Afrique Développement Durable

Les investissements énergétiques Chinois dans les pays BRI : un progrès d’énergie propre ou de pollution accrue ?

Par Yunqing Bi 

L’initiative Belt and Road (BRI) est un effort ambitieux visant à améliorer la coopération et la connectivité régionales à l’échelle transcontinentale. Son objectif est de renforcer les liens d’infrastructure, de commerce et d’investissement entre la Chine et 65 autres pays représentant collectivement plus de 30% du PIB mondial, 62% de la population et 75% des réserves d’énergie connues.

energie1
Projets pétroliers et gaziers dans les pays de la BRI
Source: Mercator Institute for China Studies, Berlin

Cependant, bien que la BRI soit généralement considérée comme une opportunité de combler le déficit en infrastructures et de stimuler la croissance économique, elle n’est pas sans controverse. En ce qui concerne l’impact sur l’environnement, la Chine est le premier émetteur de gaz à effet de serre du monde, responsable de 30% des émissions de carbone dans le monde. Il dispose d’une abondance industrielle excédentaire, dont certaines sont polluantes et à forte intensité énergétique. Entre-temps, certains projets impliquant des investissements chinois dans les régions Belt and Road se sont exposés à des risques environnementaux et ont suscité des inquiétudes parmi les médias internationaux et les ONG.

D’autre part, la Chine est également un leader des investissements dans les énergies renouvelables, représentant respectivement 36%, 40% et 36% des investissements mondiaux dans les secteurs de l’énergie hydraulique, éolienne et solaire. Elle prévoit également d’investir 360 milliards de dollars supplémentaires dans les énergies renouvelables entre 2017 et 2020. La Chine progresse à pas de géant en matière d’innovation technologique. Elle a consacré 408,8 milliards de dollars à la recherche et au développement en 2015, dépassant l’Union Européenne et rattrapant les États-Unis. En tant que principal marché mondial des énergies renouvelables, la Chine espère fournir un “développement écologique, à faible intensité de carbone et circulaire” à 4,3 milliards de consommateurs dans le développement des nouvelles routes de la soie. Mais comment l’investissement chinois peut-il devenir plus vert et où sont les opportunités?

Situation actuelle

Actuellement, le pétrole et le gaz représentent encore la majeure partie des investissements énergétiques chinois dans les pays BRI. Selon le World Resources Institute, entre 2014 et 2017, six banques chinoises (la Banque de développement de Chine (CDB), la Banque d’import-export de Chine et les « Quatre grandes » banques commerciales appartenant à l’État) ont participé à des prêts syndiqués d’une valeur de 143 milliards de dollars dans les secteurs de l’énergie et des transports de la région BRI. Près des trois quarts du volume total de ces financements ont été consacrés aux industries du pétrole, du gaz et de la pétrochimie. Plus de la moitié des financements alloués au secteur de la production d’énergie ont financé des centrales à combustibles fossiles, dont 10 milliards de dollars pour les centrales à charbon.

Au cours de la même période, la CDB et la Banque d’import-export de Chine ont également accordé des prêts directs d’une valeur de 45 milliards de dollars aux secteurs de l’énergie des pays de la BRI. Plus de 40% de ces fonds ont été affectés à des projets pétroliers, gaziers et pétrochimiques. Parmi les prêts destinés à la production d’électricité, les centrales au charbon ont reçu le plus de prêts, environ un cinquième du total du secteur.

Plusieurs centrales électriques au charbon soutenues par la Chine sont déjà en projet dans de nombreux pays hôtes de la BRI – et de nombreuses autres construites au cours des dernières années ont déjà commencé à produire de l’électricité. À la fin de 2016, les banques et les entreprises chinoises participaient à 240 projets charbonniers dans les pays hôtes de la BRI, dont 106 étaient encore en construction. Il est probable que bon nombre de ces projets ont contribué à la hausse de 1% de la consommation mondiale de charbon en 2017, la première augmentation de la consommation de charbon en trois ans, principalement tirée par la production d’électricité à partir de charbon en Asie. La construction au Pakistan le long du corridor économique sino-pakistanais, pièce maîtresse de la BRI, comportera de nouvelles centrales au charbon.

Pourtant, les entreprises privées chinoises se sont comportées différemment. Ils ont fortement investi dans l’énergie solaire photovoltaïque et éolienne, atteignant 7 milliards et 5,5 milliards de dollars, respectivement, au cours de la période de quatre ans. Néanmoins, les entreprises privées n’étaient pas à la hauteur en termes de volume de financement par rapport à leurs beaucoup plus grandes entreprises appartenant à l’État.

Investissement énergétique en Afrique

Jusqu’en 2016, environ un tiers des centrales électriques au charbon construites en Afrique ont été construites par des entrepreneurs chinois, la majorité avec un financement chinois, selon l’Agence internationale de l’énergie.

energie2
Source: International Energy Agency

La Chine s’oriente vers des projets plus verts en Afrique. Le South-South Climate Cooperation Fund, lancé en 2015, a établi la vision de la Chine en tant qu’émissaire de l’énergie propre dans d’autres pays en développement. L’un des objectifs du fonds est de soutenir 100 projets d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, dont beaucoup sont en Afrique.

Diriger à la fois le changement climatique et les énergies renouvelables aurait des implications majeures pour le développement énergétique de l’Afrique. Par exemple, le Kenya veut devenir un pôle énergétique propre en exploitant ses riches ressources en énergies renouvelables, mais il envisage également de construire sa première centrale au charbon avec l’aide d’un financement chinois. Un changement dans les priorités d’investissement de la Chine pourrait modifier le calcul du Kenya concernant le charbon, d’autres prêteurs internationaux étant de moins en moins disposés à soutenir de tels projets.

Le parc solaire égyptien de Benban, financé en partie par l’Asian Infrustructure and Investment Bank – la banque multilatérale phare de la Chine, pourrait contribuer à orienter les projets vers les énergies renouvelables, bien que la banque ait été critiquée pour ne pas avoir suffisamment tenu sa devise d’être «verte, allégée, et propre».

Le stock important de projets d’énergie fossile que la Chine a construits en Afrique signifie qu’il faudra beaucoup plus que quelques promesses de haut niveau et projets pilotes. Les changements climatiques ayant un impact visible sur l’Afrique depuis la grave sécheresse du Cap jusqu’à la désertification au Mali, la coopération multilatérale offre aux dirigeants une occasion d’aligner le développement énergétique à la réalité de ces phénomènes.

Opportunités futures

Selon une étude du World Resources Institute, pour la Chine, il existe d’énormes possibilités d’investissement dans les énergies renouvelables. Trente et un pays auront besoin d’environ 470 milliards de dollars rien que pour mettre en œuvre les engagements en matière d’énergie renouvelable. Environ la moitié de cette somme servirait à financer des projets photovoltaïques (PV), et 40% iraient à l’énergie éolienne et à l’énergie hydroélectrique.

energie3
Source: World Resource Institute

L’initiative Belt and Road pourrait stimuler les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables avec une demande croissante et un coût décroissant pour la production d’énergie renouvelable, a déclaré Adnan Amin, directeur général de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables.

Au cours des dernières années, les investissements sortants chinois dans les énergies renouvelables dans le sud de l’Europe ont augmenté rapidement. Les acquisitions réalisées par des entreprises chinoises dans le secteur des énergies renouvelables en Europe du Sud concernent l’énergie solaire en Italie et en Espagne, tandis que l’énergie éolienne est au centre des préoccupations du Portugal et de la Grèce. Toutefois, la part croissante de l’IDE chinois dans le secteur énergétique européen, en particulier dans les pays d’Europe centrale et méridionale, comporte des risques, notamment des problèmes de concurrence loyale et de possibles atteintes à la sécurité nationale. Les investissements de Greenfield dans l’énergie solaire et éolienne en Allemagne sont motivés par leur volonté d’acquérir des technologies et des marchés.

L‘initiative pourrait aussi soutenir le changement stratégique à long terme de la Chine autour des technologies de pointe et de l’énergie propre. L’initiative ouvrira de nouveaux marchés à la formidable expertise industrielle chinoise, notamment à la maîtrise croissante des technologies renouvelables par le pays.

Selon l’Institut d’économie et d’analyse financières de l’énergie (IEEFA), la BRI a déjà permis l’exportation de 8 milliards de dollars de produits solaires, ce qui a permis en 2017 à la Chine de surpasser l’Allemagne, premier exportateur mondial de biens et services environnementaux.

En conclusion, les investissements énergétiques de la Chine dans les pays de la BRI sont actuellement concentrés sur le charbon, le pétrole et le gaz, avec un pourcentage croissant d’énergies renouvelables. L’initiative Belt and Road pourrait être l’occasion d’accélérer les investissements dans les énergies propres et d’ouvrir un marché permettant à la Chine d’exporter des technologies de pointe, à condition que les pays hôtes lui fournissent un soutien. Certains pays, comme l’Inde, ont ajouté des droits de douane sur les exportations chinoises afin de protéger l’industrie solaire nationale. L’avenir dépend des négociations bilatérales ou multilatérales entre la Chine et les pays de la BRI pour changer la structure énergétique.

Sources :

[1]World Economic Forum. China’s $900 billion New Silk Road. What You Need to Know. https://www.weforum.org/agenda/2017/06/china-new-silk-road-explainer/

[2]Fueling Global Energy Finance: The Emergence of China in Global Energy Investment

https://www.mdpi.com/1996-1073/11/10/2804/htm#B6-energies-11-02804

[3]http://www.chinadaily.com.cn/beltandroadinitiative/2017-05/17/content_29389333.htm

[4] “Moving the Green Belt and Road Initiative: From Words to Actions”. Working Paper. World Resource Institute & Global Development Policy Center, Boston University, November 2018. http://www.geichina.org/bricountriesrestatusandinvestmentrisk/

[5] China’s Belt and Road Initiative: Changing the Rules of Globalization; Springer: Berlin, Germany, 2018.

[6] 一带一路能源合作网 http://obor.nea.gov.cn/

[7] “一带一路”能源合作机遇与挑战 http://www.cnenergy.org/yq/sy/201808/t20180809_676723.html

[8] Paving the Way: loan use in BRI expansion. http://www.eurobiz.com.cn/paving-the-way-loan-use-in-bri-expansion/

[9] World Energy Outlook 2017. International Energy Agency.

0 comments on “Les investissements énergétiques Chinois dans les pays BRI : un progrès d’énergie propre ou de pollution accrue ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :