La Chine encourage le Japon à rejoindre l’initiative « Ceinture et route » au 14ème Forum annuel Tokyo-Pékin.

Des hauts responsables gouvernementaux japonais et chinois se sont rencontrés lors d’un symposium de deux jours qui a débuté dimanche à Tokyo, signe supplémentaire d’un dégel apparent dans les relations entre les deux puissances asiatiques.

Lors du 14ème Forum annuel Tokyo-Pékin organisé dans un hôtel de la capitale, Wei Jianguo, vice-président du Centre chinois pour les échanges économiques internationaux, a révélé qu’environ 1 000 personnes participeraient à la cérémonie de signature de plus de 60 projets communs impliquant des entreprises japonaises et chinoises, lorsque le Premier ministre Shinzo Abe se rendra à Pékin plus tard ce mois-ci.

Ces projets sont tous conçus pour développer conjointement des marchés de «pays tiers» dans des pays autres que la Chine et le Japon.

Les projets communs comprennent la construction d’une usine de raffinage du pétrole au Kazakhstan et d’une installation de production d’énergie solaire aux Émirats arabes unis, qui sera l’une des plus grandes au monde, a déclaré M. Wei par l’intermédiaire d’un traducteur japonais.

Au cours du symposium, les autorités chinoises ont maintes fois exhorté le Japon à promouvoir conjointement les projets de développement des pays tiers dans ce que certains considéraient comme une poussée de Pékin pour que Tokyo rejoigne son ambitieuse initiative  » La Ceinture et la Route », centrée sur des projets d’infrastructure de grande envergure en Asie centrale, en Europe et en région indo-pacifique.

« Actuellement, les relations sino-japonaises ont un élan tourné vers l’avenir« , a déclaré l’ambassadeur de Chine au Japon, Cheng Yonghua, lors de son discours au symposium. « Les contacts à haut niveau ont été maintenus et les échanges dans divers domaines ont été renforcés« , a-t-il ajouté.

Le Japon et la Chine ont toujours des « divergences d’opinions » sur certaines questions, mais les deux pays doivent maintenant contrôler les frictions en « construisant une confiance mutuelle » grâce à la compréhension mutuelle avec un esprit rationnel, a souligné l’ambassadeur.

Yasutoshi Nishimura, secrétaire général adjoint du gouvernement, s’est généralement félicité des récentes améliorations apportées aux relations bilatérales entre les deux pays. Mais il a également noté que Tokyo et Pékin avaient convenu de promouvoir des projets de pays tiers « conformes aux normes mondiales« . Tokyo a depuis longtemps exhorté Pékin à accroître la transparence de ses efforts en matière d’infrastructures à l’étranger et à ne pas accorder des prêts trop importants à des pays en développement qui n’auraient pas la capacité de les rembourser.

Nishimura a également affirmé qu’il n’y aurait pas de « réelles améliorations » dans les relations sino-japonaises sans la « stabilisation de la situation en mer de Chine orientale« , faisant allusion au différend territorial concernant un groupe d’îlots contrôlés par le Japon dans la zone que Tokyo appelle les Senkaku, mais qui sont également revendiqués par la Chine où ils sont connus sous le nom de Diaoyu.

Les relations bilatérales entre Tokyo et Pékin étaient très tendues après la nationalisation par le Japon de certains des Senkaku à l’automne 2012. En réponse à cette décision, Pékin a commencé à envoyer des navires dans les eaux entourant des îlots inhabités.

Récemment, cependant, les relations des deux pays se sont améliorées, en organisant la visite de trois jours de M. Abe à Pékin, à compter du 25 octobre, qui comprendra une réunion au sommet avec le président chinois Xi Jinping.

Au cours du symposium, Nishimura a également exhorté la Chine à lever l’interdiction d’importer des produits alimentaires japonais de la préfecture de Fukushima et des zones environnantes, qui a été mise en œuvre après la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011.

« Si (l’interdiction) est levée, cela enverra un grand message au peuple japonais » et améliorera encore les relations bilatérales, a-t-il déclaré.

« Nous espérons que vous aurez des consultations positives (avec le Japon) sur la base de preuves scientifiques« , a ajouté Nishimura.

Le symposium annuel, qui a débuté en 2005, a été organisé par l’organisation non gouvernementale Genron NPO, basée à Tokyo.

Le groupe a mené une enquête d’opinion le mois dernier et a constaté que 42,2% des Chinois interrogés dans 10 grandes villes avaient déclaré avoir une « bonne » impression du Japon, en hausse de 10,7 points par rapport à l’année dernière.

Les experts affirment que l’augmentation spectaculaire du nombre de touristes chinois visitant le Japon au cours des dernières années a probablement contribué à améliorer leur impression du pays.

Dans le même temps, 86,3% des Japonais interrogés dans le pays ont déclaré avoir une «mauvaise» impression de la Chine, en baisse de 2 points par rapport à l’année dernière. Seulement 13,1% ont déclaré avoir une «bonne» impression, en hausse de 1,6 point, selon le sondage.

L’enquête a été menée auprès de 1 000 Japonais âgés de 18 ans ou plus et 1 548 Chinois adultes dans des villes comme Beijing, Shanghai, Guangzhou, Chengdu, Shenyang et Xi’an.

Source ; Japan Times

Publicités

Catégories :Asie Orientale, Diplomatie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s