Série Projets BRI

#10 Chine-Equateur : Projet hydroélectrique Coca Codo Sinclair

La centrale hydroélectrique Coca Codo Sinclair est le plus grand projet énergétique de l’histoire de l’Équateur. Situé dans le bassin amazonien, à 100 km à l’est de Quito, la capitale de l’Équateur, entre les provinces de Napo et de Sucumbíos, le projet de 1 500 MW est un développement au fil de l’eau sur la rivière Coca.

Elle devrait produire en moyenne 8,63 GWh par an, fournissant environ 44% des besoins en électricité du pays.

Soutenu par une volonté politique forte, le projet est présenté comme une pièce maîtresse du nouveau plan énergétique de l’Équateur, qui vise à remplacer l’énergie thermoélectrique issue de combustibles fossiles par de l’énergie hydroélectrique renouvelable et les importations énergétiques en provenance du Pérou et de la Colombie.

Le promoteur et le propriétaire du projet est Cocasinclair EP (Coca Codo Sinclair EP), une entreprise  appartenant à l’État, créée en 2010.

La construction du projet de 2,6 milliards de dollars a débuté en 2010 et s’est achevée en 2016, créant 3 000 emplois directs et 15 000 emplois indirects. Il réduira également les émissions de CO2 de 4,5 millions de tonnes par an. Les quatre premières des huit turbines sont entrées en service en avril 2016, tandis que les turbines restantes au second semestre de 2016.

Un tunnel effondré sur le site de construction de l’usine a tué 13 personnes et en a blessé 12 en décembre 2014. Il a également endommagé partiellement les canalisations haute pression à l’intérieur de la salle des machines.

Details

Le projet hydroélectrique Coca Codo Sinclair avait été proposé au début des années 1980, mais n’a pas pu être mis en œuvre en raison de l’éruption du volcan Reventador en 1987 et des contraintes financières.

En 2007, le président de l’Équateur, Rafael Correa, a repris le projet et la société italienne Electroconsult a été mandatée pour une nouvelle étude de faisabilité.

En février 2008, Coca Codo Sinclair SA a été créée en tant que co-entreprise entre la compagnie d’électricité publique équatorienne, Termopichincha, 70%, et Energia Argentina (Enarsa), 30%.

L’Équateur a ensuite racheté la totalité de la participation d’Enarsa pour 5,5 millions de dollars en septembre 2009. La société publique Cocasinclair EP a ensuite été créée pour le développement du projet.

Financement 

Coca Codo est financée par la prêts à 63%, et par fonds propres, à 37%. La Banque d’import-export de Chine finance 85% de son capital avec un prêt de 1,68 milliard de dollars sur 15 ans, les fonds restants provenant du gouvernement équatorien.

Conception de la centrale 

Le projet est en cours de développement dans une région où la rivière Coca coule dans une grande courbe avec une pente naturelle de 620 m.

Le complexe d’adduction d’eau est situé sur la rivière Coca, à 1 km en aval du confluent des rivières Quijos et Salado. Il comprend un barrage en enrochement en béton construit sur le chenal de la rivière, un déversoir en béton construit sur la rive gauche du fleuve. Le bassin de sédimentation et la prise d’eau aménagés entre le barrage et le déversoir.

L’eau détournée de la prise d’eau passe par le bassin de sédimentation de 120 m de long et passe par un tunnel de 24,8 km de long en béton, avec un diamètre d’excavation de 9,1 m, dans le réservoir de compensation, dont le volume utile est de 800 000 m³.

L’eau du réservoir de compensation est acheminée par deux conduites forcées de 1 900 m de long vers les huit turbines Pelton installées dans la centrale souterraine, qui mesurent 26 mx 50 mx 192 m. Une caverne parallèle de 16,5 mx 33 mx 192 m abrite 24 transformateurs monophasés de 68,3 MVA chacun et une sous-station de 500 kV.

Le chemin d’accès à la centrale mesure 495 m de long, 6,5 m de large et 7,5 m de haut. Un tunnel de canal de fuite achemine de l’eau dans la rivière Coca.

Acteurs 

Les documents de candidature pour le projet Coca Codo Sinclair ont été élaborés par Hogan & Hartson, un cabinet d’avocats basé à Washington DC, aux États-Unis.

Sinohydro-Andes JV a remporté le contrat d’ingénierie, de construction et de passation de marchés (EPC) en octobre 2009. Ce consortium comprend la société chinoise Sinohydro (89%), la société équatorienne Coandes (8%) et les sociétés de conseil Yellow River et Geodato (3%).

Un contrat de gestion et d’inspection d’un montant de 72,4 millions de dollars, d’une valeur de 66 mois, a été attribué en avril 2011 à un consortium mexicano-équatorien composé de la compagnie d’électricité mexicaine Comision Federal de Electricidad (CFE), de trois bureaux de consultants en ingénierie, ainsi que de Consultora Vera y Asociados et Ingenieros Consultores Asociados en Équateur.

La société chinoise Harbin, associée à Andritz Hydro, a remporté le contrat portant sur la fourniture d’équipements électromécaniques, ainsi que de canaux et de buses Pelton. La société est également responsable du concept hydraulique et du test du modèle.

En mai 2013, Nexans a été mandatée pour fournir des câbles électriques à haute tension supplémentaires afin de relier le projet au réseau électrique local.

Sinohydro a passé un contrat avec Sedicon en avril 2014 afin de fournir un équipement d’enlèvement des sédiments aux dessaleurs. La société livrera 40 unités SediCon Sluicer, qui élimineront plus de 5,44 millions de tonnes de sédiments par an.

Marti Norge a fourni un système de convoyage de 26,9 m, tandis que Holcim a fourni du ciment.

Risques 

L’usine Coca Codo Sinclair est connectée au système national interconnecté ( SNI) de l’Équateur, qui distribue de l’énergie dans tout le pays.

L’énergie générée par la centrale est acheminée vers le réseau national par l’intermédiaire de deux lignes de transport de 500 kV, l’une d’entre elles allant de la sous-station Cocasinclair à la sous-station El Inga, qui est reliée au SNI.

Le projet toucherait environ 2 000 personnes. Les principales controverses portent sur l’assèchement des chutes San Rafael, la plus haute chute d’eau de l’Équateur, et sur la construction de routes menant au site du projet, qui ont entraîné une déforestation dans la réserve de biosphère de l’UNESCO, Sumaco.

0 comments on “#10 Chine-Equateur : Projet hydroélectrique Coca Codo Sinclair

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :