Depuis quelques années, le rôle de la Chine en matière de sécurité s’accroît en Asie centrale. En effet, la Chine perçoit une menace terroriste islamiste dans la province du Xinjiang et aux portes du pays à l’ouest. Afin de protéger ses frontières et ses routes de ravitaillement vitales, elle met en œuvre une politique militaire et sécuritaire active et déploie des capacités logistiques pour une éventuelle mobilisation rapide de troupes chinoises. La stabilité nationale et régionale est un facteur primordial pour les nouvelles routes de la soie. 

Une menace terroriste aux portes de la Chine

La Chine devient progressivement un nouvel acteur de la sécurité en Asie centrale, zone historique d’influence russe. Pékin est préoccupé par la stabilité du Xinjiang[1] et de son voisinage proche, et craint pour la sécurité de son territoire national. En effet, cette zone est stratégique pour la Chine car elle est riche en ressources énergétiques, avec notamment les hydrocarbures kazakhs et turkmènes, elle représente des marchés d’exportation en croissance et de nombreux ressortissants chinois y résident. Cependant, l’implication chinoise est limitée à la protection des frontières, il n’y a donc pas de rivalité directe entre Moscou et Pékin.

Dans les années 1980, le succès militaire des moudjahidines en Afghanistan et la montée d’Al-Qaïda favorisent la montée des mouvements radicaux en Asie centrale, notamment le Mouvement Islamiste du Turkestan Oriental (MITO) (organisation indépendantiste ouïghoure), le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO), composé de Tadjiks, de Kirghizes, d’Ouzbeks, d’Ouïghours et l’Union du Jihad islamique. Paradoxalement, les attentats du 11 septembre 2001 et la victoire stratégique d’Al-Qaïda marquent un arrêt dans l’essor de ces réseaux car les États ont pris d’importantes mesures de lutte contre le terrorisme. En 2014, des combattants ouïghours et d’Asie centrale rejoignent les rangs de Daech, d’Al-Qaïda, de Hayar Rahir al-Cham, du front Al Nustra en Irak et en Syrie. Depuis 2017, le risque avéré est le retour de ces combattants dans leurs pays d’origine. En effet, en mai 2015, l’ancien chef des forces spéciales de la police du Tadjikistan, Gulmurod Khalimov, annonce qu’il a rejoint Daech et qu’il prévoit d’importer le jihad au Tadjikistan. Il est tué par une frappe aérienne russe en Syrie en 2017. En août 2016, un attentat-suicide à la voiture piégée contre l’ambassade de Chine au Kirghizistan est commis par un ouïghour de retour de Syrie, selon les services de renseignement russes et kirghizes. Le 31 décembre 2016, l’attaque terroriste d’un ressortissant ouzbek tue 39 personnes dans une boîte de nuit d’Istanbul (Julienne, 2018).

Les pays d’Asie centrale ont des caractéristiques communes qui menacent leur stabilité interne : des tensions ethniques et claniques, un népotisme et un désœuvrement de la jeunesse, des taux de chômage élevés, des niveaux élevés de corruption, des conflits frontaliers non résolus, une criminalité organisée dans les zones transfrontalières, et une mauvaise répartition des ressources en eau. La population en Asie centrale est majoritairement composée de musulmans sunnites (94% en Ouzbékistan, 89% au Turkménistan et 90% au Tadjikistan) mais du fait de l’ère soviétique, il s’agit plutôt d’un islam culturel, les institutions politiques sont laïques.

Soldat Tadjik à la frontière avec l’Afghanistan

Au Turkménistan, le régime politique est autoritaire et le pays bénéficie d’une certaine homogénéité ethnique. 85% de la population est d’ethnie turkmène et le pays a une politique d’assimilation de longue date. Cependant, les tensions entre les clans et les provinces sont nombreuses et les prix bas des hydrocarbures depuis 2015 ont provoqué une relative instabilité socio-économique. Cependant, Gurbanguly Berdimuhamedow dit « Arkadag » (le « patron protecteur »), préside le pays depuis 2006 et il n’y a ni opposition politique ni de courant d’islam politique.

