Série Projets BRI

#11 Moments clés de la BRI en 2018 – (Partie 1)

Par Yang Mestre-Zhou

Le président a visité 13 pays

En tant que concepteur en chef de « One Belt and One Road », le président XI Jinping est sorti du pays quatre fois cette année et a parcouru plus de 110 000 kilomètres, parcourant treize pays d’Asie, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique latine. Il a participé à la réunion des dirigeants du BRICS, la réunion informelle des dirigeants de l’APEC, le sommet du G20, et à de nombreuses autres conférences internationales. Il a aussi pris part à près de 200 activités diplomatiques, dont la quasi-totalité fut sur le thème « One Belt, One Road ».

Lors de sa première visite en 2018, le président XI Jinping a choisi cinq pays asiatiques et africains : les Émirats arabes unis, le Sénégal, le Rwanda, l’Afrique du Sud et l’île Maurice. Il s’agissait également de la première visite de XI Jinping suite à sa réélection à la présidence du pays.

Parmi eux, les Émirats arabes unis, qui se trouvent à l’intersection de la route de la soie ont été l’un des premiers pays à répondre à l’initiative Ceinture et Route ( ICR), en plus d’être l’un des membres fondateurs de la Banque asiatique d’investissements dans les infrastructures (BAII ou AIIB). Le chef de l’Etat chinois s’est rendu aux Émirats arabes unis pour la première fois en 29 ans, signant officiellement un document de coopération sur la BRI afin de promouvoir sa construction dans la région du Golfe.

Le Sénégal est situé à l’extrémité occidentale du continent africain et jouit d’une situation géographique unique, qui constitue un prolongement important de la construction , notamment dans sa dimension maritime. Au cours de leur visite au Sénégal, les deux parties ont signé le document de coopération sur la BRI, plaçant le Sénégal comme premier pays d’Afrique de l’Ouest à signer ce document.

Le Portugal est la dernière étape des quatre visites du président XI Jinping. Cependant, le Portugal et la Chine ont signé un protocole d’accord pour la construction de « la ceinture et la route » et il est devenu le premier pays d’Europe occidentale à signer ce type de document. Le Portugal, situé à l’extrémité occidentale de l’Europe, sera une des portes d’entrée de la route maritime via son héritage de la grande navigation et participe activement à la construction de la « Ceinture et la Route », démontrant ainsi que cette initiative n’est pas un jeu à somme nulle et qu’elle peut rendre toutes les parties avantageuses et gagnant-gagnant. Toutefois, il sera bon de voir la réaction de l’Union Européenne qui pourrait comme elle le fait déjà en Europe de l’Est, faire pression.

À la veille de chaque visite, le président XI Jinping a publié un article signé dans les principaux médias du pays visité. Dans ces 11 articles signés avec un total de plus de 20 000 mots, « Ceinture et Route » est devenu un mot à haute fréquence, qui est apparu 30 fois au total, indiquant la direction à suivre pour la coopération au sein dece projet global incluant divers pays et régions, tout en montrant que la Chine approfondira ses réformes et élargira son ouverture sur le monde extérieur. Sa réforme ne cessera pas, et cette ouverture ne cessera pas selon les déclarations : « Nous travaillerons avec d’autres pays pour protéger fermement le système commercial multilatéral qui est au centre l’Organisation Mondiale du Commerce et à promouvoir un ordre politique et économique international vers un monde plus juste et raisonnable ».

 

4 moments diplomatiques clés 

Cette année, la Chine a organisé quatre grandes activités diplomatiques sur son sol, attirant l’attention du monde entier. Le concept de communauté de destin les traverse et les participants à la conférence se sont exprimés d’une voix forte pour initier un « souffle commun et un même destin ».

Dans le discours liminaire prononcé lors de la réunion annuelle du Forum de Boao [1]en avril 2018, XI Jinping a appelé les peuples de tous les pays à travailler ensemble pour construire une communauté de destin pour l’humanité afin de créer la paix, la tranquillité, la prospérité, l’ouverture et la beauté en Asie et dans le monde.

En juin, la 18e réunion du Conseil des chefs d’État et de gouvernement de l’OCS[2] (l’Organisation de coopération de Shanghai) à Qingdao a été le sommet le plus réussi des précédents sommets, ainsi que le premier sommet après l’expansion des Etats-Membres. Dans son discours, le président XI Jinping a souligné qu’il était nécessaire de continuer à discuter et à construire un concept de gouvernance mondiale partagée, à le réformer et à l’améliorer constamment, en encourageant les pays à travailler ensemble. Cette importante initiative a été confirmée dans la Déclaration de Qingdao et est devenue le consensus politique et l’objectif de développement futur les plus importants des huit pays de l’OCS.

« Nous sommes prêts à aller au cœur du peuple africain et à travailler dur pour construire une communauté de destin plus proche entre la Chine et l’Afrique. » En septembre, lors du Sommet de Pékin du Forum de coopération Chine-Afrique, le président XI Jinping a souligné que la Chine et l’Afrique ont déjà formé une communauté de destin commun et a présenté une nouvelle proposition sur « la construction d’une communauté de destin plus étroite entre la Chine et l’Afrique » : créer un partage des responsabilités, une coopération gagnant-gagnant, un partage du bonheur, une prospérité culturelle, un renforcement de la sécurité et une symbiose harmonieuse de la communauté de destin, ceci a fait de l’initiative Ceinture et Route : « une route vers la paix, une route vers la prospérité, une route ouverte, une route verte, une route vers l’innovation et une route vers la civilisation ».

En novembre, le premier salon international d’importation a eu lieu à Shanghai. 172 pays, régions et organisations internationales ont participé et plus de 3 600 entreprises ont exposé, battant ainsi le record d’exposant des foires internationales. Ce n’est pas une exposition classique, elle est à l’image de la Chine qui promeut une nouvelle vague d’ouverture de haut niveau et une initiative majeure pour la Chine, en ouvrant son marché au monde. Lors de la cérémonie d’ouverture, le Président XI Jinping a répété que « le rythme de la Chine pour promouvoir une plus grande ouverture ne stagnerait pas. Les efforts chinois pour construire une économie mondiale ouverte ne stagneront pas. Les efforts de la Chine pour construire une communauté de destin partagé ne stagneront pas ».

Plus de 60 pays ont rejoint le projet de l’initiative Ceinture et Route

En 2018 plus de 60 pays ont signé des documents de coopération avec la Chine pour élaborer ensemble de l’initiative Ceinture et Route, ces pays couvrent l’Asie, l’Afrique, l’Océanie et l’Amérique latine. 170 documents de coopération intergouvernementale ont été signés avec 122 pays et 29 organisations internationales.

En avril, l’Autriche a envoyé une délégation sans précédent en Chine, devenant ainsi le premier État développé, membre de l’UE, à signer un document de coopération avec la BRI. Des pays européens tels que la Grèce, Malte et le Portugal ont également rejoint le projet.  Les observateurs ont indiqué que de nombreux pays européens sont passés de « spectateurs » à « participants ». Sur les marchés d’Amérique latine, d’Europe centrale et orientale, d’Afrique et des pays arabes, ces pays européens investissent non seulement beaucoup dans le capital, mais développe aussi des échanges commerciaux approfondis. La collaboration avec la Chine sur les marchés tiers a non seulement ouvert la voie à la construction de la « Ceinture et la Route» mais  elle a également créé un nouveau modèle et a permis aux deux parties de se compléter dans la coopération tripartite et de tirer le meilleur parti de leurs avantages respectifs.

2018 est aussi l’année avec le plus grand nombre de « nouveaux visages » dans le projet de la « Ceinture et la Route ». En janvier de cette année, la Chine et l’Amérique latine ont publié conjointement la « Déclaration spéciale sur la ceinture et la route », qui marque l’extension officielle de l’initiative Ceinture et la Route  en Amérique latine.

Plus d’une dizaine de pays d’Amérique latine, dont le Chili, l’Uruguay, le Venezuela, la Bolivie et l’Équateur ont signé un document de coopération BRI avec la Chine». Le Trinité-et-Tobago et la Chine ont signé un Mémorandum d’accord sur le thème « Rejoindre la ceinture économique de la Route de la soie et la construction d’une route de la soie maritime au XXIe siècle », il s’agit du premier document de coopération de la « Ceinture et la Route » entre la Chine et les pays des Caraïbes. L’Amérique latine et les Caraïbes sont devenues un acteur important de l’initiative Ceinture et Route.

L’Afrique est le prolongement naturel de la « Ceinture et la Route ». L’amitié traditionnelle entre la Chine et l’Afrique est profonde. Elle est désormais un bon partenaire où la Chine supplante de plus en plus les partenaires traditionnels ou historiques. La construction de la BRI constitue un nouveau pont de coopération entre la Chine et l’Afrique. En particulier, lors du Sommet du Forum sur la coopération sino-africaine tenu à Pékin en septembre 2018, 28 pays et la Commission de l’Union Africaine ont signé un document de coopération avec la Chine. Le nombre de partenaires africains dans ce projet a atteint 37, déclenchant une nouvelle vague de soutien à la participation à la construction de la BRI.

Cette année, le « nouveau visage » a entrer dans le projet est un partenaire des pays insulaires du Pacifique. Neuf pays insulaires du Pacifique, dont la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Samoa, les Fidji, les États fédérés de Micronésie, les Îles Cook et Nioué, l’un des plus petits pays du monde, ont signé des documents de coopération pertinents avec la Chine. La construction conjointe de la « Ceinture et la Route » renforcera les liens et les interconnexions économiques et commerciaux entre la Chine et les pays insulaires, mais ceux entre les pays insulaires eux-mêmes et avec les autres pays du monde, leur offrant ainsi une nouvelle voie pour mieux participer au processus de mondialisation de l’économie.

En outre, en octobre 2018, l’Etat du Victoria en Australie a conclu un accord « One Belt, One Road » devenant ainsi le premier gouvernement d’État à soutenir officiellement l’initiative Ceinture et la Route.

 

[1] Le Forum de Boao pour l’Asie, lancé par 25 pays asiatiques et l’Australie (passé à 28 en 2006), a été créée le 27 février 2001 après la conférence à Boao, dans la province de Hainan, en Chine. Le forum est une organisation internationale non officielle, à but non lucratif, régulière et adressable, offrant une plate-forme de dialogue de haut niveau au gouvernement, aux entreprises, aux experts et aux universitaires pour débattre de questions économiques, sociales, environnementales et autres.

[2] L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) est une organisation intergouvernementale régionale asiatique qui regroupe la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan. Elle a été créée à Shanghai le 15 juin 2001 par les présidents de ces six pays.

0 comments on “#11 Moments clés de la BRI en 2018 – (Partie 1)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :