Lorsqu’on lui a demandé si l’initiative la Ceinture et la Route chinoise servira la Vision 2035 du Koweït , Mutairi a déclaré: « La [BRI] est très importante pour le Koweït, car elle entrera dans une coalition économique avec la Chine et les entreprises chinoises réaliseront de tels projets au Koweït; cela renforcera les liens économiques. La Chine a des accords pétroliers avec le Koweït. Ouvrir plusieurs champs coopératifs avec de nombreux partenaires est très important pour l’économie pour éviter d’être confiné à un certain bloc à la lumière des variables économiques ».

Le dinar koweïtien est rattaché à un panier de plus de 10 devises internationales comme le yen japonais et le yuan chinois, en plus du dollar américain, et de l’euro, a-t-il déclaré.

« Il y a des blocs politiques et des luttes de pôles, il est donc important pour le Koweït et les États du Golfe d’avoir des liens avec des blocs variés comme la Chine et d’autres. Le Koweït tient à avoir des relations équilibrées avec tous. Il n’entre pas dans une seule tranchée et favorise les liens avec les marchés européens et les pays asiatiques », a-t-il précisé.

« Le Koweït envisage de trouver des sources alternatives à son revenu national avec d’autres partenaires. Les échanges commerciaux entre le Koweït et la Chine devraient atteindre 20 milliards de $ dans les années à venir. Il y a des accords sur la technologie, et le développement des cinq îles, des zones logistiques, du nord du Koweït et du pétrole ainsi que d’autres seront exécutés au cours des prochaines années« , a-t-il conclu.         

Dans des déclarations faites à l’agence de presse Xinhua, l’ambassadeur de Chine au Koweït Li Minggang a déclaré que la coopération entre la Chine et le Koweït était entrée dans la voie rapide sous la direction de la construction conjointe de l’initiative la Ceinture et la Route.

Il a ajouté que le Koweït était le premier pays à signer un document de coopération sur la construction conjointe de la BRI avec la Chine. Il a poursuivi en disant que l’initiative est tout à fait conforme à la Vision 2035 du Koweït qui vise à transformer le pays en un centre financier et commercial mondial, considérant les projets Silk City et les cinq îles comme des projets d’amarrage majeurs.  

L’initiative couvre de nombreux secteurs – développement des infrastructures de transport, de l’énergie, des technologies de l’information et des projets de raccordement aux services publics – qui sont conformes à la Vision 2035 du Koweït.  

Le 22 mars, alors qu’il marquait le 50e anniversaire de l’établissement  des relations diplomatiques entre le Koweït et la Chine, l’ambassadeur a déclaré que le volume des échanges entre les deux pays atteignait 14,3 milliards de $ en 2020 et que le Koweït était un partenaire pétrolier important pour la Chine. Bien que la Chine cherche aussi à diversifier l’ensemble de ses approvisionnements ( Iran avec le dernier partenariat pour 25 ans, ou encore via l’Arabie Saoudite comme on l’a vu dernièrement).

Il a souligné que la Chine a importé plus de 25 millions de tonnes de pétrole brut du Koweït, soit une augmentation de 18%, indiquant que les entreprises chinoises participent actuellement à la construction d’un certain nombre de projets koweïtiens clés qui favoriseront la forte reprise de l’économie koweïtienne dans un monde post covid. 

Hatem Khedr est un journaliste égyptien qui écrit sur les questions économiques et politiques au Moyen-Orient

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.