interview Technologie

Interview de Winston Ma: La Route Numérique de la Soie peut réaliser une transformation verte le long des pays de la ceinture et de la route

Après 10 ans en tant que directeur général du fonds souverain chinois, China Investment Corporation (CIC), Winston Ma a créé sa propre société d’investissement plus tôt cette année. 

En tant que directeur des investissements de la China Silkroad Investment Capital, société récemment créée, Ma envisage de rechercher des opportunités d’investissement autour d’un thème à la mode :  Digital Silk Road.

Après que le président chinois Xi Jinping ait évoqué le concept pour la première fois en 2017, la Route numérique de la soie fait désormais partie de ce que Pékin espère voir développer pour atténuer les perceptions négatives liées aux projets d’infrastructure traditionnels que l’Initiative ceinture et route, finance depuis plusieurs années.

Par rapport au financement des ponts, des routes et des barrages, la promotion du commerce électronique ou le soutien aux réseaux 5G ont moins de chances de générer un impact négatif sur l’environnement. L’ajout de plates-formes Big Data et d’autres outils de haute technologie pour rendre tous les types de projets plus efficaces pourrait constituer une autre composante de la Route de la soie numérique.

MA a fait partie du premier groupe de personnes recrutées à l’étranger par CIC lors de la création du fonds souverain chinois en 2007. Il a été l’un des membres fondateurs du département Private Equity de CIC, puis du département des investissements spéciaux pour les investissements directs.

Avant de travailler à CIC, Ma était directeur adjoint des marchés à capitaux propres chez Barclays Capital et avait également travaillé chez JP Morgan et Davis Polk & Wardwell LLP.

Retrouvez ici l’interview en Français menée par Nina Xiang de China Money Network

Q: Vous venez de publier un nouveau livre: Digital Silk Road: La nouvelle croissance de la Chine. Dites-nous brièvement les idées principales de ce livre ?

R: Ceci est le troisième livre d’une série sur l’économie numérique chinoise. Le premier livre était l’économie mobile de la Chine, publié en 2016 au plus fort du boom de l’Internet mobile en Chine. Le deuxième livre, Digital Economy 2.0, est paru en 2017 après le sommet du G20 à Hangzhou, où le président Xi et d’autres dirigeants ont annoncé qu’ils utiliseraient l’évolution de l’économie numérique pour apporter une nouvelle croissance à l’économie mondiale.

Le troisième livre s’intitule Digital Silk Road. Le président Xi, l’an dernier, l’a utilisé pour décrire l’intersection de l’économie numérique et de l’initiative Belt and Road. Le troisième livre est consacré à la transformation numérique de la Chine et à son impact mondial.

Vous pouvez considérer la Route de la soie numérique comme la convergence de l’initiative sur l’économie numérique et de l’Initiative la ceinture et la route. En 2013, lors de l’annonce de OBOR, les gens la considéraient principalement comme un investissement dans les infrastructures traditionnelles, notamment les chemins de fer, les réservoirs, les barrages et le train à grande vitesse.

Toutefois, au cours des dernières années, l’économie numérique a révolutionné l’économie mondiale. Il est donc naturel d’ajouter le volet économie numérique à l’initiative la ceinture et la route. Plus précisément, lorsque les gens pensent à Belt and Road, ils devraient penser à une infrastructure intelligente, pouvant inclure des réseaux 5G, des tours satellites, un smartphone et ses économies connexes.

Q: Les investissements dans la Route de la soie numérique fonctionnent-ils de la même manière que les infrastructures traditionnelles, où la Chine offre le financement et l’expertise avec un soutien gouvernemental fort ?

A: oui et non, il en va de même en ce sens que le gouvernement et les capitaux chinois sont toujours très sollicités. Mais parallèlement, vous verrez des formes d’investissements plus diverses pour la Route de la soie numérique. Par exemple, vous pouvez voir beaucoup de projets traditionnels financés par des emprunts et des emprunts bancaires. Mais pour la Digital Silk Road, il pourrait y avoir davantage d’investissements liés aux actions.

Q: Et plus de participation issue des capitaux privés ?

A: Oui certainement. Ainsi, traditionnellement, les projets Belt and Road ont des participants comme des banques d’orientation nationale et des grandes banques commerciales. Mais pour Digital Silk Road, vous verrez davantage de sociétés technologiques comme BAT (Baidu, Alibaba, Tencent), ou de fonds d’investissement comme moi, et même de jeunes entreprises à la recherche de nouveaux marchés.

En termes d’horizon d’investissement, les investissements dans les infrastructures traditionnelles ont tendance à être envisagés à très long terme. Avec la Digital Silk Road, nous pourrions avoir des investissements plus souples.

Q: Votre entreprise participe activement aux activités d’investissement Route de la Soie numérique. Quelles sont vos attentes quant à la rentabilité de ces investissements ?

R: Pour les projets liés aux infrastructures, les banques politiques et les banques commerciales sont probablement encore mieux placées. Par exemple, créer une infrastructure de réseau 5G. Mais des services numériques issus du e-commerce  seraient plus appropriés pour la participation à des fonds d’investissement privés. Quand bien même, nous voudrions obtenir des bénéfices en retour, comme toute autre entreprise d’investissement.

Un autre avantage de la Digital Silk Road est qu’elles peuvent rendre l’infrastructure traditionnelle plus efficace et plus respectueuse de l’environnement. Pendant longtemps, l’Initiative la ceinture et la route a dû faire face à des controverses sur des problèmes d’environnement et de pollution.

La Route de la soie numérique est donc une réponse à la question de savoir s’il est possible de transformer l’environnement grâce à la BRI. La Digital Silk Road peut aider à réduire la consommation d’énergie des projets et à les rendre plus respectueux de l’environnement.

Par exemple, dans certains projets énergétiques au Pakistan, des opérateurs chinois ont collaboré avec Siemens pour installer des turbines à gaz éco-énergétiques dans ces projets. Les nouvelles technologies numériques peuvent également rendre le processus de planification et de construction plus efficace, en faisant gagner du temps à la construction des sites. L’utilisation d’applications Big Data sur ces projets gigantesques permettra aux utilisateurs de les utiliser plus efficacement (comme dans les projets de ville intelligente).

Q: Dans ce domaine, il pourrait y avoir beaucoup de défis, tels que la confidentialité ou la protection des données. Quels sont les principaux défis auxquels vous pensez faire face avec la Route de la soie numérique ?

R: C’est une excellente question, car d’un côté, plus le flux de données est important, plus l’entreprise est performante. Par ailleurs, les données concernant la protection de la vie privée et la souveraineté sont très surveillées dans le monde. Il n’y a pas de réponse claire à ce défi.

Du point de vue de la Route de la soie numérique, la position de la Chine est de développer un protocole collectif afin de créer un cyber espace commun pour un destin commun (空间 命运).

Q: La Chine possède le pare-feu numérique le plus strict au monde. Comment cela cadre-t-il avec cet idéal ?

R: La question de la souveraineté des données est en train d’être soulevée mais n’a pas été résolue. Et cela fait partie de la raison pour laquelle nous sommes au Forum économique mondial ici, non ? L’Occident préconise depuis longtemps une approche multipartite du flux de données mondial.

Q: Enfin, quel est votre espoir pour la Route de la soie numérique ?

A: Eh bien, je pense que si nous pensons de manière très positive, il y a beaucoup de possibilités dans ce domaine. Le premier est le flux commercial mondial qui relie différents petits marchés à un écosystème de commerce électronique connecté, de sorte que les vendeurs et les marchands aient accès à un marché beaucoup plus vaste qu’auparavant.

Deuxièmement, la possibilité de connecter tous les entrepreneurs de ces petits marchés représente une opportunité. Lorsqu’ils sont connectés à un vaste écosystème, ils ont plus de chances de tester leurs idées et de commercialiser leurs produits.

Par exemple, Alibaba s’est associé à l’Université nationale de technologie de Singapour pour créer un laboratoire de recherche sur l’IA à Singapour. Je pense qu’à l’avenir, nous verrons plus de cas comme ceux là.

Thank you to Nina Xiang and Winston MA for their agreement to translate and publish this interview in french language. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s