Quel bilan pour la ligne Bakou-Tbilissi-Kars ?

Fin 2013, le président chinois a dévoilé son plan de revitalisation de l’ancienne route commerciale de la Route de la soie. Ce plan comprend une ceinture économique terrestre de la route de la soie ainsi qu’une route maritime de la soie qui, ensemble, sont connues sous le nom d’Initiative One Belt and One Road (OBOR) puis Belt and Road Initiative (BRI). Cependant, la Chine n’est pas le seul pays à bénéficier de cette coopération entre les pays eurasiatiques et les marchandises chinoises ne seront pas les seules marchandises transportées sur la route.

Le 30 octobre 2017, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, le Premier ministre géorgien Giorgi Kvirikashvili, le président turc Recep Tayyip Erdoğan, le Premier ministre kazakh Bakyzhan Sagintayev et le Premier ministre ouzbek Abdullah Aripov se sont rencontrés dans le port de Bakou (Bakı Dəniz Limanı) et ont lancé un projet ferroviaire pour connecter leurs pays dans le cadre de l’OBOR. Le Premier ministre Kyirikashvili a qualifié cette initiative de «pont entre l’Asie et l’Europe».

Une grande partie de ce nouveau couloir ferroviaire de 826 kilomètres, également connu sous le nom de Bakou-Tbilissi-Kars (BTK), existait déjà. Cependant, 105 km de voies ont été construits pour relier ces pays directement entre eux. Cette liaison ferroviaire joue un rôle important dans la connexion des pays de l’Est et de l’Ouest, et la Chine n’est que l’un d’entre eux. Le chemin de fer BTK prévoit de transporter 3 millions de passagers et 17 millions de tonnes de fret d’ici 2034. Les trains quittant l’Asie de l’Est traverseront l’Asie centrale et atteindront la passerelle de Khorgos au Kazakhstan. À ce stade, la cargaison peut être expédiée au-delà de la mer Caspienne par ferry pour arriver au nouveau port de Bakou en Azerbaïdjan. Il serait coûteux de construire les installations pour recevoir cette énorme quantité de marchandises ; de même, il y a eu de nombreux problèmes de financement du projet.

Après que la Banque pour la reconstruction et le développement, la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement se sont retirées du projet, l’aide est finalement venue de Bakou. Le Fonds souverain du pétrole de la République d’Azerbaïdjan (SOFAZ) a accordé deux prêts totalisant 775 millions de dollars à la Géorgie pour achever la construction de la portion restante de 178 km du système ferroviaire. L’investissement azerbaïdjanais a déjà payé un dividende.

Le volume du commerce azerbaïdjanais est passé de 1,5 million de dollars en 1993 à 770 millions de dollars en 2016. L’Azerbaïdjan est au centre de cette route commerciale qui touche 60 pays d’Asie centrale, d’Europe et d’Afrique, qui sont les principaux marchés des économies à croissance rapide de l’Extrême-Orient. La Géorgie, en tant que membre du projet BTK, bénéficiera également de l’exportation vers la Chine. En 2016, les exportations de la Géorgie vers la Chine ont augmenté de 59,1%, atteignant 138,9 millions de dollars, dépassant la Russie en tant que deuxième destination pour les exportations géorgiennes. La destination numéro un reste la Turquie.

La Turquie espère qu’elle réalisera un bénéfice important grâce aux frais de transit. Même s’il ne reçoit que 10% du trafic de fret Asie-Europe via BTK, cela signifie 24 millions de tonnes de fret supplémentaire. La relance économique de la Turquie dans des domaines tels que la logistique, la production industrielle et les services augmentera, créant des emplois pour les 80 millions d’habitants du pays, qui ont connu une croissance démographique de 1,6% en 2016 contre 1,2% en 2010. En outre, en raison d’un accès plus aisé aux flux de produits énergétiques des producteurs d’Asie centrale, une coopération économique et des échanges culturels plus rapides avec ces pays turcophones (ainsi qu’avec la Chine) se produisent. De plus, ces alliances économiques et culturelles induites par le BTK pourraient améliorer les perspectives de paix dans le Caucase.

Fin 2017, le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères a envoyé un signal positif à l’Arménie, annonçant que si les troupes arméniennes quittaient le Karabakh, Bakou serait prêt à discuter de la coopération avec son voisin. Les opportunités économiques, les emplois et autres améliorations du BTK s’étendront aux personnes vivant dans des régions telles que la région du Javakh, avec sa population arménienne dans le sud de la Géorgie, et les régions du Nakhchivan et du Karabakh en Azerbaïdjan. 

Le chemin de fer BTK pourrait également être un moteur de paix, en créant un cadre de coopération économique et sociopolitique entre les pays de la région, notamment au nord et au sud. Les liens que BTK crée dans divers domaines deviennent de plus en plus évidents à mesure que le projet se développe depuis sa création le 30 octobre 2017.

Le port de Bakou, en tant que pièce maîtresse du projet, a connu la plus forte croissance du volume de trafic de conteneurs. Le transbordement de fret a atteint 2 millions de tonnes seulement au premier semestre 2018. Il n’y a pas de statistiques disponibles pour 2019, mais à ce rythme, le port de Bakou aurait transmis 3 440 000 tonnes de conteneurs l’année dernière. Cela représente une croissance de 53% des expéditions de conteneurs en 2018 par rapport à la même période de l’année précédente. Bien que ce transbordement de fret soit inférieur à la capacité prévue de 17 millions de tonnes pour 2034, il s’agit d’une réalisation importante pour 2018, en particulier compte tenu de la construction en cours qui augmente la capacité du port.

Le commerce longue distance utilisant le chemin de fer BTK a été très actif en 2018. À titre d’exemple, en juillet 2018, une cargaison de fer et d’acier a été chargée quittant Magnitogorsk-Gruzovo et a atteint Payas en Turquie du Sud après avoir parcouru 5 000 kilomètres en 17 jours. Outre le commerce longue distance, l’activité entre les petits pays le long de la route BTK a aussi augmenté en 2018. Par exemple, le commerce entre Astana et Ankara est en plein essor depuis le début du chemin de fer. Jusqu’à présent, 110 000 tonnes de marchandises ont été transportées par le chemin de fer BTK entre ces deux pays. 

De même, le transport de passagers a augmenté de près de 50% de 2017 à 2018 dans le port de Bakou. À la fin du premier semestre de 2018, 45 000 passagers avaient été transportés par le port de commerce maritime international de Bakou. Fin 2018, ce nombre est estimé à 92 000 passagers. Actuellement, le port peut accueillir 150 000 passagers. De nouveaux trains de voyageurs sont également à l’horizon. De nouveaux trains reliant les pays BTK ont été lancés au troisième trimestre 2019.

Pour répondre à la demande accrue de passagers, la société des chemins de fer azerbaïdjanais a signé un contrat de 133 millions de dollars avec Swiss Stadler pour l’achat de 30 wagons (qui a ensuite été renégocié et réduit à 20). Les tests de vitesse ont été achevés début 2019. Deux locomotives de la société française Alstom Transportation SA ont été achetées en octobre 2017, mais pour une solution plus abordable et durable, il a été décidé à l’avenir de fabriquer des locomotives localement. À cette fin, le 5 décembre 2018, le ministre turc des transports et des infrastructures a annoncé que la Turquie et l’Azerbaïdjan produiraient conjointement des wagons de marchandises pour BTK.

Pour l’avenir, BTK offrira sans doute aux pays concernés et à leurs voisins des opportunités économiques et politiques historiques. La coopération économique apportera la prospérité aux économies et aux populations locales à croissance rapide de la région, ainsi que le rapprochement des pays et, espérons-le, la création d’un environnement de paix et de coopération durable.

%d blogueurs aiment cette page :