En Ouzbékistan, l’attentat à la voiture piégée de 2004 à Tachkent, attribué au parti Hizb ut-Tahrir[2], a conduit à une répression sanglante du président Islam Karimov en 2005 à Andijan, dans la Vallée de Ferghana. Son successeur Shavkat Mirziyoyev[3] organise plusieurs sommets régionaux sur la coopération régionale et sécuritaire concernant la situation en Afghanistan et la Russie instaure un dialogue entre l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Turkménistan sur ces questions (Lincot, 2016). L’Ouzbékistan a des enclaves tadjikes sur son territoire, elles représentent 10 millions d’habitants pour une population totale de 32 millions d’habitants. Il y a des volontés d’autonomie dans la région de Mouniak, près de la mer d’Aral, qui est proche du Kazakhstan, et dans la région sud de Boukhara, qui est proche du Turkménistan.

Au Tadjikistan, la région nord-ouest de Sughd (anciennement Leninabad) limitrophe de l’Ouzbékistan est une zone de tensions séparatistes, c’est aussi le cas de la région montagneuse à la pointe du Gorno-Badakshan (qui représente 40% du territoire pour 3% de la population). La frontière avec l’Afghanistan est une zone de trafics clandestins. L’enclave de Vorjuk (point nord-est de la frontière kirghize) est une zone de tensions ethniques et économiques entre les populations tadjike et kirghize. Le président Emomalii Rahmon, au pouvoir depuis 1992, mène une politique de sécularisation forcée depuis 2009, politique renforcée depuis 2015 : interdiction d’aller à la mosquée pour les mineurs, contrôle des imams et des sermons, interdiction du port du foulard à l’école. Les velléités entre les groupes Gharmis-Basmchis (qui ont rejoint les forces islamistes en 1992) et les forces de sécurité agitent Khorog et la vallée du Rasht, au centre du pays. Seul parti islamiste autorisé en Asie centrale, le Parti de la Renaissance islamique est désormais interdit, et son influence est limitée (moins de 5% et aucun siège aux élections législatives de 2015).

Exercices antiterroristes entre le Tadjikistan et l’Ouzbékistan

Les pays d’Asie centrale sont moins des terres de djihadisme actif que de recrutement, en raison du désespoir social, de la répression anti-religieuse et anti-islamiste. Au niveau macro-régional, l’Afghanistan et le Waziristan (la zone tribale du Pakistan) sont les principales sources de menace. Au total, environ 190 citoyens turkmènes (identifiés en Syrie en 2013), 1.400 citoyens tadjiks et 3.500 citoyens ouzbeks, ainsi que les combattants ayant transité par d’autres pays, se battent en Irak et en Syrie dans les rangs d’Al-Qaida ou de l’Etat islamique (EI). (Dolo, 2018) Les réseaux djihadistes d’Asie centrale peuvent représenter une menace à la fois pour la Chine, directement sur son territoire, et pour la stabilité interne des États d’Asie centrale frontaliers. La stabilité de ces pays est fondamentale pour le succès des projets BRI car les routes eurasiennes les traversent.

La situation en Afghanistan s’est détériorée depuis le retrait des forces de l’OTAN en décembre 2014. L’Afghanistan a une frontière avec le Turkménistan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et la Chine. Par conséquent, la Chine s’est engagée dans un processus de paix avec l’Afghanistan depuis 2014, pour sécuriser sa frontière ouest, grâce à un soutien financier et matériel important et à des visites officielles de haut niveau. La Chine est active dans le Dialogue trilatéral Chine-Afghanistan-Pakistan, le Processus d’Istanbul et le Groupe de coordination quadrilatéral (QCG Afghanistan, Pakistan, Chine, États-Unis). Depuis 2016, un « mécanisme quadrilatéral de coordination et de coopération » (Afghanistan, Chine, Pakistan, Tadjikistan) a été mis en place pour protéger les frontières nord-est grâce à des patrouilles conjointes. La Chine a ouvert en 2018 une base militaire au Badakhstan[4] à la frontière tadjike. Le Tadjikistan est donc au cœur du mécanisme sino-afghan de coopération militaire. La frontière entre le Badakhstan et la Chine est longue de 76 kilomètres, mais c’est une zone montagneuse infranchissable pour les véhicules militaires. Le Badakhstan est plus accessible depuis la Chine en passant par la région du Pamir (Tadjikistan) et il semble que des véhicules militaires chinois traversent le territoire du Tadjikistan pour atteindre le Badakhstan et effectuer leurs patrouilles. La coopération bilatérale entre la Chine et le Tadjikistan vise le contrôle et la protection des frontières, la formation et l’échange d’informations (Bailleux, 2019). De nombreuses visites officielles de haut niveau ont eu lieu en 2016 dans le cadre de la coopération antiterroriste. En septembre 2016, un accord a été signé pour le financement et la construction par la Chine de 11 avant-postes à la frontière tadjik-afghane, la création d’un centre de formation pour les garde-frontières et un exercice antiterroriste bilatéral conjoint de 5 jours près de la frontière afghane. En septembre 2017, un accord d’échange d’informations a été signé « un partenariat stratégique global ». Une coopération similaire a été établie avec le Kirghizistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan.

Wang Yi menant une rencontre sur l’antiterroriste avec ses homologues Pakistanais et Afghan

Ainsi, il existe une coopération croissante entre la Chine et les pays d’Asie centrale, mais son action se limite à la sécurité, à la lutte contre le terrorisme et à la protection des frontières. Il s’agit plus une politique de stabilisation qu’une domination militaire.

Concurrence entre la Chine et la Russie pour le marché de l’armement et l’industrie de la défense en Asie centrale

La Chine transfère également des armes vers les pays d’Asie centrale dans le cadre de la protection des frontières. Elle a transféré des équipements non létaux (systèmes de communication et de transport) au Kazakhstan et, en 2016, des drones Wing Loong à deux bras. Elle a transféré des fusils sniper (années 2000), des systèmes de scanner mobiles pour les contrôles aux frontières (2009) vers l’Ouzbékistan et vendu (mais la vente n’est pas confirmée par les gouvernements) un Wing Drone Loong et système de défense aérienne FD-2000. Les transferts d’armes chinoises vers le Kirghizistan et le Tadjikistan sont limités. Concernant le Turkménistan, la Chine est devenue en 2016 son premier fournisseur d’armes, dépassant la Turquie et la Russie, fournisseurs traditionnels. Pékin a vendu au Turkménistan, des véhicules tout-terrain, des drones cibles (II-250), deux Wing armé Drones Loong, un drone CH-3 armé, des systèmes de télécommunications, des radars YLC-18 et YLC-2V, 3 systèmes de défense aérienne, FM-90 (HQ-7B), KS-1A (HQ-12) et FD-2000 (HQ9). Le Turkménistan veut, grâce à cette nouvelle relation avec la Chine, contrebalancer sa dépendance vis-à-vis des équipements russes. (Julienne, 2018). Les tableaux 1 et 2 soulignent le fait que les exportations d’armes de la Chine vers l’Asie centrale représentent un faible pourcentage de ses exportations totales d’armes. En outre, par rapport à la Russie, les montants sont faibles. Le Turkménistan est une exception en raison de sa politique de diversification. Cependant, il y a une concurrence entre la Chine et la Russie pour certains équipements. En 2006, la Chine a vendu le JF-17 Fighter avec un élément russe au Pakistan. Cela a causé des tensions diplomatiques entre la Russie et l’Inde, le deuxième acheteur. La Chine a utilisé les roquettes antichars soviétiques RPG-7P et les technologies de canon d’assaut PK10. Elle est également suspectée de copier des missiles antinavires et des moteurs d’avion, le chasseur SU 17 UBK et des armes air-air et air-sol.

Cependant, la Russie a signé un contrat avec la Chine en 2015. Pékin devient alors le premier acquéreur étranger du S-400 Triumph14. Ces dernières années, la Russie a installé des S-300 et S-400 dans des zones stratégiques pour l’armée russe (Extrême-Nord et Extrême-Orient). La vulnérabilité du pays, le risque de frappes aériennes contre des infrastructures vitales ont fait de l’équipement S-400 une priorité de la politique de défense russe. Le gouvernement russe n’a pas voulu exporter le S-400 car le coût politique était trop élevé (le HQ-9 chinois est une copie du S-300 russe, non-respect de la propriété intellectuelle). Cependant, le souci de répondre à la concurrence chinoise dans le segment antiaérien explique le choix russe d’exporter la technologie S-400. L’État russe joue un rôle clé dans la promotion des S-400 en accordant des prêts d’État aux clients étrangers. (Facon, 2019). La Russie a également vendu l’avion Sukhoi Su-35, avion de combat polyvalent (code OTAN Flanker-E). La Chine a acheté 24 Su35BM en 2015, les 4 premiers ont été livrés en décembre 2016, et le dernier mi-avril 2019. La Chine entre également sur les marchés d’Asie centrale avec des drones de surveillance et de combat car la Russie ne produit pas de drones.

Cependant, il existe aussi une relative diversification des pays d’Asie centrale vers d’autres partenaires. Cela peut être vu comme une émancipation des deux géants russe et chinois et une affirmation sur la scène internationale dans le domaine de la sécurité et de la défense. Le Kazakhstan collabore avec l’Afrique du Sud pour des programmes spatiaux et la plate-forme de lancement kazakhe de Baïkonour a été utilisée pour le lancement des satellites sud-africains. Les deux pays ont également signé un contrat pour la production et la maintenance de véhicules militaires blindés. Le Kazakhstan et Israël ont également signé un accord de coopération en matière de sécurité. Israël est un allié traditionnel des États-Unis, le Kazakhstan s’écarte donc ici de la sphère d’influence russo-chinoise. (Vierge, 2014)

Pays2010201120122013201420152016201720182019
Kazakhstan5045755428441198163267305
Kirghizistan4913114
Tadjikistan8193
Turkménistan271355613175036
Ouzbékistan30
Tableau 1 : Exportations d’armes depuis la Russie (2010-2019) en millions de dollars
Pays2010201120122013201420152016201720182019
Kazakhstan923
Kirghizistan1
Tadjikistan3
Turkménistan2304
Ouzbékistan15107
Tableau 2 : Exportations d’armes depuis la Chine (2010-2019) en millions de dollars américains

Coopération militaire sino-russe 

La Chine et la Russie coopèrent dans le domaine militaire. Les dirigeants politiques et les stratèges militaires se réunissent régulièrement au plus haut niveau. Les sujets concernent les menaces communes (le terrorisme) et la « menace américaine ». Ils participent à des exercices militaires et de sécurité conjoints. En 2018, la Chine a participé aux « Vostok war games » russes, les plus importants depuis 1981[5]. C’était la première participation de l’Armée populaire de libération chinoise (APL) aux exercices militaires stratégiques annuels de l’armée russe. Les deux marines nationales ont participé à des manœuvres conjointes pour la première fois en Méditerranée en 2015 et en mer Baltique en 2017. Des navires militaires russes ont participé à des exercices avec la Chine en mer de Chine méridionale en 2016. Il existe également une coopération universitaire avec échanges de professeurs et de chercheurs dans le domaine de la défense. Les élites politiques russes et chinoises se méfient des États-Unis et de leurs alliés qui, selon eux, soutiennent les changements de régime politique par des révolutions. Moscou et Pékin considèrent les alliances militaires des États-Unis en Asie comme une menace : la doctrine militaire de la Russie désigne l’OTAN comme la première source de dangers militaires. 

Cependant, la Russie et la Chine ne forment pas une alliance militaire au sens strict du terme, et chaque pays estime pouvoir assurer sa propre sécurité à court terme et travaille sur ses capacités nationales de dissuasion nucléaire.

Cependant, la Russie reste l’acteur principal dans le domaine de la sécurité en Asie centrale

La Russie créé le Traité de sécurité collective en 1992, remplacé en 2002 par l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC)[6]. L’organisation est dirigée par la Russie et comprend le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, Ouzbékistan (1994-1999, 2006-2012), le Bélarus et l’Arménie. L’OTSC est une alliance militaire exclusive (un membre ne peut pas être membre d’une autre alliance), et prévoit qu’une agression contre un membre est considérée comme une agression contre tous. En 2009, une Force de Réaction Rapide (FRR) est créée (surnommée « le Pacte de Varsovie d’Asie centrale »). La force conjointe de réaction rapide sert à « repousser une agression militaire, mener des opérations antiterroristes, lutter contre la criminalité transnationale et le trafic de drogue, et neutraliser les effets des catastrophes naturelles. » En outre, la Russie a intensifié l’échange d’expériences, les initiatives de coopération, les exercices, et les acquisitions de matériel militaire depuis fin 2017. Les services de renseignement russes, ouzbeks et les tadjiks déploient des moyens en Syrie pour contrôler les réseaux de recrutement et limiter l’exposition des jihadistes en Asie centrale. 

L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) a été créée en 2001 à l’initiative de la Chine pour développer la coopération économique et sécuritaire entre ses membres. Ce n’est pas une alliance militaire comparable à la OTSC. Cependant, c’est une plateforme de coopération pour la sécurité régionale. Lors des discussions du groupe de Shanghai, avant même la création de l’OCS, la Chine a abordé la lutte contre les « trois forces » (terrorisme, séparatisme et extrémisme religieux). Il existe une coopération militaire au sein de l’OCS, mais elle se limite au des exercices annuels conjoints de « mission de paix ». Cependant, ces exercices ne permettent pas l’intégration des chaînes de commandement, ni l’interopérabilité des forces. Au cours de ces exercices, les forces armées nationales travaillent côte à côte selon un scénario et des objectifs communs, mais pas de manière intégrée. L’OCS ne dispose pas d’une force de réaction rapide commune, contrairement à l’OTSC. Cependant, elle dispose d’une structure antiterroriste régionale qui institutionnalise la coopération dans la lutte contre le terrorisme. Créée en 2004 et basée à Tachkent, Ouzbékistan, c’est une plate-forme d’échange d’informations entre les armées, la police et les services de renseignement des États membres (Julienne, 2018). 

En conclusion, il existe une division des rôles en Asie centrale, la Russie joue le rôle du principal fournisseur de sécurité et la Chine « dirige » l’intégration économique régionale.

Sécurité Asie Centrale Sécurité Asie Centrale Sécurité Asie Centrale Sécurité Asie Centrale Sécurité Asie Centrale


[1] Parti salafiste panislamique financé et influencé par les pays du Golfe et qui compte jusqu’à 100 000 partisans en Ouzbékistan.

[2] Successeur d’Islam Karimov, président depuis 2016.

[3] Province autonome du Xinjiang à l’ouest de la Chine.

[4] Le Badakhchan est une province du nord-est de l’Afghanistan dont la capitale est Fayzabad. C’est un ancien khanat (royaume turc ou mongol, dirigé par un khan) fondé en 1657, peuplé de Tadjiks, annexé à l’Afghanistan en 1873.

[5] En 1981, Ronald Reagan devient président des Etats-Unis, en pleine Guerre Froide. Les jeux de 2018 ont lieu durant une période de tensions entre la Russie et les pays de l’OTAN. 

[6] http://www.operationspaix.net/13-fiche-d-information-de-l-organisation-otsc.html


Par Margaux Maurel – Diplômée de l’EDHEC, spécialiste des Nouvelles Routes de la Soie et de l’Asie centrale. Elle a travaillé pour la Commission Économique et Sociale pour l’Asie pacifique des Nations Unies, au bureau régionale pour l’Asie centrale et du Nord.