Au Liban, quelle perspective envers la Chine BRI – Syrie – Port de Tripoli

Par Adrien Mugnier

Alors qu’un nouveau gouvernement a été nommé au Liban, les experts libanais espèrent que le gouvernement s’efforcera de renforcer les liens avec la Chine par le biais de l’Initiative Ceinture et Route (ICR / BRI).

Mahmoud Raya, rédacteur en chef du site web d’information « China in Arab Eyes« , a déclaré que le nouveau gouvernement au Liban devait prendre de nombreuses mesures pour renforcer ses relations avec la Chine. Selon lui le gouvernement pourrait travailler notamment sur le lancement de vols directs entre le Liban et d’autres villes chinoises dans le but d’encourager le tourisme. Le Liban travaille depuis plusieurs années à  attirer les touristes chinois intéressés par les activités historiques et culturelles.

« Les touristes chinois sont très généreux. Le Liban pourra tirer grand profit s’il attire certains des 120 millions de touristes chinois qui voyagent chaque année dans le monde », a déclaré Raya.

Autre perspective, elle concerne l’aspect commercial et la nécessité pour le Liban de renforcer ses relations commerciales avec la Chine.

« Le Liban fabrique des produits présentant un intérêt pour la Chine, tels que le vin libanais, l’huile d’olive et le chocolat », a-t-il déclaré, soulignant la nécessité de renforcer les exportations libanaises vers la Chine.

En 2017, le volume des échanges bilatéraux a atteint près de 1,9 milliard de dollars, faisant de la Chine le deuxième partenaire commercial du Liban.

Les chiffres communiqués par les douanes libanaises ont montré que durant la période 2013-2016, la Chine demeurait le principal partenaire commercial du Liban et la plus grande source d’importations.

Les principales importations libanaises en provenance de Chine ont concerné les machines, le matériel électriques, les plastiques, les meubles et les véhicules, tandis que les exportations du Liban vers la Chine comprennent principalement le cuivre, les plastiques, les boissons et le cacao.

Nabil Srour, écrivain et chercheur en affaires internationales au Liban, a réitéré les propos de Raya, affirmant que le Liban pouvait se concentrer sur l’exportation de ses produits traditionnels afin de renforcer ses relations commerciales avec la Chine.

Srour a déclaré que le potentiel de coopération avec la Chine était énorme après la nomination par le nouveau gouvernement d’un nouveau ministre des Affaires commerciales extérieures chargé des relations entre le Liban et les pays étrangers.

Mohamad Zreik, rédacteur pour « China in Arab Eyes« , a également appelé le nouveau ministre des Affaires extérieures, Hassan Mourad, à attacher une grande importance aux relations libano-chinoises dans les années à venir.

« Les initiatives créées par la Chine, y compris la BRI, vont transformer le pays en un immense pôle économique connecté à toutes les économies du monde », source d’intégration régionale et de nouvelles possibilités pour l’économie libanaise.

Il a ajouté que la Chine pouvait apporter une contribution importante à la reconstruction de la Syrie et qu’elle avait besoin de ports et d’installations terrestres libanais pour cet éventualité.

Toufic Dabbousi, président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture libanaise à Tripoli, a à maintes reprises exprimé son intérêt pour une coopération avec la Chine sur plusieurs projets, notamment l’expansion du port de Tripoli.

« Nous prévoyons d’étendre le port de Tripoli et d’autres installations publiques, notamment le centre des expositions Rashid Karami et l’aéroport de René Mouawad, afin d’en faire bénéficier le public. Nous aimerions certainement bénéficier de l’expertise chinoise dans ces domaines », a-t-il déclaré.

Selon le chercheur politique libanais Adnan Bourji, le Liban a besoin de chemins de fer et de métros pour résoudre ses problèmes de circulation.

« Le Liban devrait construire un chemin de fer reliant Tripoli à Tyr pour transporter produits et passagers. La Chine possède une expertise dans ce domaine », a-t-il déclaré.

Bourji a déclaré que le domaine de l’éducation et de la culture recèle également un potentiel de coopération important entre la Chine et le Liban.

« La Chine est intéressée par l’enseignement de la langue arabe aux jeunes Chinois. Et l’université libanaise a un programme qui peut être développé pour amener des étudiants chinois au Liban et leur faire découvrir la langue et les traditions libanaises », a-t-il déclaré.

Alors que les liens entre l’éducation et la culture se sont renforcés ces dernières années entre le Liban et la Chine, le nouveau gouvernement peut s’efforcer de les renforcer davantage encore avec l’intégration du pays à l’initiative ceinture et route.

 

La BRI au LIBAN 

aoun

 

La Chine est prête à investir dans le transport énergétique, terrestre et maritime, ainsi que dans les projets ferroviaires au Liban, a déclaré Chen Xiaojia, président de la société chinoise CITIC Construction Corporation, lors d’une rencontre avec le président libanais Michel Aoun à Beyrouth.

