L’Italie va aider la Chine à investir en Afrique pour lutter contre l’immigration.

Le gouvernement populiste de droite italien, élu sur une plate-forme eurosceptique, anti-institutionnelle et anti-immigration, a mis en avant un certain nombre de politiques «sévères contre les migrants» depuis son arrivée au pouvoir au début du mois de juin. Mais une idée en particulier, partagée cette semaine lors de l’annonce d’un nouveau groupe de travail, fait évoluer l’ensemble du débat.  Le lundi 20 août, le ministère du développement économique a annoncé le lancement d’une Task Force China, qui promouvra les investissements et les partenariats chinois en Italie. L’annonce précise comment l’Italie prévoit d’investir davantage dans le pays grâce à des réductions d’impôts et autres incitations fiscales et que des entreprises italiennes participent à des projets d’infrastructure liés à l’ initiative la ceinture et la route . Le plus frappant est le dernier point de l’annonce, qui se lit comme suit: « Renforcer la coopération avec la Chine en Afrique. La Chine peut aider l’Italie à résoudre le problème de l’immigration en aidant l’Afrique». Le raisonnement est que les investissements chinois favorisent la croissance africaine et empêchent donc l’émigration. Cela fait écho à la « nous allons les aider dans leur propre maison » slogan adopté depuis longtemps par les politiciens italiens confrontés à des sentiments anti-migrants populiste, mais il introduit une touche nouvelle : Aidons la Chine à les aider. Aucun détail sur la façon de procéder n’est proposé dans l’annonce. Michele Geraci, sous-secrétaire au développement économique, dirige le nouveau groupe de travail. Connue pour sa position peu critique à l’égard du géant asiatique, Geraci a déjà présenté la Chine, dans un article de blog , comme exemple de la sécurité publique, de l’économie et des migrations. interne. Le post a suscité une réponse indignée des universitaires italiens de Chine, qui ont contesté l’idée d’une panacée chinoise. Malgré les critiques, Geraci a maintenant mis en avant, en tant que politique gouvernementale, l’idée assez peu testée d’aider un pays étranger à investir sur tout un continent. Dans cette annonce, il n’est pas fait mention de consultations avec les chefs d’État africains sur cette idée. Les controverses entourant les investissements chinois à l’étranger sont également à questionner, et de nombreuses personnes pensent qu’elles  conduisent les pays à s’endetter , notamment en Afrique.

 

Publicités

Catégories :Afrique, Europe du Sud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s