Dossier : La Turquie sur la route de la soie – Où en sont les relations sino-turques ?

Par Bruno Surdel,

Du Center for International Relations de Varsovie.

A. Nouvelle Turquie et sa géopolitique agitée.

Le 24 juin 2018, la Turquie est arrivée à un moment critique où le pays reliant l’Europe et le Moyen-Orient – mais ne se sentant pas à l’aise dans l’un ou l’autre – avait officiellement entamé une nouvelle ère appelée «Yeni Turkiye» – «Nouvelle Turquie».
Le choix des citoyens turcs a été d’une grande importance pour la région et pour l’Europe, et surtout pour la Turquie elle-même, car cela signifie un changement de forme qualitativement différente du système politique : la république présidentielle et du chef de l’Etat. Cela pose des défis à l’Union européenne mais aussi offre des opportunités pour d’autres pays, notamment pour un géant asiatique – la Chine – à l’ère des guerres commerciales et du système mondial unipolaire en ruine.
Depuis plusieurs années, le président Recep Tayyip Erdogan est à la recherche de la nouvelle place et du nouveau rôle de la Turquie, non seulement dans la région mais dans le monde en tant que tel. Son fameux crédo :  » Le monde est plus grand que cinq  » est devenu une sorte de programme géopolitique pour le pays qui cherche apparemment à projeter sa puissance douce ou dure des Balkans à la Syrie et au Qatar en passant par l’Afrique et au-delà.
Manifestement insatisfait de sa réputation internationale formelle, Ankara a – sans succès – poussé pour une réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) qui se fait attendre depuis longtemps. En plus d’être membre du groupe G20, il a créé, avec d’autres «puissances moyennes», un groupe informel – MIKTA (Mexique, Indonésie, Corée du Sud, Turquie, Australie). La position internationale de la Turquie s’est rapidement développée au début du «printemps arabe», Ankara étant présenté comme un modèle pour les autres pays musulmans du Moyen-Orient. Beaucoup de choses ont cependant changé avec la guerre syrienne en cours avec toutes ses caractéristiques d’un conflit de procuration entre voisins et puissances mondiales. Sa durée, les vagues de 3,5 millions de réfugiés et la résistance de Bachar Al-Assad à la démission ainsi que l’engagement réussi de la Russie dans le bourbier ont pris la Turquie par surprise. En fait, il a transformé sa politique étrangère.
Le moment décisif a eu lieu le 15 juillet 2016 avec la tentative de coup d’État où, selon Erdogan, l’Occident avait été trop lent et hésitait à le soutenir. Le président russe Vladimir Poutine a été l’un des premiers dirigeants mondiaux à apporter son soutien moral à Ankara, ce qui a stimulé la réconciliation et un rapprochement et une coopération croissants entre les deux pays.
Sur le front occidental, l’Union européenne n’a pas manifesté autant d’enthousiasme que prévu par Ankara dans les négociations d’adhésion qui ont finalement été bloquées en raison de la réticence de l’Europe à adopter son voisin musulman du sud-est. La répression à grande échelle des prétendus partisans de Fethullah Gülen (le chef spirituel du Hizmet -‘Service ‘- mouvement éducatif et religieux accusé d’être derrière le coup d’État déjoué) et du PKK (Parti ouvrier du Kurdistan interdit), vrais ou supposés partisans d’arrestations d’éminents membres kurdes du parlement, des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme ont dissocié les partenaires européens d’Ankara.
En 2018, les relations compliquées de la Turquie avec les États-Unis se sont aggravées. Les tensions entre l’administration Trump et le président Recep Tayyip Erdogan – outre la question kurde dans le nord de la Syrie («région autonome» kurde de Rojava ») – ont résulté de l’achat de systèmes de missiles S-400 par Ankara à Moscou. Le pasteur américain Andrew Brunson est assigné à résidence et le refus de Washington d’extrader Fethullah Gülen. En outre, l’une des banques turques a été accusée par Washington de contourner et de violer les sanctions américaines contre l’Iran. Les sanctions imposées à deux ministres du gouvernement turc (Global Magnitsky Act), les tentatives d’empêcher ou de retarder considérablement la livraison de F-35 et l’augmentation des droits de douane sur l’acier et l’aluminium turcs ont encore aggravé la situation. De son côté, le président Erdogan a demandé à diverses instances internationales de réduire la «dépendance du commerce international» à l’égard des États-Unis en invoquant les «obstacles» économiques qu’il crée pour la Turquie.
Grâce aux «mesures punitives» du président Trump, la monnaie nationale turque a perdu 42% de sa valeur par rapport au dollar cette année et l’inflation a atteint 18%. L’économie est confrontée à une profonde récession, de nombreuses entreprises luttant pour rembourser leurs énormes dettes de 300 milliards USD , ce qui pourrait ébranler le système bancaire avec un tsunami de créances douteuses. Les remarques d’Ankara et sa méfiance à l’égard des investisseurs ont été en partie causées par les remarques du président Erdogan mettant en cause l’indépendance de la Banque centrale.

Face à la détérioration de la situation économique et stratégique, la Turquie s’efforce de se rapprocher de certains pays européens, notamment la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Ils avaient été testés l’année dernière, avec le référendum constitutionnel d’avril 2017 qui avait transformé le système politique de la Turquie en une république présidentielle «avec des caractéristiques turques». Le président Erdogan a également annoncé qu’il chercherait de «nouvelles alliances» à l’est: la Russie, l’Iran et la Chine. Aucun d’entre eux n’est réellement nouveau, mais la vraie signification, c’était de renforcer la coopération avec les pays touchés par les sanctions du Président Trump. Cependant, l’économie iranienne est en ruine et la Russie, tout en étant intéressée par le secteur de l’énergie en Turquie, n’a pas non plus la possibilité d’accorder une aide financière à Ankara. Ainsi, un partenaire de choix pour le président Erdogan se trouve être Pékin. On pourrait cependant soutenir que les annonces turques sur la «recherche de nouvelles alliances» étaient simplement conçues pour montrer qu’il existe des amis «stratégiques» alternatifs pour Ankara ailleurs dans le monde.

B. Ankara entre les Ouïgours et le Dragon asiatique.

Une coopération «gagnant-gagnant» avec Pékin a toujours un prix, surtout quand il y a beaucoup de méfiance des deux côtés. Lorsque, en 2009, le président Abdullah Gul s’est rendu à Pékin et a signé des accords commerciaux d’une valeur de 1,5 milliard USD, il a cherché à renforcer les liens économiques avec le géant de l’Asie de l’Est. Mais un mois plus tard, en juillet de la même année, la relation a atteint son point le plus bas lorsque le Xinjiang a connu des affrontements meurtriers entre les Ouïghours musulmans et les Chinois Han. La pomme de discorde entre les deux pays a toujours été la situation d’une minorité musulmane ouïghoure de 11 millions d’habitants dans le nord-ouest du Moyen-Orient. Recep Tayyip Erdogan – alors Premier ministre – a condamné les événements avec la plus grande fermeté, affirmant que «les incidents en Chine sont, en termes simples, un génocide». La Turquie a également connu de violentes manifestations anti-chinoises à propos du traitement des Ouïghours en 2015.
Depuis, la relation s’est stabilisée et s’est nettement améliorée, notamment grâce à l’accord de partenariat stratégique conclu en 2010, la Turquie souhaitant renforcer les liens avec le Moyen-Orient. Mais encore une fois, la guerre en Syrie et la présence de plusieurs milliers de militants ouïghours dans sa partie nord ont rendu Pékin très méfiante à l’égard des intentions d’Ankara. Les Chinois ont soupçonné que les Ouïghours se rendaient en Syrie en traversant les frontières turques et qu’Ankara leur fournissait une aide quelconque. Le journal nationaliste chinois «Global Times» a récemment noté que «parmi tous les pays du Moyen-Orient, la Turquie a causé le plus de problèmes à la Chine au cours des 50 dernières années». De l’avis de Pékin, «certains éléments en Turquie ont encouragé le sentiment séparatiste, aidé certains radicaux du Xinjiang à pénétrer illégalement au Moyen-Orient et fait des remarques irresponsables sur la politique ethnique au Xinjiang».
Le gouvernement turc a été à la fois intéressé par l’investissement chinois et l’aide financière et désireux de protéger ses frères du «Turkestan oriental». Ce dilemme a toutefois été difficile à concilier. Les relations sino-turques sont pragmatiques et un terme fondamental dans ce contexte est la «réciprocité». Les Chinois affirment: «La Turquie en tant que partenaire stratégique de la Chine peut empêcher Ankara d’intervenir dans le Xinjiang. Une politique active envers la Turquie devrait être réciproque». La Turquie s’est donc engagée à «approfondir la coopération en matière de sécurité antiterroriste» avec Pékin. La «réciprocité» mentionnée ci-dessus signifie «comportement correct» de la part de la Turquie, renforcement de la surveillance et du contrôle de la diaspora ouïghoure en Turquie et assistance à l’identification de ressortissants chinois dans le nord de la Syrie. De plus, le Premier ministre turc Mevlut Cavusoglu s’est engagé à traiter les menaces contre la sécurité de la Chine comme des menaces à Ankara et à ne permettre aucune «activité anti-chinoise en Turquie ou dans un territoire contrôlé par la Turquie». La coopération en matière de sécurité et de défense semble donc «fructueuse», comme en témoignent les échanges et les exercices militaires au cours des dernières années. La partie chinoise a une opinion similaire, récemment exprimée par l’attaché militaire chinois à Ankara, qui a annoncé que des pourparlers militaires de haut niveau auraient lieu prochainement.

Cette politique d’apaisement envers Pékin est «payante» comme avec l’escalade des tensions avec Washington, Wang Yi – le ministre chinois des Affaires étrangères et conseiller d’Etat a rassuré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu. Il a également déclaré que la Chine était convaincue que «le peuple turc sera uni et surmontera ces difficultés temporaires».
L’aggravation des relations entre les deux alliés de l’OTAN – la Turquie et les États-Unis – est perçue comme une opportunité, tant à Moscou qu’à Pékin, de promouvoir leur vision d’un «monde multipolaire» également soutenu par Ankara. Il semble cependant que des deux côtés du mur – à Ankara et à Pékin – il s’agit bien plus du jeu que de la réalité. La tentative d’Erdogan de se joindre aux BRICS qu’il a exprimé lors du 10ème Sommet du groupement à Johannesburg à la fin du mois de juillet devrait probablement être interprétée de la sorte. Il est fort probable que le terme «BRICST» – terme inventé par le président turc – visait à renforcer le poids international d’Ankara à l’ère des guerres commerciales mondiales, mais il est fort probable qu’il ne se concrétisera pas. Le commerce et les investissements européens lient la Turquie à l’Ouest; toujours un membre de l’OTAN et – du moins officiellement – un pays candidat à l’UE. Par le passé,  Erdogan a fait allusion à l’adhésion à l’Organisation de coopération de Shanghai. Néanmoins, la Turquie est «seulement» un partenaire de dialogue de l’OCS, en dépit des affirmations turques selon lesquelles l’Union européenne, l’OTAN et, de l’autre, l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) ne sont pas mutuellement exclusives.
Mais les BRICS sont essentiels pour la Turquie en termes d’échanges commerciaux, car en 2017 seulement, le volume des échanges commerciaux a atteint 60,7 milliards USD. En fait, la Turquie enregistre un énorme déficit commercial avec le bloc car elle a importé des pays BRICS une valeur de 53,4 milliards USD alors qu’elle exportait des marchandises d’une valeur de 7,3 milliards USD.
Malgré les discussions diplomatiques d’amitié, la Chine n’est pas disposée à «sauver» la Turquie de sa détresse économique croissante causée par des années d’emprunt irréparable et par d’importants investissements dans des infrastructures propulsées par des prêts. Les Chinois l’ont dit très franchement: «Le développement d’une relation amicale est réciproque en termes de stratégie et d’économie, mais cela ne signifie pas pour autant fournir une aide substantielle à la Turquie, qui est la plus grande économie du Moyen-Orient».
D’autre part, Pékin peut accorder des prêts, faire des gestes plus symboliques et, à coup sûr, les entreprises chinoises sont ouvertes aux affaires avec la Turquie et aux investissements rentables.

C. Les Investissements chinois en Turquie

Le commerce de la Turquie avec la Chine – comme son commerce avec les BRICS – a toujours connu un déficit important. En 2017, les importations turques en provenance de l’Empire du milieu ont atteint 23,4 milliards USD et ses exportations 2,9 milliards USD.
Il y a environ 1000 entreprises chinoises qui font des affaires en Turquie et Istanbul est un important port d’escale pour la BRI (Belt and Road Initative). La coopération comprend un large éventail de domaines allant des centrales nucléaires aux chemins de fer à grande vitesse et aux ports. La Chine est intéressée à investir dans la logistique, les transports et l’énergie – tous des secteurs critiques pour le projet des nouvelles routes de la soie du président Xi Jinping, qui est devenu l’un des principaux vecteur de développement de Pékin. L’Initiative Ceinture et Route a été conçue comme un réseau de commerce et d’infrastructure reliant l’Asie, l’Europe, l’Afrique et l’Amérique latine. Grâce à la géographie de la Turquie, elle peut servir de plate-forme logistique à la BRI et de plate-forme pratique permettant aux produits chinois d’atteindre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.
Ankara a décidé d’intégrer la nouvelle route de la soie à sa stratégie de développement et soutient ses objectifs économiques et supposés stratégiques. Cependant, la BRI – selon ses propres termes – «est une initiative de coopération économique, pas une alliance géopolitique ou militaire, ni un club chinois». Pour les Turcs, le « projet du siècle » chinois a une double valeur car ils espèrent qu’il va à la fois moderniser ses infrastructures et stimuler l’économie, tout en déplaçant le rapport de force en faveur de l’Asie. Comme cela a été le cas avec certains pays d’Asie, d’Afrique ou du Moyen-Orient, l’empire du milieu maintient sa promesse que «aucune condition» n’est attachée à son investissement ou à son aide financière. Il n’y a pas de condition, pas d’attentes en matière de respect des droits de l’homme, de primauté du droit ou de libertés politiques, religieuses et civiles. Juste du commerce. La réalité n’est pas exactement la même: les prêts généreux, s’ils ne sont pas remboursés, peuvent contraindre les gouvernements à transférer la souveraineté des projets développés par la Chine, comme cela a été le cas pour le port de Hambantota au Sri Lanka. D’un autre côté, de gros investissements et une «amitié» ont le pouvoir de persuader certains gouvernements, y compris européens, de soutenir Pékin dans ses différends maritimes en mer de Chine méridionale ou de se taire lorsqu’il est question de persécutions.

La Turquie peut se vanter de son emplacement dans le «corridor du milieu» qui doit relier l’Asie intermédiaire à Londres via Anatolie. Un élément essentiel en est la «Route de la soie ferroviaire », le projet de chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars achevé et ouvert en octobre 2017. La Chine a participé à la construction de la ligne de train rapide Ankara – Istanbul 2014, et négocie la construction conjointe de la ligne de train rapide Edirne-Kars, qui est censée relier les provinces «éloignées» de l’ Est et de l’ Ouest de la Turquie.

Comme en Grèce (Le Pirée), au Sri Lanka (Hambantota) et au Pakistan (Gwadar), la Chine a tenu à investir dans les ports et leur développement. En 2015, l’opérateur chinois de conteneurs, Cosco Pacific, a acquis 65% des parts du troisième plus grand port de Turquie, Kumport. Ces acquisitions continueront probablement à prendre en compte les déclarations des responsables turcs.
En outre, le secteur bancaire a pris pied en Turquie. L’année 2015 a été très fructueuse puisque la plus grande banque de Chine – Industrial & Commercial Bank of China Ltd a acquis 75,5% de Tekstil Bankasi AS – et l’ ICBC Turkey Bank AS – en tant que premier prêteur chinois opérant en Turquie. Il s’agissait également d’ICBC qui, à l’été 2018, a étendu le programme de prêts de 3,6 milliards USD au secteur turc de l’énergie et des transports, y compris aux institutions privées et publiques et aux banques. De plus, en juillet dernier, ICBC Turquie a été autorisée à refinancer le prêt de 2,7 milliards USD pour deux grands projets d’infrastructure d’Erdogan: l’autoroute Northern Marmara et le pont Yavuz Sultan Selim.
Pendant ce temps, la Banque de Chine (BOC) est devenue la deuxième banque chinoise à créer une filiale en Turquie en 2017. Comme le déclarent les responsables de la Banque of China, le principal objectif de la banque est de soutenir le commerce entre les deux pays. Notamment une initiative routière et le rôle du corridor turc .
L’engagement chinois en Turquie ne se limite pas à la logistique, au transport ou aux opérations bancaires.

En juin 2018, le géant de l’internet et du commerce mobile Alibaba a réalisé un «investissement stratégique» dans une plateforme de commerce électronique turque de premier plan, Trendyol, qui dessert plus de 16 millions de clients selon ses propres données.
L’expansion économique de l’Empire du milieu ne s’arrête pas là car elle regarde aussi le secteur de l’énergie nucléaire en Turquie. Avant le sommet de la BRI à Pékin en mai 2017, le président Erdogan s’est entretenu avec son homologue chinois sur la construction de la troisième centrale nucléaire turque. L’accord de coopération avec la Chine pour la centrale nucléaire prévue a été adopté par le Parlement turc en août 2018.
Le président Xi Jinping a été un fervent défenseur de l’accord de Paris sur le climat et a promis de réduire la pollution de l’air, des sols et de l’eau en Chine. Mais cela ne signifie pas que les entreprises chinoises n’investissent pas dans des centrales au charbon à l’étranger. Un exemple est la centrale thermique au charbon de Hunutlu (1320 MW) devant être construite dans le sud de la Turquie par une joint-venture turco-chinoise. Emba Elektrik Üretim AŞ – EMBA Electricity Production Co. avec 50,01% des actions. La société souligne toutefois que l’usine doit utiliser la technologie de dernière génération et sera «respectueuse de l’environnement». La valeur du projet est estimée à 1,7 milliard USD. Les Chinois ont également été actifs dans le secteur de l’hôtellerie turque. Wanda Hotels & Resorts a établi un partenariat avec le promoteur immobilier local Mar Yapi pour construire et ouvrir Wanda Vista Istanbul d’ici la fin de 2018.

Conclusion : Relations entre la Turquie et la Chine: diversification stratégique ou saisir des opportunités économiques.

Pékin a eu une relation complexe avec Ankara. Les tensions entre les deux pays étaient fortes en 2009 et 2015 en raison des mauvais traitements dont auraient été victimes les Ouïghours de Turquie au Xinjiang par la Chine. D’autre part, les autorités de Pékin ont été irritées par le soutien d’Ankara à leurs «frères» musulmans au Xinjiang et par la facilitation supposée de leur passage à la frontière syrienne pour rejoindre des groupes islamistes militants, dont Hay’at Tahrir. Sham, actif dans la province d’Idlib et au-delà. À la suite de la détérioration des relations, 2016 a vu la suspension des vols de la China Southern Airlines à destination d’Istanbul, entre autres conséquences.
Cependant, ces problèmes ont apparemment été réglés entre les deux gouvernements grâce à la pression croissante exercée par l’administration américaine sur la Turquie et la Chine.
Selon ce que le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré cet été, Ankara est à la recherche de «nouvelles alliances» pour réduire sa dépendance vis-à-vis de l’ouest. L’Empire du milieu est un candidat de choix pour une telle alliance car il est devenu le champion d’un «monde multipolaire», a ses propres problèmes avec Washington mais se trouve être la deuxième plus grande économie du monde.
En effet, les investissements chinois en Turquie sont en croissance et couvrent des domaines stratégiques tels que les transports, l’énergie, la logistique, les secteurs bancaire et financier, ainsi que les nouvelles technologies et le commerce électronique. Le réchauffement entre Pékin et Ankara a entraîné le retour de la China Southern en Turquie – ce qui est crucial pour l’industrie du tourisme turc. Après tout, 2018 a été déclarée «Année du tourisme en Turquie».
Pourtant, il y a toujours des objections des deux côtés. Pékin, tout en étant prêt à investir dans les actifs de la Turquie, regarde Ankara avec méfiance. L’histoire (même la participation turque à la guerre de Corée est parfois rappelée), l’adhésion de la Turquie à l’OTAN ainsi que les ambitions pakistanaises du président Erdogan et l’islam politique sont parfois perçues comme des risques par les élites chinoises et le public.
Plus loin, le «tournant à l’est» d’Ankara est le résultat des défis auxquels le pays est confronté avec ses relations avec les États-Unis et le collectif occidental. Une fois qu’elles se seront calmées, l’intérêt stratégique de la Turquie pour forger de «nouvelles alliances» de Moscou à Pékin va probablement s’atténuer.
En revanche, les attentes de la Turquie à l’égard de la Chine sont similaires à celles de l’Europe et des États-Unis: réduction de son énorme déficit commercial et accès accru au marché chinois.
Pendant ce temps, les relations américano-turques sont tendues et le président Erdogan a resserré son emprise sur le pouvoir. Ce dernier est cependant une bonne nouvelle pour le président Xi Jinping: lors d’une de mes visites à l’Académie chinoise des sciences sociales, un célèbre érudit m’a dit: «La Chine a beaucoup plus de facilité avec les régimes autoritaires».

 

Bibliographie :

[1] https://www.france24.com/en/20180828-ankara-says-macron-far-understands-turkey.

