Interview de Giulia Iuppa, diplômée de l’Université pour les étrangers de Sienne (Italie), passée par l’Université Meiji (Japon), Tsinghua de Pékin ( Chine) puis à l’Université Ca’ Foscari de Venise (Italie). Ses recherches portent sur les relations inter-étatiques en Asie du Nord-Est et leur influence sur l’UE, la politique étrangère et la diplomatie économique du Japon, ainsi que le défi représenté par l’initiative chinoise « Belt and Road » pour l’UE.

Quels sont selon vous les principaux avantages de l’initiative à la fois pour l’UE et la Chine?

G.Iuppa : Les descriptions officielles de la BRI en tant qu’initiative globale mentionnent cinq domaines dans lesquels non seulement la Chine et l’UE, mais aussi tous les pays concernés pourraient en bénéficier : La coordination des politiques, la connectivité des installations, le commerce et les investissements, la coopération financière et les échanges humains. Le principal avantage du développement des infrastructures concerne l’interconnectivité accrue, puissant moteur de la croissance mondiale et de la redistribution des richesses. En outre, cela entraînera une réduction des coûts et du temps de transport, ainsi qu’une diminution des risques de flux commerciaux tels que les blocages causés par les conflits ou le terrorisme.

L’initiative présente des gains économiques et politiques considérables, en particulier pour la Chine, car la BRI pourrait potentiellement rediriger une grande partie de l’économie mondiale vers l’Asie. En fait, selon les communiqués politiques de la Chine, Pékin vise à élargir les marchés d’exportation chinois, à promouvoir le RMB en tant que monnaie internationale et à réduire les tarifs commerciaux, les coûts de transport et les barrières réglementaires. En outre, pour financer la BRI, Pékin a injecté une énorme quantité de capitaux dans la Banque de développement chinoise et la Banque d’import-export de Chine ( EXIM) qui se caractérisent par de faibles coûts d’emprunt et de faibles taux d’intérêt afin que les entreprises travaillant sur la BRI puissent profiter de ces prêts bon marché.

Quant à l’Europe, le développement des infrastructures pourrait incontestablement accroître les échanges au sein de l’UE, ce qui renforcera à terme son économie – si elle rejoint la BRI en tant que front uni. L’adhésion à la BRI avec un plan conscient et solide permettra à l’UE de négocier dans une position favorable pour pousser ses propres exigences telles que les normes environnementales. En outre, les marchés chinois devenant plus accessibles pourraient stimuler les exportations vers la Chine et créer plus d’emplois dans toute l’Europe. Au fil du temps, le déficit commercial pourrait se réduire et de nouvelles possibilités de coopération bilatérale pourraient apparaître dans les pays tiers.

La BRI aidera-t-elle à sortir les régions les plus pauvres de Chine de la pauvreté ?

G.Iuppa : L’un des objectifs de la BRI était censé stimuler le développement dans la région occidentale qui était largement exclue du boom économique en comparaison aux régions côtières. De ce fait, les provinces les plus pauvres devraient tirer le meilleur parti de la connectivité des infrastructures avec l’Asie centrale et au-delà. Cependant, certains obstacles majeurs semblent résider avec les faibles niveaux de mobilité de la main-d’œuvre (peu de travailleurs chinois semblent disposés à s’installer dans ces régions) ainsi qu’avec le faible – quoique croissant – montant des investissements de la Chine destinés à l’Asie centrale et la région du sud Caucase. En effet, la majeure partie des investissements est dirigée vers l’Asie du Sud, l’Asie du Sud-Est et la Russie et les provinces orientales et côtières de Chine sont celles qui bénéficient actuellement le plus de l’initiative. 

Comment l’Europe / l’UE peut-elle exploiter l’énorme potentiel de ce projet ? De quelle manière cela ouvrira-t-il de nouveaux marchés pour la Chine (et peut-être l’UE) ?

G.Iuppa : Quelques considérations préliminaires sont nécessaires avant que l’UE ne réfléchisse à la manière de saisir les opportunités que présente la BRI. Pékin et Bruxelles ont leurs propres ajustements à mettre en œuvre s’ils ont l’intention de coopérer les uns avec les autres. Tout d’abord, l’UE devrait rapidement décider d’une approche commune concernant la Chine pour éviter de devenir un marché périphérique en raison de politiques non coordonnées. Les priorités des membres de l’UE devraient se concentrer sur la protection du marché commun européen contre les distorsions du marché chinois causées par le manque paradoxal d’ouverture et de concurrence à la participation étrangère à la BRI ; et la lutte contre la concurrence sur les marchés tiers.

Par conséquent, l’UE pourrait construire un récit basé sur sa longue histoire réussie de promotion de la connectivité en termes de renforcement des capacités et de cadres et normes réglementaires via la stratégie de connectivité de l’UE vers l’Asie. Ce faisant, l’UE pourrait réaffirmer son expertise dans ces domaines et définir la tendance de tout type de coopération future avec la Chine. En fait, la Chine devrait s’aligner sur les principes réglementaires de l’UE si elle entend approfondir le marché européen; étudier et mettre en œuvre les cas existants d’économie mixte en Europe afin que le monopole des entreprises publiques l’économie chinoise ne se traduise pas par des distorsions de marché dans le marché européen commun. En effet, l’un des plus grands atouts de l’Europe, le marché libre, a permis aux entreprises chinoises d’entrer et d’opérer librement en Europe. Par contre, Les entreprises européennes peinent à investir en Chine en raison des barrières que présente ce marché. Par conséquent, la transparence, la faisabilité et la durabilité des projets BRI pourraient être améliorées en exportant l’expertise européenne qui pourrait par conséquent ouvrir la voie aux entreprises européennes pour traiter les projets chinois sur un pied d’égalité.

