En novembre 2021, la Chine et Chypre ont officiellement annoncé leur partenariat stratégique à l’occasion du 50e anniversaire de leurs relations diplomatiques, qui revêt une importance capitale pour les relations bilatérales et notamment dans la perspective de l’intégration à l’initiative la Ceinture et la Route.

Chypre a traditionnellement de bonnes relations politiques avec la Chine. En 1971, les deux pays ont établi des relations diplomatiques. En 2019, un protocole d’accord a été signé entre les deux pays lors de la visite du président chypriote Anastasiades en Chine. En 2015 et 2019, le président chypriote Anastasiades a participé à la Conférence des partis politiques asiatiques sur la Route de la soie et au deuxième Forum de la Ceinture et de la Route pour la coopération internationale.

Timbres de Chypre SG 2021 pour les 50 ans des relations diplomatiques Chypre-Chine

Selon l’agence Xinhua, média d’État chinois, Chypre adhère au principe d’une seule Chine (qui n’autorise pas la reconnaissance de Taïwan) et soutient l’UE dans le développement actif de la coopération avec la Chine. La Chine soutient également les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies visant à la réunification de Chypre.

Les deux chefs d’État ont décidé de faire évoluer la relation Chine-Chypre vers un partenariat stratégique lors d’une conversation téléphonique. Au cours de cet appel, le dirigeant chinois Xi Jinping a déclaré que « les deux pays soutiennent fermement les intérêts fondamentaux et les préoccupations majeures de l’autre » et « ont réalisé une coopération fructueuse dans des domaines tels que l’énergie et les télécommunications ». En outre, la Chine et Chypre « sont des partenaires dans la construction conjointe de « la Ceinture et la Route ».

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et le président chypriote Nicos Anastasiades se sont engagés à renforcer davantage les relations entre leurs pays

La méditerranée orientale est devenue un élément crucial de l’initiative chinoise de la Route de la soie maritime (ICRM), qui fait partie du cadre plus large de la BRI. Les investissements chinois dans les installations portuaires et les projets d’infrastructures clés à grande échelle en méditerranée orientale visent à ouvrir de nouveaux liens commerciaux entre la Chine et les régions Eurasie-Afrique. L’ ICRM est un grand projet de route maritime reliant les ports de la côte est de la Chine à la mer de Chine méridionale et à l’Asie du Sud-Est, puis à la Méditerranée orientale en passant par l’océan Indien et le Moyen-Orient. Les investissements chinois dans les ports clés et les projets d’infrastructure à grande échelle dans la région de la Méditerranée orientale sont proportionnels à l’importance du marché européen, premier partenaire commercial de la Chine.

La Chine entretient ses relations avec le monde en utilisant la stratégie de la diplomatie du partenariat plutôt que celle de la politique d’alliance (ces relations ne sont pas des alliances, car, historiquement, Pékin évite de conclure des alliances). Dans le cadre de la BRI, la Chine a signé un certain nombre d’accords de partenariat stratégique – avec les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire riches en ressources du Moyen-Orient. Néanmoins, il est essentiel de noter que la diplomatie de partenariat de la Chine s’articule autour de relations et de partenariats bilatéraux avec des alliés américains existants afin d’accroître la concurrence régionale en matière d’influence et de ressources tout en évitant simultanément la confrontation avec Washington.

Les relations de la Chine avec Chypre sont étroitement liées à sa stratégie ICRM en Méditerranée orientale. L’île constitue potentiellement une étape sur la Route de la soie maritime chinoise, reliant l’océan Indien et la mer Méditerranée par le biais du golfe de Suez et de projets énergétiques. Bien que le cadre de la BRI ne rapproche pas immédiatement les deux pays, il leur permet de discuter du nouveau rôle de la Chine dans la région méditerranéenne et de maximiser les relations bilatérales sans remettre en question l’orientation pro-occidentale de Chypre. En tant que nouveau nœud commercial maritime, Chypre permet à la Chine d’accroître son empreinte et de renforcer sa domination dans la région méditerranéenne.

L’investissement de la Chine dans l’île s’inscrit dans le cadre de la BRI, qui met l’accent sur les installations et la connectivité. Chypre marque le passage de la route de la soie maritime à la route terrestre dirigée vers l’Europe. Comme l’a déclaré l’ancien ambassadeur chinois à Chypre, Huang Xingyuan, en mai 2017 : « L’initiative vise à connecter la Chine à l’Europe, et Chypre se trouve à un point stratégique entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique. Elle peut donc jouer un rôle clé dans la promotion de cette initiative, car elle dispose d’un secteur maritime développé et d’un secteur des services dynamique. Ce n’est qu’un exemple de la manière dont l’initiative « la Ceinture et la Route » pourrait profiter aux pays concernés ».

Comme Huang l’a laissé entendre, Chypre est l’un des acteurs les plus importants de la stratégie ICRM de la Chine en Méditerranée orientale en raison de sa position centrale qui relie l’Asie, l’Europe et l’Afrique. L’île et les pays du Proche-Orient ont activement construit des routes dans le cadre de l’ICR. Bien que Chypre soit minuscule en termes de taille et de population, elle constitue un carrefour crucial qui relie les trois continents et est essentielle à la réalisation de l’initiative. L’importance de la position géographique stratégique de Chypre en tant que principale île de transit – grâce à sa situation au carrefour de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique – est renforcée par son adhésion à l’UE, ses avantages en matière de développement social, ses bénéfices économiques et ses relations politiques traditionnellement bonnes avec la Chine. Tous ces facteurs confèrent à Chypre un rôle essentiel pour promouvoir avec succès les objectifs et les valeurs de la stratégie MSRI de la Chine.

Plus important encore, l’île peut devenir l’un des piliers les plus importants de la stratégie ICRM de la Chine en Méditerranée orientale. Chypre est le premier port européen que les navires rencontrent lorsqu’ils sortent du canal de Suez et entrent dans les eaux européennes, en profitant de la proximité du Moyen-Orient. En outre, l’île est également un centre international crédible d’affaires et de services. La position géographique stratégique de l’île est idéale pour construire des zones industrielles et des centres de distribution vers d’autres régions, notamment l’Europe de l’Est, l’Europe du Sud-Est, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

En plus de ses avantages géographiques, Chypre est mieux placée que de nombreux autres pays, car elle possède un spectre géographique diversifié pour les affaires, une main-d’œuvre hautement qualifiée, un environnement d’exploitation commerciale rentable et l’un des cadres fiscaux les plus compétitifs qui soient. Par conséquent, l’île est particulièrement attrayante pour la Chine qui souhaite investir dans des zones industrielles et des centres logistiques proches des ports afin de faciliter la livraison de marchandises de la Chine vers ses marchés en expansion au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Europe. Situés dans le coin nord-est du bassin méditerranéen, à l’intersection des principales voies de navigation internationales et régionales, les ports de Chypre sont une escale naturelle pour les navires qui entrent et sortent de la région méditerranéenne. Ainsi, malgré la taille relativement modeste du commerce extérieur du pays, une centaine de lignes différentes desservent régulièrement Chypre, assurant des liaisons complètes, régulières et fréquentes entre l’île et le reste du monde.

Chypre est le centre de gestion le plus important de l’UE et figure parmi les trois premiers au monde. Aujourd’hui, les compagnies maritimes internationales présentes à Chypre sont parmi les plus importantes du genre au niveau mondial et gèrent environ 20 % de la flotte mondiale gérée par des tiers. Le nombre de sociétés est passé de 168 en 2017 à 220 en 2019, le nombre d’opérateurs de gestion de navires atteignant 50, ce qui place Chypre en tête de cette catégorie dans l’UE. L’île possède également la troisième plus grande flotte marchande d’Europe et la 11e plus grande au niveau mondial. En 2020, la flotte marchande chypriote comptait plus de 1 857 navires pour un tonnage brut de 21 millions de tonnes.

Port de Larnaca, le plus important de l’ïle

Le cadre de la BRI rapproche la Chine et Chypre, permettant aux deux pays de discuter du nouveau rôle de la Chine dans la région méditerranéenne et de maximiser la relation bilatérale sans remettre en cause l’orientation pro-occidentale de Chypre. La vision de Chypre s’aligne sur la stratégie ICRM de la Chine, qui vise à approfondir la coopération dans les ports, le transport maritime et la construction d’infrastructures afin de stimuler l’économie locale.

La Chine est précieuse pour Chypre pour des raisons économiques et en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies.

Située dans une position centrale entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique, l’île est appelée à jouer un rôle essentiel dans l’expansion de l’empreinte chinoise en Méditerranée orientale, compte tenu de sa situation maritime avantageuse, de son secteur maritime développé, de ses réserves de gaz et de sa grande expérience en matière de services financiers. La Chine peut utiliser les avantages géographiques des ports chypriotes pour faciliter et accroître les flux de transfert de la Chine et de l’Extrême-Orient vers l’Union européenne, les Balkans et la région de la mer Noire, et vice versa. L’option chypriote pourrait renforcer la capacité de débit de la liaison rapide mer-terre de la Chine avec l’Europe.


Mordechai Chaziza est titulaire d’un doctorat de l’université Bar-Ilan et maître de conférences au département de politique et de gouvernance et à la division des études multidisciplinaires en sciences sociales du collège universitaire d’Ashkelon. Ses recherches actuelles portent sur la politique étrangère de la Chine au Moyen-Orient-Afrique du Nord