Economie Europe

Les relations économiques Chine-Allemagne : un exemple de réussite de la BRI

Par Yang MESTRE -ZHOU 

Le 11 Octobre 1972, la République Populaire de Chine et l’Allemagne (de l’ouest) ont établi des relations diplomatiques. Après 46 ans de développement, les relations économiques et commerciales sino-allemandes se sont de plus en plus resserrées notamment dans le cadre de la « Ceinture et la Route de la Soie » (BRI) lancée en 2015. Ainsi, la même année, l’Allemagne est devenue membre de la récente Banque Asiatique d’Investissement dans les Infrastructures (BAII ou AIIB) [1] proposée par la République Populaire de Chine.  Le marché chinois est devenu un marché important pour les entreprises allemandes. Selon les statistiques, 7% des ventes totales de 3 millions d’entreprises allemandes et 15% des ventes totales de 30 sociétés allemandes cotées sur le DAX proviennent du marché chinois. D’ailleurs, l’initiative de « la Ceinture et de la Route de la soie »  offre aussi de grandes opportunités aux  PME allemandes.

Relations commerciales

L’Allemagne est ainsi devenue le premier partenaire commercial de la Chine en Europe, et le commerce sino-allemand représente près de 30% du commerce Chine-UE. En 2016, l’Office fédéral de la statistique (Destatis) a indiqué que la République Populaire de Chine a dépassé les États-Unis et est devenue le plus grand partenaire commercial de l’Allemagne (Figure 1).

Figure 1 : Evolution des relations commerciales de l’Allemagne

figure1all
Source : Statistisches  Bundesamt et MERICS

La Figure 2 ci-dessous résume l’évolution du PIB des deux pays ainsi que les montants des exportations de la Chine vers l’Allemagne et des importations chinoises en produits allemands.

figure2all
Source: National Bureau of Statistics of China and Kuai yi li cai *PIB en Milliers de Milliards de Dollars

En 2001, la Chine est entrée dans l’OMC, le commerce sino-allemand a alors dépassé les 20 milliards de dollars et les échanges se sont développés rapidement.  On observe qu’entre 2001 et 2004, la balance commerciale chinoise (avec l’Allemagne) est négative, mais à partir de 2005 elle devient positive, jusqu’en 2008. Durant cette période, le PIB chinois augmente de façon exponentielle, notamment grâce à la politique d’exportation de masse mise en place. Depuis 2009, en revanche, la balance commerciale chinoise avec l’Allemagne est déficitaire car les exportations chinoises vers l’Allemagne ont baissé du fait de la crise mondiale, mais les importations sont restées stables. On note aussi que depuis 2011 avec l’instauration de lignes ferroviaires sino-européennes (CR Express), les importations chinoises en provenance d’Allemagne sont beaucoup plus importantes que les exportations qui diminuent en tendance à cause d’une stagnation du PIB allemand.

En 2018, le montant total des échanges entre l’Allemagne et la Chine, réalisés sur les six premiers mois de l’année, s’établit à 95,259 milliards d’euros, soit une augmentation de 6,44% en glissement annuel. La Balance commerciale chinoise redevient positive car les importations allemandes en provenance de Chine (donc des exportations pour la Chine) ont progressé de 3,16%, atteignant 49,889 milliards d’euros et les exportations allemandes vers la Chine (donc des importations pour la RPC) se sont fixées à 45.370 milliards d’euros en hausse de 10,30%.

Investissement et Relations financières

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont les 3 plus importants bénéficiaires des Investissement Direct à l’Etrangers (IDE) Chinois en Europe. En 2016, l’Allemagne s’est placée en tête en captant environ 30% des IDE Chinois en Europe. La même année, les IDE Chinois en Allemagne ont dépassé ceux de l’Allemagne en Chine. La Chine est ainsi devenue entre 2014 et 2016 le pays disposant du plus grand nombre de projets en Allemagne. De son côté, l’Allemagne a annoncé 392 nouveaux projets d’investissements en Chine en 2016, qui s’ajoutent aux 9394 déjà en cours.

Le développement des échanges financiers sino-allemands peut conduire à une plus grande proximité entre les marchés financiers des deux pays. En effet, l’interdépendance des grandes places boursières mondiales suit le développement des relations économiques.

En Allemagne, l’indice DAX 30 de la bourse de Frankfort constitue un indice européen majeur fortement connecté avec les autres indices mondiaux (CAC40, Dow Jones…). En Chine, le SSE Composite de la bourse de Shanghai est le principal indice chinois continental. C’est un marché jeune (création fin 1990) et relativement  fermé aux étrangers. Cependant, la réglementation financière chinoise a établi depuis 2002 une ouverture progressive des marchés aux investisseurs étrangers avec les reformes QFII (Qualified Foreign Institutional Investor) et NTS (Non-Tradable Shares).

Le processus d’ouverture financière de la Chine, associé à une multiplication des échanges avec l’Allemagne, peut intensifier les relations entre les deux indices. On a ainsi recours au concept de Corrélation mesuré par un coefficient dont les valeurs comprises entre [-1,1] traduisent l’intensité de la liaison DAX – SSE.  Si la Corrélation est positive, les deux indices évoluent dans le même sens, à l’inverse si elle est négative, ils évoluent en sens contraire.  Par ailleurs, plus la Corrélation tend vers 1 ou -1, plus les liens entre les deux bourses sont forts. En considérant les rendements journaliers des bourses allemande et chinoise observés sur la période 2000-2017, nous utilisons un modèle économétrique[2] pour calculer le Coefficient de Corrélation au cours du temps, on parle ainsi de Corrélation Dynamique.

La Figure 3 illustre l’évolution de la Corrélation au cours du temps entre les deux indices boursiers pour la période journalière 01/01/2000-31/12/2017.

figure3all
Data Yahoo Finance

On remarque qu’entre 2000 et 2006, la corrélation SSE-DAX est très proche de zéro ce qui indique que les deux indices ne sont pas reliés. En effet, durant cette période la Chine était relativement fermée et les échanges financiers et commerciaux n’étaient pas aussi évolués qu’aujourd’hui.

A partir de 2006 et durant la crise, l’augmentation de la Corrélation nous indique que les liens SSE-DAX sont de plus en plus forts ce qui correspond à la phase d’assouplissement des règles d’investissement étranger en Chine et par le changement structurel des marchés boursiers chinois continentaux.  La Corrélation SSE-DAX va ainsi osciller autour des 0.12 – 0.2 ce qui est relativement fort compte tenu du contexte financier chinois.

On observe une corrélation plus faible en 2014 qui peut s’expliquer par la situation économique en Europe qui peine à se relancer. Entre 2015 et 2016, en revanche, on note une Corrélation plus élevée qui peut s’expliquer par le rapprochement plus prononcé entre les deux pays dans le cadre de la « Ceinture et la Route de la Soie » et par la multiplication des IDE Chinois et Allemands. Ainsi, le CEINEX (China Europe International Exchange) a été créé en novembre 2015 à Francfort afin de soutenir la coopération économique entre la Chine et l’Europe.

Nous observons de ce fait un rapprochement économique de plus en plus fort entre la Chine et l’Allemagne, qui fait suite avant tout à une ouverture  progressive de la Chine. L’initiative de la « Ceinture et de la Route de la Soie » vise ainsi à pérenniser les échanges sino-allemands  mais aussi à offrir d’avantages d’opportunités d’investissements bilatéraux.  Par conséquent, la Route de la Soie conduit à une plus grande internationalisation du système financier chinois, qui se traduit en partie par une corrélation plus prononcée entre les places boursières des deux pays.

[1]L’AIIB est créée le 24 Octobre 2014, elle est une banque d’investissement qui fournit des fonds aux Pays asiatiques et aux gouvernements régionaux asiatiques pour supporter le développement des infrastructures afin de promouvoir l’Interconnexion et intégration économique dans le zone asiatique, et de renforcer de la coopération entre la République populaire de Chine et les autres pays et régions asiatiques. Elle s’inscrit dans la « Ceinture et la Route de la Soie ».Basée à Pékin, en Chine, le capital légal est de 100 milliards de dollars.

[2] Nous utilisons un modèle du type DCC-GARCH de Engle (2002)

Bibliographie

Bureau du conseiller économique et commercial de l’ambassade de la République populaire de Chine en République fédérale d’Allemagne

Belt and Road Portal.YIDAIYILU.GOV.CN

Compiled by National Bureau of Statistics of China

MERICS (Mercator institute for China Studie)

http://mil.news.sina.com.cn/dgby/2018-07-09/doc-ihezpzwt8827910.shtml

http://mil.news.sina.com.cn/dgby/2018-07-09/doc-ihezpzwt8827910.shtml

http://world.people.com.cn/n1/2017/0528/c1002-29305871.html

http://www.gov.cn/xinwen/2018-07/11/content_5305503.htm

http://www.xinhuanet.com//world/2017-12/11/c_129761994.htm

0 comments on “Les relations économiques Chine-Allemagne : un exemple de réussite de la BRI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :