Xi en Birmanie pour relancer les Routes de la Soie

33 accords bilatéraux signés

Visant à consolider encore davantage l’amitié « Paukphaw » (fraternelle), la visite de Xi Jinping a donné un nouvel élan au renforcement de la confiance politique mutuelle et à l’enrichissement du partenariat de coopération stratégique global entre les deux voisins. Les deux pays sont parvenus à un consensus. Le président chinois Xi Jinping a renforcé samedi son soutien à la leader du Myanmar, Aung San Suu Kyi, très critiquée, signant 33 accords bilatéraux couvrant une gamme de projets, y compris des projets ferroviaires et portuaires pour permettre à la Chine d’accéder à l’océan Indien et de raccourcir la route pour son pétrole et les importations de gaz du golfe Persique.

La visite de Xi est intervenue alors que le gouvernement du Myanmar faisait face à d’intenses critiques mondiales pour une campagne militaire de 2017 qui ciblait les minorités minoritaires rohingyas.

Le renforcement récent des relations bilatérales est soutenu par une politique chinoise d’investissement ambitieuse, notamment à travers des projets de l’Initiative la Ceinture et la Route. La Chine et le Myanmar ( Birmanie) bénéficient d’une complémentarité économique évidente. Il existe un énorme potentiel à exploiter à travers une série de programmes de coopération clés, notamment la Zone économique spéciale de Kyaukpyu, la Zone de coopération économique frontalière Chine-Myanmar et la nouvelle ville de Rangoon.

La Chine est le deuxième plus grand investisseur au Myanmar, après Singapour, selon la Banque mondiale. Aussi, les exportations du Myanmar vers la Chine, son principal partenaire commercial, représentaient 5,5 milliards de dollars en 2018, tandis que les importations valaient 6,2 milliards de dollars.

Le barrage de Myitsone et le port de Kyaukhphyu

La visite de Xi survient après que le Myanmar s’est retiré du projet chinois en 2011, en raison de l’opposition grandissante au barrage de Myitsone, un projet hydroélectrique de 3,6 milliards de dollars. Cela reste un sujet brûlant, avec plus de 50 organisations de la société civile appelant Xi à supprimer le projet dans l’État de Kachin dans une lettre ouverte publiée avant sa visite. 

Les accords signés après les pourparlers entre les deux dirigeants semblaient être axés principalement sur la mise en œuvre du couloir économique Chine-Myanmar (CMEC). Les projets de Kyaukhphyu concernent l’Inde car ils constituent un tremplin pour la Chine vers l’océan Indien. Le port n’est pas seulement un point charnière dans le couloir économique Chine-Myanmar en forme de «Y», mais aussi un projet clé dans le cadre de la BRI. Le port à conteneurs polyvalent, devrait améliorer les transports et la logistique, renforcer l’inter-connectivité et stimuler l’économie locale. Le port en eau profonde aidera la Chine, le Myanmar et d’autres pays à intensifier les échanges.

Ce projet de CMEC s’apparente au couloir économique Chine-Pakistan (CPEC) de 60 milliards $ sous lequel la Chine cherche à accéder au port pakistanais de Gwadar dans la mer d’Oman.

Selon nous, aucun des projets des plus importants projets d’infrastructure ne se réalisera rapidement. Les projets ne peuvent devenir définitifs qu’une fois les évaluations environnementales, sociales et économiques terminées et qu’un plan d’affaire achevé voit le jour pour chaque projet. Le financement des projets n’est pas clair car le gouvernement du Myanmar ne prendra aucune dette souveraine et tout financement par les grandes entreprises chinoises et leurs partenaires prendra beaucoup de temps à se mettre en place, en particulier pour les grands projets. 

Nous allons voir à court terme, des petits projets ; par exemple, plusieurs dans les zones économiques le long de la frontière sont déjà en développement. Le problème avec ceux-ci est qu’ils sont en grande partie non réglementés, et ils vont éclater à un moment donné parce qu’ils entraînent beaucoup de migrations chinoises au Myanmar, ce qui pourrait causer des tensions avec la population du Myanmar . Dans l’État de Karen, là où ces zones économiques sont déjà en cours de développement, les problèmes sociaux existent. Et c’est une chose à laquelle la Chine et Pékin doivent penser à long terme car cela pourrait saper les relations entre les deux pays.

Principe d’une seule Chine

En parallèle à cette visite, le chef d’Etat major birman a déclaré que le Myanmar était reconnaissant de l’aide à long terme de la Chine au développement économique et social et à la défense nationale de son pays, a rapporté le service birman. 

Le chef a ajouté que les forces armées du Myanmar adhèrent fermement au principe d’une seule Chine et croient que les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang relèvent entièrement des affaires intérieures de la Chine et qu’aucun pays étranger ne devrait s’ingérer.

Next Post

Quel bilan pour la ligne Bakou-Tbilissi-Kars ?

mar Fév 11 , 2020
Fin 2013, le président chinois a dévoilé son plan de revitalisation de l’ancienne route commerciale de la Route de la soie. Ce plan comprend une ceinture économique terrestre de la route de la soie ainsi qu’une route maritime de la soie qui, ensemble, sont connues sous le nom d’Initiative One Belt […]
%d blogueurs aiment cette page :