Souhaitez-vous voir l’Europe / l’UE approfondir ses liens avec la Chine?

G.Iuppa : Dans un ordre mondial en évolution rapide, la principale menace pour l’UE concerne la préservation de ses valeurs et de son modèle social. L’adaptation aux réalités économiques changeantes devrait alors être considérée comme une priorité. Compte tenu de la pertinence des relations économiques UE-Chine ainsi que de la présence culturelle chinoise dans les pays européens, il semble important de donner la priorité au développement d’une relation plus équilibrée.

Avez-vous des inquiétudes concernant l’expansion économique et politique de la Chine ? Et les coûts considérables ? 

G.Iuppa : La Chine a déjà utilisé sa diplomatie économique pour atteindre des objectifs politiques. Par exemple, en 2008, il a annulé les contrats d’Airbus lorsque la France a accueilli le Dalaï Lama; en 2010, elle a exclu la Norvège du marché chinois lorsque Liu Xiaobao a reçu le prix Nobel; il a limité les exportations de terres rares vers le Japon en représailles d’un incident maritime dans le cadre du différend sur la mer de Chine orientale. Par conséquent, l’expansion économique et politique croissante de la Chine pourrait par la suite accroître son influence sur l’UE. La Chine pourrait essayer d’exploiter l’interdépendance économique pour influencer l’élaboration des politiques de l’UE ou agir via des comportements que Pékin désapprouve. En outre, si les pays européens ne mettent pas rapidement en œuvre une approche commune à l’égard de la Chine, un tel manque de coordination pourrait éventuellement affaiblir le marché commun.

En effet, la Chine pourrait tirer parti des divergences au sein des États membres de l’UE concernant leurs positions à son égard. En 2012, le ministère chinois des Affaires étrangères a lancé l’ancienne plate-forme 16 + 1 (désormais 17 + 1) pour promouvoir la coopération entre la Chine et les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) qui ont désormais reconnu l’amélioration du niveau de développement. Les pays des PECO envisagent favorablement une coopération renforcée vis-à-vis de la Chine et, surtout après la crise économique et financière, se tournent vers les marchés chinois plus dynamiques et moins saturés. En revanche, les pays d’Europe occidentale perçoivent l’intérêt de Pékin pour l’Europe de l’Est comme une tentative de reproduire la stratégie militaire romaine divide et impera dont la Ceinture et la Route incarnent les moyens à cet effet. Par conséquent, la coordination entre les différents membres se révélera incontestablement difficile, car des positions différentes imprègnent l’UE.

À l’heure actuelle, la plupart des entreprises européennes sont trop critiquent sur l’initiative et le débat politique s’est concentré sur le piège de la dette perçu plutôt que d’envisager des opportunités commerciales. Il semble pourtant que la BRI soit considérée comme l’initiative de développement la plus ambitieuse depuis 1944 et la création des institutions de Bretton Woods. Sans compter que la Chine investit massivement dans le projet pour combler le manque de développement des infrastructures à travers le monde. La Chine semble être extrêmement confiante dans le succès de cette initiative car elle n’a déclaré aucune limite aux sorties de fonds destinées à la BRI. Mais celle-ci ne sera finalement considérée comme réussie que si la Chine a un retour sur investissement et si la majorité des pays engagés en bénéficient.

Soutenez-vous les efforts de Poutine pour lier son union économique eurasienne à la BRI ?

G.Iuppa : L’Union économique eurasienne (UEE) a beaucoup à offrir à la Chine car les États membres de l’UEE ont un excédent de ressources naturelles. La Russie convoite spécifiquement l’accès au marché chinois en tant que partenaire énergétique alternatif plus sûr, en raison des sanctions américaines et européennes après l’annexion de la Crimée, en 2014, qui restent en place. La majeure partie des investissements de la BRI sont actuellement dirigés vers la Russie dans les secteurs du pétrole et du gaz. Cette liaison entre le deuxième plus grand producteur de gaz au monde et la deuxième plus grande économie du monde produit des résultats concrets sous la forme d’un important pipeline, «la puissance de la Sibérie», qui reliera en fait la Sibérie à la Chine. Cependant, un exploit technique aussi impressionnant insinue davantage un choix géopolitique à une époque où la suprématie des États-Unis diminue mais ne disparaît pas.

La perception croissante de Washington et de Pékin en tant qu’adversaires stratégiques pourrait probablement étendre les intérêts chinois pour davantage de lieux de coopération entre Pékin et Moscou, y compris dans le domaine de la sécurité. Néanmoins, Gazprom a refusé de rechercher des financements chinois pour éviter les pièges de la dette et conserver son leadership. Les infrastructures du pipeline ont dû être construites à partir de zéro, car le pipeline part d’une des régions les plus inhospitalières du monde et les bénéfices de ce projet ne seront pas attendus avant son achèvement entre 2022 et 2025. Selon les statistiques de Gazprom, Le gaz russe vendu à l’Europe reste le plus rentable.

Lien de l’interview en anglais : https://www.eureporter.co/frontpage/2020/02/18/china-beltroadinitiative-seen-as-most-ambitious-development-initiative-since-1944/