« Nous sommes également impatients de coopérer avec le gouvernement libanais dans la mise en œuvre de projets d’infrastructure et d’approvisionnement en eau basés sur les priorités définies par le président libanais », a déclaré Chen, discutant des moyens de renforcer les relations sino-libanaises avec Aoun.

L’intérêt de la Chine d’investir dans les projets du Liban va dans le sens de l’initiative Ceinture et route proposée par la Chine en 2013, selon Chen.

Pendant ce temps, Aoun a renouvelé son soutien à l’Initiative Ceinture et Route, tout en louant les relations libano-chinoises pour sa croissance remarquable à différents niveaux.

Il a également remercié la Chine d’avoir soutenu le Liban dans les instances régionales et internationales, en plus de son aide précieuse pour le pays aux Nations Unies.

Le président a ajouté que l’intérêt de la Chine d’investir dans les secteurs productifs et les projets du Liban reflétait sa grande volonté de porter la relation entre les deux pays à un nouveau niveau.

Après la formation du gouvernement, le pays devrait mener à bien un projet de développement national d’une valeur de 11 milliards de dollars promis par des donateurs internationaux sous forme de prêts à des conditions avantageuses.

Le programme comprend environ 250 projets dans les secteurs de l’électricité, de l’eau et de la gestion des déchets, ainsi que des projets industriels, touristiques et agricoles.

 

Le cas du Port de Tripoli 

Un porte-conteneurs appartenant à Cosco, un groupe de transport maritime appartenant à l’État chinois, s’est récemment amarré dans le port de Tripoli, dans le nord du Liban, mettant ainsi un terme à son voyage en tant que premier navire à parcourir la nouvelle route maritime de la société chinoise en Méditerranée. Son arrivée a été un coup de fouet pour le Liban – en raison  de l’intérêt de Pékin pour son voisin, la Syrie.  Alors que le régime de Bachar Al-Assad reprend le contrôle de la plus grande partie de la Syrie et cherche à reconstruire des villes dévastées, le Liban, à court d’argent, veut tirer parti d’un effort de reconstruction qui devrait coûter environ 200 milliards de dollars.

Tripoli, à seulement 35 km de la frontière syrienne, se présente comme un centre logistique de reconstruction. La Chine, l’un des rares pays à disposer de l’argent et du poids diplomatique nécessaires pour mener à bien la reconstruction de la Syrie, a manifesté son intérêt à s’engager et a envoyé des délégations en Syrie et au Liban.

Sans participer activement au conflit syrien, la Chine a cultivé des relations diplomatiques avec Damas. Alors que les pays occidentaux fermaient leurs ambassades syriennes, la Chine y était restée et aurait maintenu ses effectifs à environ 80 personnes. La Chine et la Syrie ont signé des accords de coopération sur des questions commerciales et des entreprises chinoises ont participé à la foire internationale de Damas l’été dernier.
Les médias d’Etat syriens ont rapporté que la Chine avait accordé 800 transformateurs électriques à la Syrie.

Les entreprises chinoises ont de l’expérience dans les pays du Moyen-Orient déchirés par la guerre. De nombreuses entreprises chinoises ont décroché des contrats d’infrastructure d’après-guerre en Irak au grand dam des responsables américains, a déclaré Paul Haenle, ancien directeur du Conseil de sécurité nationale américain pour la Chine.

En ce qui concerne la reconstruction de la Syrie, Tripoli pense qu’elle pourrait jouer un rôle logistique. «Les Chinois ont déjà constaté cela avant nous», a déclaré Raya Haffar El Hassan, ancienne ministre des Finances libanaise et présidente de la Zone économique spéciale de Tripoli.

Toutefois, alors que les entreprises chinoises ont conclu des contrats avec le port de Tripoli, notamment un nouveau quai de 58 millions de dollars et la fabrication et l’installation de six grues à portique, aucun autre investissement n’a été réalisé.  Une proposition d’extension du port de Tripoli par Qingdao Heavy Duty Machinery est en cours d’examen.

Les responsables chinois et les entreprises privées ont envoyé environ six délégations au Liban depuis 2017, notant que cela était pas fréquent. La Chine a également cultivé le soft power au Liban, avec un Institut Confucius dans une université de Beyrouth et un programme d’études chinoises destiné à se développer dans un autre établissement.

Il sera intéressant d’observer ce que le gouvernement et le nouveau ministre des Affaires commerciales extérieures chargé des relations entre le Liban et les pays étrangers, ferra des offres chinoises sur le Port de Tripoli et chez le voisin syrien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Next Post

Le premier train de fret entre la Chine et l'Italie arrivera le 12 février à Milan

lun Fév 11 , 2019
Traduction de l’article de Francesco Bottino ( @effebot ) paru sur Business Insider Italia Nous ne savons pas ce que contiennent ces conteneurs , mais nous savons qu’ils sont 40 au total et qu’ils contribuent, à leur moindre mesure, à écrire une page historique du transport de marchandises. Il s’agit en effet de la cargaison du premier train […]
%d blogueurs aiment cette page :