La Chine face aux défis du Pacifique

Un revirement diplomatique majeur contre Taiwan

Le Cabinet des Îles Salomon a voté le transfert de sa reconnaissance diplomatique de Taipei à Pékin fin 2019, mettant ainsi fin à ses 36 ans de relations officielles avec Taiwan. Les îles Kiribati ont emboité le pas trois jours plus tard. Cette succession rapide de pertes diplomatiques a fait chuter les partenaires diplomatiques officiels de Taipei à 15.

Bien que le passage des Îles Salomon ait été long à venir, la Chine est son plus grand marché d’exportation et les liens d’investissement, touristiques et culturels avec la Chine ont éclipsé ceux de Taïwan, cela représente la réalité des succès de Pékin dans sa campagne contre l’affirmation du statut de Taiwan dans le système international.

Depuis que Tsai Ing-wen a pris ses fonctions en 2016, la Chine a ciselé six des partenaires taïwanais d’Afrique, d’Amérique centrale et du Pacifique Sud.

Le passage des Îles Salomon est une perte pour Taïwan, mais aussi pour les États-Unis et ses partenaires d’alliance dans le Pacifique.

Les îles Salomon sont stratégiquement situées et détiennent plusieurs ports en eau profonde, ce qui signifie qu’ils pourraient être utilisées pour contester directement les activités des États-Unis et de ses partenaires dans la région.

Avec ces basculements diplomatiques, une bande continue de zones économiques exclusives des partenaires diplomatiques de la Chine s’étend sur plus de 8 500 kilomètres de Taiwan aux Tonga, s’avançant dans les sphères d’influence de l’après-Seconde Guerre mondiale des États-Unis, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et des États-Unis.

S’ajoute à cela, les craintes que la Chine envisage d’établir une base navale à Vanuatu et à l’élévation par la Chine de ses partenaires du Pacifique au niveau de « partenaire stratégique global » en 2018, le changement de reconnaissance des Îles Salomon a amplifié les craintes d’une présence sécuritaire chinoise dans la région. Les rapports récents d’un conglomérat d’État chinois tentant de louer une île entière dans les Salomon illustrent la préoccupation persistante concernant la militarisation chinoise des actifs des îles du Pacifique.

En septembre 2019, quelques jours après le changement diplomatique, le groupe chinois Sam Enterprise a conclu un accord avec un gouvernement provincial pour obtenir des droits exclusifs de développement sur l’île de Tulagi pendant 75 ans.

Les résidents locaux et les observateurs internationaux s’inquiètent de la double utilisation possible de l’île étant donné son histoire en tant que base navale japonaise et en tant que cheville ouvrière du théâtre du Pacifique.

Bien que l’accord ait été jugé illégal par le gouvernement central, le manque de transparence et la possibilité d’un développement à double usage inquiètent les observateurs quant à la nature et au contenu des futurs accords que la Chine pourrait proposer à Honiara.

Les spéculations sur la militarisation de la région sont aggravées par les implications pour la sécurité nationale des grands projets d’infrastructure chinois aux Îles Salomon notamment.

L’Australie, qui voit le Pacifique comme sa principale sphère d’influence et cette ligne d’îles comme sa première chaîne d’îles, a notamment exprimé son malaise concernant les investissements de Huawei.

L’Australie à l’offensive

En 2018, Canberra a empêché une entreprise chinoise de diriger un grand projet d’infrastructure dans la région en accordant à une entreprise australienne près de 95 millions de dollars pour construire un câble sous-marin de 4800 km reliant Sydney à Honiara et Port Moresby.

Le changement de liens affectera également profondément les 670 000 habitants des îles Salomon eux-mêmes. Les Îles Salomon sont susceptibles de consentir des prêts dangereusement importants, que les banques chinoises et les entreprises publiques se sont empressées d’accorder dans le cadre de la BRI.

Le pays a le deuxième taux d’électrification le plus bas (62,9% en 2017) et l’indice de développement humain le plus bas (0,546 en 2019) de tout petit État du Pacifique, deux facteurs qui font du pays de bons candidats pour de grands projets d’infrastructure et susceptibles aux politiciens de faire des promesses audacieuses.

La capacité économique et de crédit limitée de la nation insulaire la rend vulnérable. Sa dernière note Moody’s est B3 (2015), inférieure à la note B1 du Sri Lanka en 2016, l’année précédant la location du port de Hambantota à la Chine pour 99 ans.

La leçon à tirer de Hambantota pour les Îles Salomon est que même les pays ayant une meilleure résilience de la dette ont été victimes de l’endettement.

Pour les Îles Salomon, la coexistence d’une énorme demande d’investissement dans son économie moins développée et les nouvelles voies diplomatiques de la Chine pour investir devraient donner le ton, en particulier compte tenu des prêts moins conditionnels de la Chine.

Au-delà de la vulnérabilité économique, la corruption associée aux îles Salomon et aux projets BRI antérieurs sera également un problème sérieux à résoudre. Les Îles Salomon ont des antécédents de corruption, mis en évidence par des allégations de pots-de-vin de plus de 200 000 $ offerts aux députés pour soutenir la transition diplomatique.

Des inquiétudes concernant la greffe des initiatives de développement financées par Taïwan, comme le Rural Constituency Development Fund, existent déjà, et l’incapacité du gouvernement à resserrer les règles laxistes entourant les donateurs inquiètent les observateurs.

Du côté chinois, la renégociation d’importants prêts chinois, comme ceux de la Malaisie, a montré que les prêts antérieurs peuvent avoir été gonflés et peuvent malheureusement inclure des conditions qui remplissent les poches des fonctionnaires corrompus plutôt que de contribuer à la prospérité des Îles Salomon.

La géographie et l’économie des Îles Salomon en font un pivot stratégique dans le Pacifique Sud. Indépendamment de son poids stratégique, les Îles Salomon méritent une voie durable vers le développement, et cette voie devrait être tracée avec une augmentation des investissements chinois provoquée par la transition diplomatique.

Pour les pays intéressés et pour le peuple des Îles Salomon, un examen international accru des accords d’investissement entre les Îles Salomon et la Chine est essentiel.

La transparence sera essentielle pour comprendre la stratégie plus large dans la partie la plus étendue de l’Indo-Pacifique dans un contexte de concurrence entre grandes puissances. La Chine a un devoir d’exigence aussi pour améliorer son image dans le cadre des investissements fléchés Initiative Ceinture et Route.

%d blogueurs aiment cette page :