Le corridor sino-pakistanais face à l’enjeu sécuritaire

L’Asie du Sud est reconnue comme une région marquée par l’instabilité, le sous-développement économique et les conflits. Lorsque des voies de coopération menant au développement sont recherchées, elles renforcent naturellement les perspectives d’une région plus forte et stable. La visite du président chinois Xi Jinping au Pakistan en 2015 a fait naître l’espoir d’une telle stabilité pour le Pakistan dans les années à venir. Le corridor économique proposé reliera la province chinoise du Xinjiang avec le port pakistanais de Gwadar à travers un réseau de routes d’environ 3000 km, fournissant au Pakistan son infrastructure économique indispensable, en particulier des centrales électriques.

Le corridor économique sino-pakistanais est situé à la jonction de la ceinture économique de la route de la soie et de la route de la soie maritime du XXIe siècle. C’est donc un projet majeur de l’initiative « Belt and Road ».

Pékin craint que, sans développement économique et stabilisation, le Pakistan et l’Afghanistan compromettent la sécurité sur le flanc nord-ouest de la Chine. Le corridor économique a également pour objectif de contribuer au développement économique de la région du nord-ouest de la Chine, à majorité musulmane, en la reliant à Gwadar, un débouché plus proche de tout port côtier chinois. La Chine s’est engagée à conclure des accords de développement d’une valeur d’environ 46 milliards de dollars, ce qui équivaut à environ 20% du PIB annuel Pakistanais. Au total, le projet de corridor économique vise à ajouter environ 17 000 mégawatts de production d’électricité pour un coût d’environ 34 milliards de dollars. Le reste des fonds sera consacré aux infrastructures de transport, y compris à l’amélioration de la ligne de chemin de fer entre la mégapole du port de Karachi et la ville de Peshawar au nord-ouest.

Le plan prévoit l’achèvement de tous les projets d’ici 2030. Le corridor économique raccourcira l’itinéraire 12000 km d’importations énergétiques de la Chine en provenance du Moyen-Orient et reliant la région extrême occidentale sous-développée de la Chine au port de haute mer de Gwadar au Pakistan sur la mer d’Arabie via un réseau vaste et complexe de routes, de chemins de fer, de zones commerciales et de projets énergétiques en construction (centrales au charbon, éoliennes, solaires et hydroélectriques), dont la mise en service a démarré pour certains en 2017. Permettant d’ajouter 10 400 mégawatts d’énergie au réseau national pakistanais. Un câble à fibre optique de 44 millions de dollars entre les deux pays devrait également être construit.

La construction de ce projet de fibre optique offre des images assez impressionnante des travaux parfois dans des conditions extrêmes. 

Certains projets couvrent des zones situées dans les régions contestées du Cachemire occupé par le Pakistan (Selon l’Inde), créant des réserves d’ordre stratégique et sécuritaire à propos du corridor en provenance d’Inde. Cependant, le ministre adjoint des Affaires étrangères, Liu Jianchao, a déclaré aux médias que « le projet entre la Chine et le Pakistan ne concerne pas le différend en cours entre l’Inde et le Pakistan. En investissant massivement dans le CPEC, la Chine a tenté de satisfaire ses propres intérêts. Des projets énergétiques et d’infrastructures où les entreprises chinoises pourront les exploiter en tant qu’entités à but lucratif.

Bien que le Pakistan soit connu pour sa corruption, son militantisme, son séparatisme et sa volatilité politique, la Chine a consenti des investissements financiers considérables dans la région. Bien que trois ressortissants ou responsables chinois aient été pris pour cibles sur le territoire pakistanais (un par des insurgés Balochi [2004] et deux par des Taliban pakistanais [2008 et 2014]), des incidents isolés et des attaques contre le travail de développement dans le Région. L’une de ces attaques contre le port de Gwadar, à laquelle se sont opposés les insurgés de Balochi, avait abouti à la visite du président chinois.

Le développement de cette zone spécifique comportait une dimension antiterroriste spécifique. La Chine a été considérablement troublée par le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM), responsable de la mort de centaines de Chinois au cours des deux dernières années. Développer les régions qui relèvent du corridor, réputées pour le sous-développement et les camps d’entraînement des rebelles terroristes ouïgours situés près des frontières du Pakistan et de l’Afghanistan pourraient résoudre le problème de la dimension terroriste au Xinjiang.

Le gouvernement pakistanais ayant perçu la menace et souhaitant rassurer la Chine, il met à disposition une division de sécurité spéciale comprenant des bataillons de 12 000 hommes et des escadres de la CAF (forces armées civiles) dédiées à la protection du corridor sino-pakistanais. La division est dirigée par un major général et est composée de neuf bataillons de l’armée et de six escadres des FAC (Rangers and Frontier Corps). La formation des forces spéciales se déroule en partie dans le Centre national de lutte contre le terrorisme récemment créé à Pabbi. Le programme d’entraînement comprend des exercices de sécurité, de lutte contre le terrorisme et de renseignement.

Sans aucun doute, Gwadar – la ville portuaire du Baloutchistan au bord de la mer d’Oman – est l’épine dorsale du corridor économique sino-pakistanais (CPEC), raison pour laquelle elle est au centre de l’attention des médias. À cet égard, la prospérité du Pakistan est également liée au développement du projet de port de Gwadar. À certaines occasions, des responsables pakistanais sont allés jusqu’à affirmer que Gwadar avait le potentiel de changer le destin de toute la région. Mais le 12 mai, des militants du balouchistan ont lancé un assaut au cœur du CPEC. Trois militants armés auraient pris d’assaut le luxueux hôtel Pearl Continental à Gwadar. Les assaillants ont été tués, mais seulement après avoir tué cinq personnes à l’intérieur de l’hôtel et un soldat.

wang

Le vice-président chinois Wang Qishan a exhorté cette semaine le Pakistan à renforcer la sécurité de son principal moteur de développement dans le pays, à la suite des attentats terroristes meurtriers perpétrés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Next Post

Actualités économiques - La Chine et le Monde #11

mer Juin 19 , 2019
Astro Malaisie conclut un partenariat stratégique avec iQIYI L’opérateur malais de télévision Astro Malaysia a annoncé  avoir conclu un partenariat stratégique avec iQIYI, l’un des principaux services de divertissement en ligne du marché chinois. Dans un communiqué, Astro a déclaré que dans le cadre de ce partenariat, il détenait le […]
%d blogueurs aiment cette page :