[2] https://www.reuters.com/article/us-turkey-china-sb/turkish-leader-calls-xinjiang-killings-genocide-idUSTRE56957D20090710

[3] https://www.dailysabah.com/economy/2017/11/20/belt-and-road-project-to-boost-turkish-economy-new-envoy-to-china-says-1511345526

[4] http://www.globaltimes.cn/content/1116209.shtml

[5] http://www.globaltimes.cn/content/1116209.shtml

[6] http://www.globaltimes.cn/content/1116209.shtml

[7] http://www.globaltimes.cn/content/1116209.shtml

[8] https://www.voanews.com/a/turkey-china-pledge-security-cooperation/3971363.html

[9] http://www.msu.edu.tr/eng/sayfadetail?SayfaId=190&ParentMenuId=64

[10] http://english.chinamil.com.cn/news-channels/2015-08/10/content_6623465.htm

http://eng.chinamil.com.cn/view/2018-05/25/content_8042270.htm

[11] http://www.hurriyetdailynews.com/turkish-chinese-army-officials-to-meet-soon-135133

[12] http://www.globaltimes.cn/content/1115994.shtml

[13] https://www.aksam.com.tr/ekonomi/turkiye-de-katilsin-bricst-c2olalim/haber-759196

[14] http://akademikperspektif.com/2014/10/03/sanghay-isbirligi-orgutu-avrupa-birligine-alternatif-olabilir-mi/

[15] https://www.dailysabah.com/diplomacy/2018/07/28/erdogan-turkey-seeks-to-enhance-collaboration-with-brics-countries

[16] http://www.globaltimes.cn/content/1115994.shtml

[17] https://www.dailysabah.com/economy/2018/01/02/second-highest-export-volume-in-turkeys-history-recorded-in-2017

[18] https://www.dailysabah.com/economy/2018/06/30/turkey-sees-a-sudden-spike-in-chinese-investments-through-belt-and-road-initiative

[19] https://www.aa.com.tr/en/energy/energy-projects/analysis-belt-and-road-project-chinas-new-vision-and-turkey/14555

[20] http://www.chinadaily.com.cn/a/201808/28/WS5b848603a310add14f3880bc.html

[1] https://www.aa.com.tr/en/energy/energy-projects/analysis-belt-and-road-project-chinas-new-vision-and-turkey/14555

[21] https://www.ahaber.com.tr/ekonomi/2018/02/23/yeni-ipek-yolunun-avrupaya-acilan-kapisi-turkiye

[22] https://www.dailysabah.com/economy/2017/11/20/belt-and-road-project-to-boost-turkish-economy-new-envoy-to-china-says-1511345526

[23] http://www.invest.gov.tr/en-US/infocenter/news/Pages/270515-icbc-completes-tekstilbank-acquisition.aspx

[24] http://www.hurriyetdailynews.com/chinese-bank-to-lend-3-6-billion-to-turkey-albayrak-135083

[25] https://www.dailysabah.com/economy/2018/07/30/chinas-icbc-authorized-to-refinance-27b-loan-for-two-turkish-megaprojects

[26] http://www.hurriyetdailynews.com/bank-of-china-to-establish-deposit-bank-in-turkey———108540

[27] https://www.dailysabah.com/economy/2018/01/24/bank-of-china-looks-to-finance-infrastructure-projects-in-turkey

[28]https://www.trendyol.com/resources/documents/Press_280618.pdf

[29] https://www.dailysabah.com/energy/2017/05/15/president-erdogan-chinas-xi-discuss-third-nuclear-plant

[30] http://www.enerjiatlasi.com/haber/ucuncu-nukleer-santral-cin-halk-cumhuriyeti-ile-yapilacak

[31] https://www.haberturk.com/cinliler-adana-da-17-milyar-dolara-emba-hunutlu-termik-santral-insa-edecek-1687029-ekonomi http://eng.spic.com.cn/NewsCenter/CorporateNews/201507/t20150724_250767.htm

[32] https://maryapi.com.tr/en/devam-eden-projeler/wanda-vista.aspx

[34] https://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-china/china-envoy-says-no-accurate-figure-on-uighurs-fighting-in-syria-idUSKCN1L508G

[35] http://www.globaltimes.cn/content/1116209.shtml

[36] https://www.aa.com.tr/en/energy/energy-projects/analysis-belt-and-road-project-chinas-new-vision-and-turkey/14555

 

Publicités

Catégories :Asie Intermediaire, Diplomatie, Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s