Europe

Dossier Europe centrale : Relations Chine – République Tchèque et Slovaquie

Par Bruno Surdel, PhD, politologue et historien, travaillant au Centre des relations internationales de Varsovie. 

1. La ceinture et la route et les années de lune de miel  Sino-tchèque

Après des années de stagnation et de prédominance idéologique sur le pragmatisme, les relations sino-tchèques ont été relancées en 2013 avec la social-démocratie aux commandes du gouvernement et de la présidence. Miloš Zeman en tant que président tchèque et Bohuslav Sobotka en tant que Premier ministre (2014-2017) ont saisi l’opportunité unique et nouvelle pour leur pays de participer à la « Nouvelle initiative sur la route de la soie » –  projet phare du président Xi Jinping, « Ceinture et route ». ”-  connu à l’époque sous l’acronyme OBOR. La République tchèque devait devenir la porte d’entrée de la Chine vers l’Union européenne.

Toutefois, le jalon avait déjà été franchi en 2012 à Varsovie, où le Premier ministre Wen Jiabao avait annoncé un nouveau type de coopération Chine-Europe centrale et orientale. Ce format, appelé «16 + 1», regroupe onze États membres de l’UE et cinq pays des Balkans non membres de l’UE (1). Les 16 + 1 ont été modestement renforcés par un «Fonds Chine – CEE» et diverses institutions et groupes de travail situés dans les États membres et en Chine. L’événement principal est le sommet Chine-CEE, qui a lieu une fois par an dans différentes capitales. Le problème, cependant, qui a été reconnu peu de temps après, était que chacun des «16» se sentait comme une porte unique vers l’Europe pour la Chine, et les sommets devinrent rapidement l’occasion d’une discussion bilatérale «chef à chef» entre participants uniques, plutôt qu’une coopération entre les pays d’Europe centrale et orientale et la Chine. La concurrence entre les pays d’Europe centrale et orientale met en péril les avantages possibles d’une attitude plus axée sur les blocs. Cela n’est toutefois pas possible car les parties prenantes ont des intérêts divergents. De ce fait, on comprend de plus en plus que l’initiative n’a généralement pas donné les résultats attendus et concrets pour la plupart des PECO. Et ce n’est pas nécessairement la faute de la Chine.

Depuis 2013, le président tchèque Zeman a tenté de créer un élan pour les relations Prague-Pékin. Après ses visites en 2014 et 2015 dans l’empire du milieu et ses rencontres avec le président Xi Jinping, le dirigeant chinois a effectué une visite très attendue à Prague à la fin du mois de mars 2016. Il s’agissait d’une véritable « visite d’Etat – VIP » avec le président chinois, organisée dans le célèbre château de Lány – la résidence d’été des présidents tchèques. Au niveau politique, la visite a été couronnée par l’établissement d’un partenariat stratégique sino-tchèque. La dimension commerciale et économique a également été fructueuse. Les deux dirigeants ont signé 17 accords qui devraient porter le pays centre-européen à environ 3 milliards d’euros d’ici fin 2016 et, d’ici 2020, à un total d’environ 7 milliards. En novembre 2018, le président tchèque s’est à nouveau rendu en Chine à l’occasion de la première exposition internationale sur l’importation organisée à Shanghai. Il devrait également se rendre en Chine au printemps 2019 pour participer à un forum « Ceinture et routes ».

Certains anciens politiciens de premier plan ont soutenu l’initiative Belt and Road ou se sont engagés dans les affaires Chine-République tchèque. L’ancien ministre des Affaires étrangères, Jan Kohout, avait créé à Prague le journal de la nouvelle route de la soie. L’ancien Premier ministre Petr Nečas a contribué au lancement d’une coopération entre la société privée tchèque Delta Medical Holding et Tongrentang, le plus grand centre de santé public de Chine. Ils avaient l’ambition d’introduire la médecine traditionnelle chinoise en République tchèque.

Les investissements de l’empire du milieu couvraient des secteurs très divers du paysage économique tchèque et comprenaient des fusions et acquisitions ou des participations dans des sociétés tchèques, comme par exemple le groupe de relations presse slovaque et tchèque T & T, le plus grand organisme de voyages en ligne tchèque Invia.cz, le plus grand réseau privé compagnies aériennes Travel Service, les brasseries Pivovary Lobkowicz, la société d’ingénierie et de métallurgie ŽĎAS; organisations médiatiques: Medea Group et Empressa Media, TV Barrandov, mais aussi des achats plutôt excentriques comme le club de football SK Slavia Praha et l’Eden Arena – (maintenant) le stade Sinobo à Prague ainsi que plusieurs hôtels et propriétés haut de gamme: Florentinum – le plus grand complexe administratif / de bureaux à Prague; Mandarin Oriental Prague et Le Palais Art Hotel. La chose la plus intéressante, cependant, est que tous les investissements susmentionnés ont été réalisés par une seule et même société: CEFC – China Energy Company Limited, dont le siège est à Shanghai (3). Selon les propres informations de la société, il s’agit « d’une entreprise collective privée dont les activités principales sont les services énergétiques et financiers« .(4) C’était aussi le « quatrième conglomérat pétrolier de la Chine ».(5)

En 2015, la CEFC a été introduite en République tchèque par l’ancien ministre de la Défense, Jaroslav Tvrdik, qui est devenu son représentant pour l’Europe et dont le siège est à Prague. En octobre 2017, Štefan Füle, commissaire européen chargé de l’élargissement et de la politique européenne de voisinage, s’est joint au conseil de surveillance du groupe CEFC pour l’Europe de février 2010 à octobre 2014. (6)
Entre-temps, le président et fondateur de la CEFC, Ye Jianming, a été choisi par le président tchèque Zeman comme conseiller pour l’Asie. Au début de 2018, CEFC Europe avait géré des actifs d’un montant supérieur à 1,5 milliard d’euros rien qu’en République tchèque. Il y employait plus de 4000 personnes.

Les investissements chinois en République tchèque ne se sont pas limités à des fusions et acquisitions – bien qu’elles soient dominantes. En 2007 déjà, Sichuan Changhong Electric Co, l’un des principaux fabricants de téléviseurs en Chine, avait commencé ses activités dans la ville de Nymburk, dans le centre de la Bohême, où il avait investi 15 millions de dollars dans de nouvelles installations et employé 160 personnes.(7)

Entre autres, Saar Gummi Czech, s.r.o. (SGC) à Červený Kostelec, fait partie du groupe multinational Saar Gummi basé au Luxembourg, appartenant à Chongqing Light Industry & Textile Holding (CQLT) depuis juin 2011. La société se concentre sur la production de profilés d’étanchéité en caoutchouc pour joints de carrosserie (90% de chiffre d’affaires) et la production de pièces moulées en caoutchouc technique (10% du chiffre d’affaires). Parmi les clients les plus importants de la société figurent VW (notamment Škoda et Audi), BMW, Daimler, Opel et Ford. La société détient 20% du marché européen dans son secteur principal (8).

En 2011, la société chinoise Yapp avait établi sa filiale en République tchèque à Mladá Boleslav sous le nom de Yapp Czech Automotive Systems. L’entreprise coopère avec le constructeur automobile allemand Volkswagen et lui fournit des pièces depuis 1988. Elle est propriétaire du véhicule tchèque Škoda Auto. Yapp et l’entreprise allemande ont décidé de collaborer également en Europe. (9)

Parmi les investissements les plus récents (2016), on note l’achat par la société d’investissement chinoise Eurasia Development Group Limited, basée à Hong Kong, de la majorité des parts de la chaîne Mountfield, qui se concentre sur la vente d’équipements de jardinage et de bricolage. À l’heure actuelle, la société compte 57 points de vente en République tchèque et 17 en Slovaquie. (10)

L’année 2016 a également été marquée par l’acquisition de la deuxième société tchèque d’énergie solaire, Energy 21, par le fonds China-CEE. La société avait plus de 30 centrales électriques dans le pays. Ce qui est important à savoir est que le fonds Chine-CEE appartient à la China Exim Bank.(11)

