OMAN : Duqm, la ville sino-omanaise sortie du sable.

« Il ya cinq ans, il n’y avait rien ici« , explique Hamad Said Al Rawahi alors qu’il roule vite sur une route fraîchement pavée du désert côtier d’Oman, dans sa Mercedes noire brillante.

Nous sommes à Duqm, une ville naissante à environ 480 kilomètres de Mascate. C’était un village de pêcheurs avant 2011, date à laquelle Oman l’a réinventé, avec une bande de côtes ininterrompues et des camps bédouins, en tant que nouvelle zone économique spéciale.

« Elle a totalement changé« , explique Al Rawahi, qui vit à Duqm « depuis quelques années » et travaille dans sa cale sèche. « Maintenant, nous avons des hôtels et des villas cinq étoiles. Il y a des magasins et des supermarchés, des endroits où vous pouvez aller et visiter. « 

La ville est encore à ses débuts. Le réseau routier de base vient d’être pavé, le port et la cale sèche ont récemment commencé à fonctionner, la raffinerie de pétrole se prépare à démarrer et deux hôtels de luxe ont ouvert leurs portes. En deux ans, on estime que 111 000 personnes devraient s’installer.

Al Rawahi dit qu’il a envisagé de quitter Duqm peu après son arrivée, car il n’y avait rien à faire ou à voir. Maintenant, il y a de nouvelles rues et deux hôtels.

duqm4

Le projet est le dernier d’une longue série de plans qui remontent aux années 1980 et qui visaient à développer et à peupler des régions arides d’Oman. Environ 70% de la population du pays réside dans une mince bande côtière longue de 240 km au nord, près de Mascate. Le gouvernement voit maintenant ses centaines de kilomètres de côtes inutilisées comme un potentiel économique.

Le plan directeur de Duqm suit pratiquement les directives du développement axé sur l’importance du réseau de transport. Un port maritime est utilisé pour booster une vaste zone économique spéciale, qui est à son tour utilisée comme moteur économique de la toute nouvelle métropole. Une large gamme de projets urbains sera construite à Duqm : zones industrielles, une grande raffinerie, un nouvel aéroport, des centres d’enseignement, des bosquets de logements modernes et un quartier touristique.

L’idée est que les différents projets agiront en symbiose: le trafic au port stimulera la demande d’industries dans la zone économique spéciale, ces industries créeront un besoin de logements pour les employés et les investisseurs, et cette nouvelle population voudra du divertissement, des magasins, les écoles et les soins de santé. En théorie, au moins.

La nature planifiée de Duqm vise également à permettre un environnement économique plus libéralisé qui pourrait stimuler davantage l’industrie privée, créer de nouveaux types d’emplois et attirer les investissements étrangers – tout en tentant d’éloigner les Omanais de Mascate.

« Duqm est une immense ville industrielle construite à partir de rien« , explique Manishankar Prasad, un chercheur local qui a travaillé sur les évaluations de l’impact environnemental et culturel de la nouvelle ville. « Elle va essentiellement déplacé le lieu classique d’activité industrielle des régions du nord du pays, fortement urbanisées. Cette vaste étendue géographique avec cette population clairsemée et aucune activité industrielle n’etait vraiment pas la voie à suivre. « 

Globalement, Duqm n’est pas une anomalie. Nous sommes en pleine ère des nouvelles villes – avec plus de 200 villes actuellement en construction. Les déserts isolés de toute l’Asie de l’Est, du Moyen-Orient et de certaines régions d’Afrique sont en train d’être urbanisés. Il y a Nurkent au Kazakhstan, Aylat en Azerbaïdjan, Nouvelle ville de Kaboul en Afghanistan, Nouveau Bagdad en Irak, Rawabi en Palestine, Roi Abdullah Economic City en Arabie Saoudite, Nouveau Caire en Egypte … Le Maroc compte neuf nouvelles villes et le Koweït 12.

 

The logo of the China-Oman Industrial Park is seen at the entrance of the site in Duqm

Bien que différant par leur ampleur et leur complexité, la plupart de ces nouvelles villes sont conçues pour atteindre des objectifs similaires : remodeler leur économie et redéfinir leur pays comme technologiquement avancé et économiquement viable, aussi élégant, moderne et international.

Oman cherche désespérément à se diversifier, loin de sa dépendance au pétrole et au gaz. Une étude menée par la US Energy Information Administration place les réserves connues de pétrole brut d’Oman à 5,6 milliards de barils. Bien que cela ne soit suffisant pour classer le pays qu’au 21ème rang mondial, son économie dépend de manière disproportionnée au le pétrole et au gaz, représentant près de la moitié du PIB du pays, 70% des exportations et entre 68% et 85% des recettes publiques.

Le Fonds monétaire international (FMI) a prédit en 2016 qu’Oman pourrait être l’un des pays du Moyen-Orient dépendant du pétrole qui pourrait manquer d’argent avant la fin de la décennie. Parallèlement aux chocs tels que l’effondrement des prix du pétrole en 2014, le message de la diversification a été mis en exergue.

Le gouvernement d’Oman a réagi en décrétant que la part des hydrocarbures dans son PIB sera réduite de moitié d’ici 2020. À cette fin, 106 milliards de dollars ont été affectés au développement des secteurs du tourisme, des transports et de l’immobilier. doublé.

Duqm est situé sur la mer d’Arabie, près du détroit d’Ormuz, aux portes du golfe Arabo-Persique et au point de ravitaillement en pétrole le plus flagrant au monde. Près d’un cinquième du pétrole mondial traverse actuellement ce passage, toujours sujet à des perturbations. Si le projet Duqm réussit, l’industrie du transport maritime pourrait accoster aux portes du Moyen-Orient sans avoir à aller jusqu’à l’intérieur.

C’est cette position stratégique qui a attiré l’attention de la très célèbre route maritime de la soie de Beijing. Plus des trois quarts des exportations de pétrole brut d’Oman vont directement en Chine.

L’année dernière, Oman Wanfang – un consortium d’entreprises chinoises privées – a revendiqué une concession de 10,7 milliards de dollars et 11 km2 dans la zone économique spéciale de Duqm. Le consortium a pragmatiquement surnommé leur section de Duqm la «ville industrielle sino-omanaise» et prévoit de construire une raffinerie de pétrole, une usine de méthanol, une usine de production d’électricité, une usine automobile, une usine de matériaux de construction, une zone de tourisme étoilée et suffisamment de logements pour accueillir une population de 25 000 habitants dans la
région.

duqm3.png

Alors que Duqm n’a jamais été très peuplé avant l’arrivée des bulldozer, environ 3 000 Bédouins, pour la plupart des pêcheurs et des éleveurs semi-nomades.

Ces villages ont maintenant été démolis et le gouvernement d’Oman a construit une nouvelle ville moderne dans laquelle ils pourront s’installer.

Traduction :  https://gulfnews.com/news/gulf/oman/duqm-the-omani-city-rising-from-sand-1.2263068#.W3lfV121SIs.twitter

Publicités

Catégories :Asie Intermediaire, Moyen Orient

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s