Perché au confluent des rivières Tonlé San et Srepok dans la province de Stung Treng, au nord-ouest du Cambodge, qui fait partie du système fluvial 3S près de la frontière cambodgienne-laosienne, le Barrage Lower Sesan II (LS2) de près de 800 millions de dollars a fêté ses deux ans en décembre dernier. 

Le barrage a été proposé pour la première fois par la Banque asiatique de développement (BAD) dans les années 1990 pour promouvoir le potentiel hydroélectrique du Cambodge, mais il a été abandonné lorsque leur rapport de 1999 a constaté que les répercussions potentielles du barrage l’emportaient sur les avantages. Mais le gouvernement cambodgien a poursuivi en 2007 le projet avec le soutien de EVN International Joint Stock Company du Vietnam. En 2012 , le barrage est devenu une coentreprise entre le groupe royal du Cambodge et le chinois Hydrolancang International Energy, tandis que le Vietnam ne conserve qu’une petite participation. La construction a commencé en 2014 et s’est terminée en 2018. 

HydroLancang est une filiale du groupe China Huaneng, l’une des cinq plus grandes sociétés de production d’électricité en Chine. La société gère de grands projets hydroélectriques principalement le long du fleuve Lancang

Premièrement, le projet promettait une plus grande indépendance énergétique et une plus grande sécurité énergétique, permettant au Cambodge de moins dépendre du carburant coûteux et d’un prix fixe à long terme de l’électricité. Les autorités responsables du barrage ont également promis que le projet réduirait la pauvreté et créerait des milliers d’emplois. On a promis à ces employés d’acquérir une expérience et des compétences précieuses avec les nouvelles technologies. Le barrage Lower Sesan II s’est également engagé à fournir aux personnes touchées un logement décent et ordonné, des infrastructures suffisantes – routes, écoles, centres de santé, systèmes d’approvisionnement en eau – ainsi qu’une irrigation moderne. 

L’entreprise LS2 a également promis 500 000 $ par an à Électricité du Cambodge pour la formation et le développement des ressources humaines, totalisant 20 millions de dollars, pour la concession de 40 ans. Ensuite, une fois l’opération commencée, le gouvernement devrait gagner en moyenne 29,5 millions de dollars par an grâce aux ventes d’électricité, hors TVA. Enfin, le gouvernement recevra 13,5 millions de dollars supplémentaires par an si la TVA est perçue.

Deux ans après la mise en service officielle du barrage, ses avantages restent très contestés. Prenons par exemple la question des récompenses récoltées par les populations locales. 

La loi LS2 promettait cinq hectares de terres agricoles et 5 000 mètres carrés (50 x 100 m) de terres résidentielles communautaires. En juin 2020, l’indemnisation prévue par la loi LS2 était presque à 100% avec seulement quelques familles à gérer, a déclaré le gouverneur de la province de Stung Treng Mom Saroeun . 

« La réinstallation des populations locales s’est globalement bien déroulée, même si plusieurs familles ont résisté », a déclaré le Dr Keo Piseth, directeur du Centre d’études du développement durable de l’Asian Vision Institute. 

Les partisans du gouvernement affirment que les 500 ménages réinstallés dans les villageois de Srel Kor Thmey avaient reçu des routes de haute qualité, des systèmes de drainage, de l’eau potable, de l’électricité bon marché, des écoles et des hôpitaux. Inversement, des sources plus approfondies fournissent une image sans doute plus réaliste de la façon dont le barrage a eu des effets négatifs sur la vie des villageois. 

Les familles déplacées du village de Srel Kor Thmey affirment que l’entreprise n’a pas construit de pont sur la rivière Tonlé San comme promis avant de les déplacer de leurs villages d’origine. Par conséquent, ils doivent parcourir des kilomètres par un chemin de détour. Les villageois se plaignent du manque d’infrastructures de base et de possibilités d’emploi. Ce nouveau village est également coupé de la rivière, leur principale source de poissons. 

Le barrage inférieur de Sesan II pendant la construction Photo: Thomas Cristofoletti

C’est cette dernière plainte, l’accès au poisson, qui reste un point de discorde majeur avec le barrage Lower Sesan II. Le groupe China Huaneng a affirmé avoir investi 1,5 million de dollars pour construire une échelle à poissons – une marche à poissons conçue pour faciliter la migration des poissons en surmontant les obstacles causés par les barrages. Cependant, une étude de 2012 a mis en garde contre une baisse de 9,3% des stocks de poissons dans le bassin, la principale consommation de protéines des villageois de Sesan.

Aucune étude n’a été menée pour mesurer l’impact du barrage Lower Sesan II sur la pêche depuis le rapport de 2012, a déclaré au Globe le Dr Chheng Phen, directeur par intérim de l’Institut de recherche et de développement des pêches intérieures . 

Les partisans du barrage ont fait valoir que le barrage apportera des progrès technologiques qui aideront les populations locales à acquérir de l’expérience et des opportunités. Mais ces affirmations restent douteuses. 

Sur les 3 000 personnes qui auraient pu être engagées dans la construction du barrage, beaucoup auraient eu besoin de certaines compétences en ingénierie et d’une expertise technique. Environ 29 000 autochtones vivant le long de la rivière Sesan au Cambodge sont hautement qualifiés en matière d’agriculture et de foresterie, mais ils manquent de formation en matière d’ingénierie. Il est probable que peu d’entre eux auraient trouvé des opportunités d’emploi significatives pendant la construction du barrage, de sorte que les revendications de réduction de la pauvreté locale semblent manquer de crédibilité, ou du moins doivent être vérifiées.

En octobre 2018, la capacité installée totale de 400 000 kilowatts représentait 20% de la capacité de production d’électricité installée du ressortissant cambodgien. En juillet, le directeur de l’administration de la salle provinciale de Ratanakiri, Neang Sam Ath, a affirmé que 206 000 personnes bénéficieraient des 50 MW d’électricité fournis par le barrage II de Lower Sesan. Le barrage LS2 a généré sa pleine capacité de 400 MW comme promis et alimente les provinces de Stung Treng, Preah Vihear et Ratanakiri et Mondulkiri, a écrit le Dr Keo Piseth. 

Il a ajouté qu’« un représentant de l’entreprise a mentionné que la sécheresse et les inondations n’ont pas encore affecté la production d’électricité ».

Quoi qu’il en soit, de nombreuses questions importantes restent sans réponse : Dans quelle mesure LS2 a-t-il contribué à la réduction de la pauvreté et à la création d’emplois ? Combien les familles ont-elles reçu en compensation promise ? Combien le gouvernement a-t-il gagné ? 

Tout comme une image de connexion de points, toutes ces informations manquantes nous empêchent de dessiner une image de ce dont nous avons besoin, pour comprendre pleinement les coûts et les avantages du barrage Lower Sesan II . Des données et des preuves sont encore nécessaires pour compléter les pièces manquantes. 


Chanvoitey Horn est une jeune chercheuse au Future Forum, un groupe de réflexion indépendant sur les politiques publiques basé au Cambodge