2. La nouvelle route de la soie: ses critiques et ses lauréats en République tchèque

Certains critiques disent que les investissements chinois dans le pays n’ont pas correspondu au haut niveau des échanges politiques entre Prague et Pékin. En 2016, la valeur totale des investissements chinois s’élevait à 631 millions €, selon les données recueillies par la Banque nationale tchèque.(12) Les groupes Rhodium indiquent qu’entre 2005 et 2016, les IDE ont atteint 568 millions €. (13) Il ne s’agit évidemment que d’une fraction de ce que les Tchèques espéraient voir naître de la «relance» de la relation mutuelle et de l’initiative la ceinture et la route (BRI). Les chiffres sont également modestes comparés aux investissements des autres puissances économiques de l’Asie de l’Est dans le pays: les IDE japonais ont atteint 1,5 milliard € en 2016 et les investissements coréens plus de 3 milliards €. (14) D’autres critiques ont calculé que « parmi les 17 accords économiques conclus par le président Milos Zeman et son homologue chinois Xi Jinping en 2016 à Prague, seuls deux ont été entièrement achevés, un en partie« . (15)

Il existe également de vives critiques sur l’engagement personnel des hommes politiques tchèques – mentionné ci-dessus – dans le développement des relations Prague-Pékin. (16) Des sinologues, des activistes et des politiciens ont laissé entendre que « la plupart des grandes entreprises chinoises qui se développent à l’étranger courent un risque quelconque d’être liées aux structures de l’État ». (17) En fait, au printemps 2018, l’une de ces grandes sociétés d’État chinoises avait été choisie pour reprendre la majeure partie des actifs de CEFC en République tchèque. Il s’agit de la société CITIC Group Corporation Ltd. La raison de l’acquisition tient à des dettes et à d’autres problèmes juridiques auxquels le CEFC et son fondateur, Ye Jianming – le conseiller du président Zeman – sont confrontés en Chine depuis début 2018. (18)

Si le marché chinois est vraiment difficile pour les entreprises d’Europe de l’Est à faire des affaires et à y réussir, il existe au moins une exception: le milliardaire tchèque Petr Kellner. Sa société d’investissement PPF et Home Credit dans lesquelles il détient une participation majoritaire ont été les grands gagnants – et aussi les champions – des liens qui se réchauffent entre la République tchèque et l’empire du milieu. Home Credit est devenue l’une des plus grandes sociétés de crédit à la consommation non bancaires en Chine et a reçu sa licence nationale en 2014: l’année d’une déclaration commune d’amitié entre Prague et Pékin. (19)

La «lune de miel» sino-tchèque a pris fin – ou du moins a pris une pause – avec un nouveau gouvernement à Prague depuis décembre 2017. Le nouveau Premier ministre – un milliardaire et homme politique controversé – Andrej Babiš – qui a remporté les élections avec son parti ANO – a été ministre des Finances et vice-premier ministre chargé de l’économie au sein du gouvernement précédent. Cependant, ses points de vue sur la Ceinture et la Route et sur la coopération entre la Chine et la République Tchèque sont plus sceptiques que ceux du président Zeman, qui a remporté un second mandat en tant que président tchèque, ou de l’ancien Premier ministre Sobotka, qui travaille toujours pour le succès de la BRI en tant que particulier.

L’un des problèmes perçus est que, selon les données de l’État tchèque, la valeur des investissements chinois en République tchèque représente moins de 1% du total des investissements directs (IDE) dans le pays. Naturellement, 90% des IDE proviennent de l’Union européenne. Un autre problème est le déficit commercial, qui s’élevait à près de 16 milliards USD en 2016 et à environ 18 milliards USD en 2017.(20) Les exportations des entreprises nationales vers la Chine ont chuté de 1,7% en janvier-septembre 2018, tandis que les importations en provenance de Chine ont augmenté de 13%. (21) Comme le dit l’Association des exportateurs tchèques, « la Chine n’a jamais été un bastion des exportations tchèques, pas seulement à cause de sa distance géographique, des barrières linguistiques et des différences culturelles, mais surtout parce que la Chine est capable de produire la plupart des produits que nous [les Tchèques] pouvons offrir, plus rapidement et sans frais, notamment les coûts liés au transport« . (22)

D’autre part, il existe également des opinions selon lesquelles « les entreprises tchèques ne savent pas utiliser suffisamment à leur avantage le potentiel offert par l’immense économie [chinoise] et, contrairement à d’autres pays européens, la République tchèque n’est pas suffisamment active dans ce secteur. Les exportations tchèques entrent dans une phase de stagnation qui risque de se transformer en récession d’ici quelques mois ». (23)

Les relations entre la République tchèque et la Chine ont été compliquées par les services de renseignement de l’Etat – « BIS » – « Service d’information sur la sécurité » et par son récent rapport sur le prétendu espionnage chinois en République tchèque. Certains diraient que c’est un «avertissement sévère» pour le gouvernement et le grand public au sujet d’activités «hybrides» à la russe, mais d’autres le qualifieraient de «sinophobie». Le rapport de la BIS indique que l’intensité des agents chinois travaillant sous couverture diplomatique a considérablement augmenté en 2017. Les diverses méthodes de «pression» en faveur des intérêts chinois auraient également été utilisées par des diplomates professionnels. L’approche chinoise est donc tout aussi hybride que dans le cas de la Russie. Selon la BIS, la Chine tente de perturber la politique uniforme de l’UE à travers des « entités tchèques ». Des agents chinois seraient intéressés par des secteurs clés de la République tchèque, tels que l’énergie, les télécommunications, les finances, la logistique, la santé et les technologies de pointe. Le contre-espionnage tchèque, ainsi que les services de renseignement militaires, s’inquiètent des activités de renseignement chinois et de leur influence dans les domaines de la politique, de la législation et bien sûr de l’économie. En réponse aux avertissements du service de contre-espionnage (BIS) et du renseignement militaire, le porte-parole du président Milos Zeman-Jiří Ovčáček a déclaré qu’un État démocratique confiant et fort n’avait pas à craindre, et que la République tchèque s’intéressait à la coopération économique la plus large possible avec la Chine. (24)

L’Union européenne avait approuvé le 20 novembre 2018 le lancement d’un mécanisme commun d’examen préalable des investissements étrangers dans les secteurs stratégiques de l’économie européenne. En République tchèque, en septembre 2018, les membres du Groupe de travail sur l’analyse d’impact se sont réunis pour la première fois pour le filtrage éventuel des investissements étrangers pour des raisons de sécurité nationale. Le groupe a été créé conformément à la résolution du Conseil de sécurité d’État adoptée en juin [2018] et a pour tâche d’évaluer en détail les scénarios possibles de la nouvelle approche de la République tchèque en matière d’investissement étranger. (25)

3. Bratislava et Pékin sont-ils prêts pour une coopération économique plus étroite ?

L’actuel Premier ministre slovaque – Peter Pellegrini, en juillet 2018, à l’occasion d’un autre sommet 16 + 1 de la coopération Chine-CEE dans la capitale bulgare, Sofia, a déclaré: « La Slovaquie est prête, si un important investissement chinois vient dans l’UE, à créer les conditions favorables, en tant que pays membre non seulement de l’UE, mais également de la zone euro, ce qui pourrait constituer une passerelle intéressante pour les investissements chinois en Europe« . (26)
Le marché slovaque, relativement petit, avec ses 5 millions de consommateurs, peut-il offrir à la Chine de bonnes opportunités d’investissement ? « Nous voyons un grand potentiel dans les industries de l’automobile et de l’ingénierie, où nous avons déjà une solide expérience. Les technologies de l’information et de la communication, la science et la recherche, l’énergie sont également des domaines dans lesquels le potentiel est grand« , déclare Richard Dírer, porte-parole de l’Agence slovaque pour le développement de l’investissement et du commerce (SARIO). (27) D’autre part, cependant, il a déclaré que « le volume des investissements chinois n’a pas encore atteint 1% du montant total des investissements directs étrangers. La situation est similaire dans d’autres pays de la région d’Europe centrale, à savoir la République tchèque, la Hongrie et la Pologne, puisque le volume des IDE [chinois], selon les données les plus récentes, ne dépasse pas un point de pourcentage« . Les Slovaques espèrent néanmoins que les investissements chinois atteindront 620 millions d’euros et créeront 2 590 nouveaux emplois. (28)

En ce qui concerne les investissements provenant directement du Pékin, ceux-ci ont rapporté un total d’investissements directs étrangers d’environ 9,1 millions d’euros – selon les dernières données de la Banque nationale de Slovaquie (NBS).  (29) Aucune nouvelle société chinoise ne serait arrivée en Slovaquie en 2017. (30) Cependant, les investissements chinois vont également à la Slovaquie via d’autres pays ou territoires chinois, et parfois des sociétés enregistrées ailleurs – pas nécessairement sur le continent. Les chiffres susmentionnés ne donnent donc pas une image complète. Et c’est précisément en 2017 que le parc logistique Prologis Park Galanta-Gáň a été acquis par la société d’investissement CNIC de Hong Kong, qui l’a payé à hauteur de 164,8 millions €. (31) Comme le CNIC lui-même l’explique dans son site Web, ce type d’acquisition « illustre la stratégie de développement des entrepôts à l’étranger préconisée par le gouvernement chinois et peut faciliter davantage l’exportation de la production chinoise« . (32)
De manière générale, environ 17 entreprises chinoises ont leurs activités en Slovaquie et emploient plus de 1000 personnes. (33) La structure des échanges mutuels entre la Chine et la Slovaquie se présente comme suit: en 2017, la Slovaquie a importé de la Chine des marchandises d’une valeur totale de 5,2 milliards € et les a exportées pour un montant de 1,2 milliard €. Les exportations comprennent les voitures, les produits d’ingénierie, les pièces automobiles, les machines, les produits électroniques et les produits électroniques ; importations – principalement des produits textiles et des chaussures. (34)
Même s’il est encore peu développé, le commerce sino-slovaque se développe progressivement. C’est avec l’initiative Ceintures et routes que le premier ministre du pays, Pellegrini, espère pouvoir créer un élan pour le renforcement des liens mutuels – et des exportations tchèques vers l’empire du milieu : « La Slovaquie est intéressée par exporter ses produits alimentaires de haute qualité, en particulier les produits laitiers, le lait en poudre, etc., pour pouvoir atteindre le marché chinois le plus rapidement possible. »

En 2017, les Slovaques ont publié leur stratégie officielle visant à renforcer la coopération Bratislava-Pékin. Il s’agit probablement de la seule initiative de ce type dans les pays du groupe V4, comprenant la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Hongrie. La stratégie vise principalement « à identifier les opportunités pour la République slovaque dans ses relations avec la RPC et à présenter des objectifs dans des domaines tels que l’investissement, les affaires, le commerce, les transports, le tourisme, ainsi que la recherche et l’innovation. […] et à la mise en œuvre de «One Belt One Road ». (35)

Conclusion

Les investissements chinois en République tchèque et en Slovaquie constituent une situation « gagnant-gagnant » pour toutes les parties, mais la structure n’est pas durable et le volume est insuffisant par rapport non seulement aux IDE de l’Union européenne, mais également des autres puissances économiques asiatiques.

En outre, l’environnement politique en République tchèque et les ambitions des membres de l’élite politique rendent difficile le développement des relations sino-tchèques vers un partenariat économique et politique exemplaire. Certaines erreurs du côté chinois compliquent encore plus la situation. D’autre part, contrairement à d’autres pays d’Europe centrale et orientale, la Slovaquie dispose enfin d’une stratégie de coopération avec l’Empire du milieu qui va renforcer ses relations avec Pékin.

0 comments on “Dossier Europe centrale : Relations Chine – République Tchèque et Slovaquie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :