Par Huanran YANG – Traductrice pour l’OFNRS. L’initiative la ceinture et la route, d’un montant de plusieurs milliards de dollars, pourrait avoir un impact sur les emplois offerts aux diplômés des écoles de commerce chinoises titulaires d’un MBA

L’initiative la ceinture et la route (BRI) est le plus grand projet d’infrastructure proposé par la Chine et pourrait modifier profondément le marché du travail des titulaires de MBA dans le pays. Cette initiative de 900 milliards de dollars a été lancée par le président Xi Jinping en 2013, dans le but d’accroître les échanges commerciaux et de stimuler la croissance économique en Asie et au-delà.

Inspirés des anciennes routes commerciales chinoises de la « Route de la soie », les projets de l’BRI s’étendent de la Grèce au Sri Lanka et comprennent la construction de chemins de fer, de ports et de centrales énergétiques. De tels projets ambitieux ont le potentiel de créer d’énormes changements dans le paysage économique mondial. Pour y arriver, la BRI aura besoin d’un grand nombre de main-d’œuvres mais aussi de gestionnaires talentueux : c’est dans ce sens qu’interviennent les écoles de commerce chinoises.

Pour savoir ce que la BRI signifie pour les MBAs en Chine, nous nous sommes entretenus avec le Dr Andrew Yuen, maître de conférences et directeur associé d’E-learning pour les programmes de MBA à l’Université chinoise de Hong Kong (CUHK).

Une expertise de l’initiative la ceinture et la route

De nombreuses écoles de commerce chinoises font tout leur possible pour adapter les étudiants au nouvel environnement économique et aux opportunités de carrière créées par la BRI. À CUHK, par exemple, les étudiants en MBA peuvent en apprendre davantage sur la BRI et sur ce qu’elle représente pour eux.

« En 2020, l’école de commerce CUHK lance un nouveau cours axé sur l’initiative la ceinture et la route et l’écosystème de la Greater Bay Area (GBA)« , explique Andrew.

En plus d’apprendre à connaître la BRI en classe, les étudiants ont la possibilité de s’initier aux expériences des professionnels chinois qui sont directement impliqués dans l’initiative.

« Les conférenciers invités qui sont des experts des affaires chinoises, en particulier de la BRI et du GBA, sont invités à partager leur expériences précieuses avec nos étudiants« , note Andrew.

Plus tard dans le module, les étudiants du MBA se rendent à Khorgos au Xinjiang, au Kazakhstan, pour acquérir des expériences pratiques de la BRI. Situé à la frontière entre le Kazakhstan et la Chine, Khorgos abrite un « port sec« . Ici, les marchandises chinoises sont transportées par trains vers l’Europe. « Pendant le voyage, les étudiants ont l’occasion de rencontrer des officiels du gouvernement local et des chefs d’entreprise, ainsi que des représentants de la chambre de commerce chinoise« , explique Andrew.

Au cours de ces rencontres, les étudiants ont pu comprendre les derniers projets de la BRI menés dans le pays. « Les étudiants ont également visité la frontière entre la Chine et le Kazakhstan pour observer l’importance du commerce transfrontalier entre les deux pays« , ajoute Andrew.

Les défis de la BRI

Au début de l’épidémie de COVID-19, la BRI a ralenti. De nombreux pays le long de la ceinture et la route, comme la Russie, ont fermé leur frontière avec la Chine. « À court terme, il est inévitable que l’initiative soit ralentie« , déclare Andrew. « La pandémie a presque gelé les différents types de coopération économique internationale et les flux internationaux de personnes« .

Mais si le gouvernement chinois peut travailler avec les pays de la ceinture et la route pour contenir l’épidémie, cela jettera une base solide pour les relations futures, estime-t-il.

Emplois pour BRI & MBA

Dans les années à venir, nous pouvons nous attendre à voir se poursuivre d’autres projets d’infrastructure de grande ampleur comme le port sec de Khorgos. « Il s’agira notamment de chemins de fer, de ports maritimes, d’installations énergétiques et de services publics« , explique Andrew. Les emplois seront ainsi crées avec la même proportion que ces projets de grande portée, ajoute-t-il.

« Ces projets créent des opportunités commerciales dans le cadre de la gestion de projets, le financement de projets, la gestion des risques d’assurance, la construction, la gestion des installations de transport, et plus encore« , explique Andrew.

Grâce à leurs compétences en gestion de projet et à leur sens aigu des finances, les titulaires d’un MBA seront bien armés pour jouer ces rôles.

Les infrastructures qui sont en train d’être construites sont en plein essor et rendront également plus accessibles les ressources locales. De nombreux pays de l’initiative la ceinture et la route sont riches en pétrole, en gaz naturel et en minéraux. Lorsque ces réserves deviendront plus accessibles, de nouvelles opportunités seront apportées dans les domaines de l’extraction et de la chaîne d’approvisionnement.

« Étant donné la croissance économique stimulée par la BRI, ces pays deviendront également de nouveaux marchés potentiels pour les entreprises exportatrices chinoises« , estime Andrew.

L’entrée sur un nouveau marché amène des risques, et ces entreprises auront besoin d’employés dotés de compétences multiples ; les diplômés du MBA des écoles chinoises seront bien armés pour assurer ces fonctions .

À la CUHK, par exemple, les étudiants du programme MBA peuvent suivre des modules de gestion en marketing et en stratégie, qui couvrent des sujets tels que la segmentation et le ciblage des marchés.

En bref, les opportunités pour les diplômés de MBA créées par l’initiative la ceinture et la route sont significatives et diverses, estime Andrew. Il serait un bon choix de s’impliquer dans les initiatives de la ceinture et la route pour les diplômés de MBA en Chine à la recherche d’un rôle ambitieux et influent.