Saudi Aramco veillera à ce que la sécurité énergétique de la Chine reste sa priorité absolue pour les 50 prochaines années et au-delà, car les sources d’énergie nouvelles et existantes fonctionneront en parallèle pendant un certain temps, a déclaré dimanche le PDG Amin Nasser au China Development Forum.

L’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, a conservé sa position de premier fournisseur de la Chine au cours des deux premiers mois de cette année, avec des volumes en hausse de 2,1% à 1,86 million de barils par jour (bpj), ont indiqué les données des douanes chinoises.

Le Royaume a battu la Russie pour conserver son rang de premier fournisseur de brut de la Chine en 2020 malgré des réductions de production sans précédent dans un pacte entre l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés pour équilibrer les marchés mondiaux après la chute de la demande pendant la pandémie COVID-19.

«Assurer la sécurité continue des besoins énergétiques de la Chine reste notre priorité absolue – pas seulement pour les cinq prochaines années, mais pour les 50 prochaines années et au-delà», a déclaré Amin Nasser dans un discours vidéo

« Nous sommes conscients que les solutions énergétiques durables sont cruciales pour une transition énergétique mondiale plus rapide et plus fluide … Mais, de manière réaliste, cela prendra du temps car il existe peu d’alternatives au pétrole dans de nombreux domaines ».

Saudi Aramco a déclaré que la demande chinoise était très proche des niveaux d’avant la pandémie, tandis que l’Asie, en particulier l’Asie de l’Est, avait connu une forte reprise.

En plus d’être l’un des principaux fournisseurs des besoins énergétiques de la Chine, Nasser a déclaré qu’Aramco était également bien placé pour aider la Chine à atteindre son deuxième objectif du centenaire en matière de transition énergétique.

Le président chinois Xi Jinping a annoncé en septembre que la Chine porterait ses émissions de carbone à un sommet avant 2030 et atteindrait la neutralité carbone d’ici 2060, un engagement qui devrait créer un changement majeur dans ses secteurs de l’énergie et de la fabrication.

Mohammed bin Salman et Xi Jinping au Grand Hall du Peuple à Pékin le 22 février 2019

Le géant pétrolier Saudi Aramco s’attend également à des opportunités d’investissements supplémentaires dans des projets connexes pour aider à répondre aux besoins de la Chine en matière de transport lourd et de produits chimiques, ainsi que de lubrifiants et de matériaux non métalliques, a déclaré Nasser.

Il a ajouté qu’Aramco travaillait avec des universités et des entreprises chinoises dans des systèmes et des technologies de carburant moteur plus propres pour convertir le brut en produits chimiques et réduire les émissions de gaz à effet de serre des sources d’énergie existantes.

« En fait, nous avons des ambitions encore plus audacieuses d’élargir et d’intensifier notre collaboration de recherche avec la Chine », a déclaré Nasser, ajoutant qu’une collaboration supplémentaire est probable sur les technologies dites de l’hydrogène bleu, de l’ammoniac et du captage du carbone, entre autres.

Des experts de l’institut de recherche de la China National Petroleum Corp (CNPC) ont prévu que la demande de pétrole de la Chine sera plafonnée à 730 millions de tonnes d’ici 2025 environ, dans le cadre de l’engagement climatique de Xi.