Après l’entrée en service, de l’aéroport international régional de Pokhara (PRIA), le troisième aéroport international du Népal, les médias en Inde ont accordé une attention particulière à ce projet nouvellement construit. Alors que certains se sont concentrés sur le prêt accordé par la Chine, mais sont restés prudents pour l’instant, d’autres ont cherché à attiser les tensions géopolitiques par des accusations totalement infondées, irresponsables et inacceptables.

Aéroport de Pokhara au Népal, en septembre 2022

Le PRIA a été contracté grâce à un prêt de la Banque d’exportation et d’importation de Chine. « Et si le Népal ne parvient pas à rembourser le prêt et est contraint de louer l’aéroport aux Chinois ? » « Et si l’armée de l’air de l’Armée populaire de libération commence à utiliser l’aéroport comme base de soutien ? » La plateforme d’information indienne Zee News a déclaré, citant une source du ministère des Affaires étrangères. Pokhara est très proche de l’Inde, notamment des villes de l’État d’Uttar Pradesh, dans le nord de l’Inde, et « n’est pas non plus très éloigné du corridor stratégique de Siliguri« , selon le rapport de Zee News.

Au cours des dernières décennies, le Népal a accepté des « prêts d’assistance » non seulement de la Chine mais aussi de l’Inde. Cependant, malgré cela, les prêts chinois ont été spécifiquement ciblés par les forces anti-chinoises. Bien qu’il existe un déficit béant de financement des infrastructures dans des pays comme le Népal, les prêts de la Chine ont été décrits par certains comme la diplomatie du « piège de la dette ». Les mensonges sur le piège de la dette sont un récit que les forces anti-chinoises utilisent pour diffamer et salir la Chine. Le récit anti-chinois des critiques est motivé par des raisons politiques et ne devrait pas faire dérailler la coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et le Népal.

Pokhara est une destination touristique populaire dans le centre du Népal. L’Office du tourisme du Népal, l’organisme de promotion du tourisme du pays, a déclaré samedi qu’il visait à accueillir au moins un million de visiteurs en 2023, en grande partie en attirant des visiteurs d’Asie, selon le Kathmandu Post. Il est normal de voir l’enthousiasme du Népal pour la construction d’un aéroport international à Pokhara. Il s’agit d’une coopération commerciale normale qui sera propice au développement économique de la nation himalayenne.

Personne ne contestera la contribution de la PRIA au développement économique du district, de la ville métropolitaine et de la nation tout entière, en raison de la connectivité accrue établie par cet aéroport, a déclaré le Premier ministre népalais Pushpa Kamal Dahal « Prachanda, selon l’agence de presse Xinhua.

Qualifiant l’aéroport de « carte de visite brillante » du projet conjoint Chine-Népal dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route » (BRI), Wang Xin, chargé d’affaires de l’ambassade de Chine au Népal, a déclaré que la Chine était prête à travailler avec le Népal pour élargir et approfondir les échanges amicaux et construire conjointement la BRI avec une grande qualité. Depuis la signature du protocole d’accord sur la coopération dans le cadre des nouvelles routes de la soie entre les deux pays en 2017, des progrès positifs ont été réalisés dans la coopération dans divers domaines tels que les infrastructures, le commerce et les investissements, apportant des contributions importantes au développement économique et social du Népal.

Le Népal est pris en sandwich entre la Chine et l’Inde. Cependant, nous ne voyons pas pourquoi Pokhara ne devrait pas accepter les prêts chinois simplement parce que la ville « est très proche de l’Inde. » Selon le Kathmandu Post, l’Inde a augmenté son aide annuelle sous forme de subventions au Népal pour l’année fiscale 2021-22. Cependant, les médias indiens semblent penser que l’aide et le prêt de l’Inde ne pousseront pas le Népal dans un « piège de la dette. » Ils jouent les vieux tours de passe-passe du double standard contre la Chine.

La coopération économique de la Chine avec le Népal ne vise aucune tierce partie, y compris l’Inde. En revanche, une coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et le Népal est susceptible d’être une composante de l’intégration économique de la région et de profiter à tous les pays d’Asie du Sud.

L’Inde est également un partenaire de développement du Népal et leur coopération couvre divers secteurs – route, rail, santé, électricité – qui visent non seulement à améliorer les infrastructures et la connectivité transfrontalière entre les deux pays, mais peuvent également promouvoir l’intégration économique dans la région. D’un point de vue économique, les investissements de l’Inde au Népal doivent être salués.

Bien que certains en Inde essaient de voir les relations économiques entre la Chine et le Népal à travers un prisme géopolitique, leur pensée géopolitique étroite n’entravera pas la coopération entre la Chine et le Népal. Si l’Inde s’inquiète du développement des relations bilatérales entre la Chine et le Népal, la meilleure solution est de participer à la coopération régionale. En fait, il y a beaucoup de place pour une coopération trilatérale entre les trois pays.