Tribune-Comprendre la réalité énergétique avant de pointer du doigt la Chine

Notre Directeur Adrien Mugnier, co-signe en Français une tribune Comprendre la réalité énergétique avant de pointer du doigt la Chine avec Curtis Stone.

Plus tôt ce mois-ci, le Financial Times a publié un rapport sur l’initiative Ceinture et routes et sur le développement de nouvelles centrales électriques au charbon en dehors de la Chine, citant des groupes environnementaux non identifiés et des universitaires qui ont affirmé que l’objectif de la Chine de promouvoir le développement vert ne correspondait pas à la réalité à travers ses investissements internationaux. 

Le rapport critiquait la Chine pour ses investissements internationaux, mais ne tenait pas compte de la dure réalité de nombreuses personnes vivant sans énergie dans le monde.

La Chine n’a pas caché son engagement en faveur du développement vert. Dans un discours prononcé lors de la cérémonie d’ouverture du deuxième Forum sur la coopération internationale de la ceinture et de la route à Pékin en avril 2019, le président chinois Xi Jinping a souligné l’importance du développement vert dans le processus de construction de la ceinture et de la route. »Nous devons poursuivre une coopération ouverte, verte et propre« , a déclaré Xi dans son discours liminaire, ajoutant que la BRI visait à promouvoir le développement vert et que la Chine devrait lancer des projets d’infrastructures vertes, réaliser des investissements verts et du financement vert pour protéger la planète.

Xi a de nouveau souligné son engagement en faveur du développement vert dans une lettre de félicitations adressée au Congrès mondial des véhicules à énergies nouvelles de 2019, qui a débuté le 2 juillet à Bo’ao, Hainan.

Dans sa lettre, Xi a déclaré que la Chine était attachée au développement durable, respectueux de l’environnement et à faibles émissions de carbone et que la Chine était disposée à coopérer avec la communauté internationale pour accélérer l’innovation dans les technologies des véhicules à énergies nouvelles et le développement d’industries connexes, en vue des contributions à la construction d’un monde propre et beau et d’une communauté avec un avenir commun pour l’humanité.

Ce qui échappe à l’occident

Il y a deux choses à comprendre ici. Premièrement, la pauvreté énergétique sévit toujours dans les pays en développement, c’est-à-dire que beaucoup de personnes n’ont toujours pas accès à l’énergie et que beaucoup d’autres ont un accès peu fiable. Deuxièmement, la Chine s’est engagée dans le développement vert, mais l’accès à l’énergie est au cœur du développement. 

Les pays en développement ont le droit de se développer et, bien que n’étant pas une solution parfaite, la construction de centrales électriques au charbon apporte une solution concrète.La demande mondiale en énergie reste forte et la Chine comble un vide laissé par la Banque mondiale et d’autres institutions internationales pour la mise en place d’infrastructures énergétiques. 

Comme le rapport l’a souligné, l’attrait des nouvelles centrales électriques au charbon dans le cadre de l’initiative Ceinture et Route est simple : La Chine fournit des sources d’énergie fiables et indispensables dans les pays en développement.Les marchés de l’énergie sont en train de changer, mais le charbon joue toujours un rôle majeur dans le mix énergétique des pays développés et des pays en développement et la décision de construire une centrale au charbon dépend des conditions propres à chaque pays, notamment de ses besoins en énergie et de ses ressources naturelles. Bien sûr, les acteurs sont conscients des impacts environnementaux et sociaux que cela peut avoir. 

Toutefois, il n’est toujours pas possible d’éliminer l’option du charbon.Ce qui est important, c’est l’accès à une énergie abordable et fiable. C’est non seulement essentiel pour le développement, mais surtout, pour la survie. L’année dernière, une vague de chaleur a tué 65 personnes en trois jours dans la ville de Karachi, dans le sud du Pakistan. Les personnes qui sont décédées étaient pour la plupart pauvres et n’avaient pas d’accès fiable à l’énergie. Pire encore, des vagues de chaleur intenses continuent de terroriser de nombreuses personnes piégées dans la pauvreté énergétique.

Peut-être que certains journalistes à New York ou à Paris et les groupes et personnes qui se sont opposés aux efforts de la Chine pour aider les pays en développement ne sont pas intéressés ou ne comprennent pas souffrir de la pauvreté énergétique. En effet, pour les pays développés, l’accès à l’énergie n’est généralement pas un problème et la réduction des émissions est souvent davantage une question de mode de vie que de survie. Beaucoup de personnes jugeant la Chine ne savent pas ce que signifie être pris au piège de la pauvreté énergétique.

De plus, le problème du changement climatique auquel nous sommes confrontés aujourd’hui est en grande partie dû aux pays développés, qui ont grandement profité de la combustion de combustibles fossiles. L’énergie fossile étant un facteur fondamental de la révolution industrielle. Une étude du Center for Global Development a révélé en 2015 que les pays développés étaient responsables de 79% des émissions de carbone historiques de 1850 à 2011, dont 40% pour l’UE et 22% pour les États-Unis. Les pays développés ont donc la responsabilité historique de faire plus. 

Le principe de responsabilités communes mais différenciées est largement accepté dans les efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique. Il prend en compte les préoccupations des pays en développement et reconnaît que les pays développés – qui ont tant contribué au problème – devraient assumer une plus grande responsabilité dans la lutte contre le changement climatique. Toutefois, cela ne devrait pas se faire au détriment du droit des pays en développement au développement.

Avec l’initiative Ceinture et Route, la Chine apporte de réelles solutions au monde en développement. Il est regrettable que les pays développés tardent à mettre fin à la pauvreté énergétique et à lutter contre le changement climatique, tout en montrant du doigt la Chine pour ses efforts qui apportent de nombreux avantages aux pays en développement. 

Next Post

Un projet forestier sino-birman pour la rentrée

lun Sep 2 , 2019
Le mois d’août a été marqué par des incendies en Amazonie. Nous avons décidé à l’OFNRS, de débuter cette seconde année de publications par une initiative à la frontière entre la Chine et la Birmanie. Le Myanmar et les autorités chinoises ont signé un protocole d’accord pour un projet de […]
%d blogueurs aiment cette page :