La République populaire de Chine et l’Union africaine (UA) ont signé dernièrement un accord de coopération pour promouvoir la construction conjointe de la Ceinture et la Route (plan de coopération Chine-Afrique). Cette coopération de meilleure qualité vise à renforcer la communication et la coopération avec les pays africains. Elle favorisera le développement de l’initiative de la construction conjointe de la Ceinture et la Route et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine donnant un nouvel élan à la coopération bilatérale.

L’Afrique constitue un partenaire important de la coopération « la Ceinture et la Route ». A ce jour, 46 pays africains et la Commission de l’Union africaine (UA) ont déjà signé ce protocole de coopération la Ceinture et la Route, ce qui représente environ un tiers du nombre total des pays qui ont signé dans le monde entier.

Avec cette coopération, un grand nombre de projets d’infrastructures ferroviaires, routières, portuaires, aéroportuaires, ainsi que des projets de centrales électriques, ont été menés avec succès. Ces projets menés dans le cadre de l’Initiative la Ceinture et la Route ont apporté des changements économiques et sociaux significatifs en Afrique. La Chine est le premier partenaire commercial de l’Afrique depuis 11 années consécutives et l’un des principaux pays investisseurs en Afrique, contribuant à plus de 20% à la croissance économique de l’Afrique sur plusieurs années consécutives.

En regardant en arrière cette année, la Chine et l’Afrique se sont soutenus mutuellement et ont lutté côte à côte contre la pandémie de COVID-19. La coopération sino-africaine promeut la construction de la « Route de la soie saine » et les deux pays travaillent conjointement à la construction d’une communauté de santé.

Jusqu’en septembre de cette année, la Chine a livré plus de 400 tonnes de matériels médicaux essentiels à 53 pays africains et à l’Union africaine pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Elle a également facilité l’achat de fournitures médicales en Chine par l’Afrique. Dans le cadre de la coopération sino-africaine grandissante dans le secteur de la santé publique, la construction du futur siège du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique) a débuté le 14 décembre 2020 dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba avec l’aide de la Chine. Le domaine de la santé est devenu un nouveau point culminant de la construction conjointe de “la Ceinture et la Route”.

Dans le même temps, la construction conjointe de l’Initiative “la Ceinture et de la Route” par la Chine et l’Afrique a fait preuve d’une grande résilience au cours de la période épidémique. Plus de 1 100 projets de coopération de la Chine sont toujours en cours de construction en Afrique, et un grand nombre de techniciens et de travailleurs continuent de travailler à leurs postes respectifs. Cette ténacité a fortement encouragé la lutte contre l’épidémie et la reprise économique et sociale dans les pays africains.

Aujourd’hui, la coopération sino-africaine a franchi une nouvelle étape de développement. L’année 2021 marque le début du quatorzième plan quinquennal de la Chine, qui accélérera la promotion d’un nouveau modèle de développement. Le premier janvier de la nouvelle année 2021, les pays africains lanceront officiellement la construction d’une zone de libre – échange continentale africaine et mettront pleinement en œuvre le premier plan décennal de l’Agenda 2063 de L’Union africaine. À ce stade historique, la signature du plan de coopération entre la Chine et l’Afrique contribuera à promouvoir les avantages mutuels et à relever conjointement les défis mondiaux.

On peut dire que la construction conjointe de la Ceinture et la Route et l’Agenda 2063 sont compatibles et complémentaires. Dans le cadre de la zone de libre-échange, les pays africains s’emploient activement à faciliter le commerce. L’Agenda 2063, a mis en avant les objectifs d’élever, d’ici à 2045, le commerce intra-régional à 50% du total des échanges commerciaux de l’Afrique et le commerce total de l’Afrique à 12% du total des échanges commerciaux du monde.

L’initiative la ceinture et la route aura pour objectif de s’allier aux ambitions de l’agenda 2063 de l’union africaine

L’Agenda 2063 de l’UA avance également l’objectif important de relier toute l’Afrique par des infrastructures au niveau mondial. Le programme du développement des infrastructures en Afrique détermine quatre domaines clés : l’énergie, le transport, l’informatique et les télécommunications, les ressources en eaux transfrontalières.

Dans le domaine des infrastructures, les pays africains sont en retard par rapport au reste du monde. Ils déploient des efforts actifs pour améliorer les conditions, mais il existe un déficit de financement assez important qui entrave le programme d’intégration et de développement durable de l’Afrique. La Chine offre son soutien financier qui vise à combler ce déficit et à investir dans divers projets d’infrastructure en Afrique.

L’Afrique est le berceau de la civilisation humaine. Les échanges et la coopération culturels entre la Chine et les pays africains ont une longue histoire.  Parmi les sept aspirations de l’Agenda 2063, l’UA affirme son aspiration à doter l’Afrique d’ une “forte identité culturelle, un patrimoine, des valeurs et une éthique commune”. L’identité culturelle, les valeurs et l’éthique africaine comme facteurs importants dans la résurgence de l’Afrique sur la scène mondiale dans la décennie des années 2010, seront promues et renforcées d’ici 2063.  Cette initiative se fixe également pour objectif d’avoir récupéré, d’ici à 2023, « au moins 30 % de tous les patrimoines culturels », afin que la culture et le patrimoine africains contribuent à la croissance  du PIB et à la transformation de l’Afrique.

La signature du plan de coopération Chine-Afrique démontre que le géant asiatique est prêt à travailler main dans la main avec l’Afrique dans le cadre de l’Initiative la Ceinture et la Route dans l’ère post-pandémique. Le plan de coopération a clairement défini les contenus et les projets clés de la coopération dans des domaines tels que les « cinq liens », et a proposé des calendriers et des feuilles de route, prouvant une fois de plus que la coopération Chine-Afrique n’a jamais été un « talk shop”, mais une « équipe d’action » pragmatique et efficace.

Conformément au plan de coopération, la Chine établira également un mécanisme de coordination avec la Commission de l’UA sur la coopération dans le cadre de l’initiative la Ceinture et la Route, en vue de promouvoir la mise en œuvre du projet de coopération. Ces arrangements se feront par le biais d’un mécanisme de communication et de consultation sans heurt qui résoudront en temps voulu les problèmes et les difficultés rencontrés et approfondiront la synergie entre l’Initiative la Ceinture et la Route, l’Agenda 2063 de l’UA et les stratégies de développement des pays africains. Par conséquent, les deux parties redoubleront d’efforts pour réaliser leurs objectifs de développement respectifs. La conception de haut niveau de la coopération « la Ceinture et la Route » vise à identifier plus précisément les points d’alignement des politiques des uns et des autres.

En plus d’approfondir la coopération sino-africaine en matière de capacité de production, d’infrastructures, de manufacture, et d’autres domaines, les deux parties peuvent étendre la coopération dans de nouveaux domaines comme les moyens de subsistance des populations, le développement durable et l’économie numérique. La construction conjointe de “la Ceinture et la Route” permettra d’offrir de nouvelles perspectives de coopération qui pourront améliorer le bien-être des populations de l’Afrique et de la Chine.

Ce projet de coopération est le premier document de coopération signé entre la Chine et une organisation internationale régionale pour planifier la coopération dans le cadre de l’initiative la Ceinture et la Route. Il permettra d’atteindre les objectifs de connectivité et de  développement le long de la BRI.

Cette nouvelle crise nous révèle une fois de plus l’interdépendance entre les pays. L’humanité se trouve dans une communauté de destin commun, et les peuples du monde sont devenus plus conscients de la nécessité de bâtir la « Ceinture et la Route, pour un développement de haute qualité. Promouvoir la connectivité, l’ouverture et l’intégration est le seul moyen de faire face aux crises mondiales et de parvenir à un développement à long terme. La coopération internationale dans la construction conjointe de “la Ceinture et la Route” peut jouer un rôle important.

La Chine travaillera avec ses partenaires, y compris l’Afrique, pour faire de la Ceinture et la Route un modèle de coopération pour relever les défis. La Ceinture et la Route sera également un modèle de santé pour protéger la sécurité et le bien-être du peuple, un modèle de reprise pour restaurer les activités économiques et sociales, et un modèle de croissance pour libérer le potentiel de développement. Grâce à la construction conjointe de “la Ceinture et la Route”, nous travaillerons main dans la main pour promouvoir la construction d’une communauté de destin pour l’humanité.


Par Audrey Dubosc, traductrice à l’OFNRS