Morales sous le charme des trains chinois et de la BRI

Au-delà de cela, il a souligné plusieurs domaines dans lesquels les deux nations vont intensifier leur coopération: l’armée et la défense, la construction et le lancement de satellites.

Dans une interview avec le quotidien bolivien La Razon, publiée le 18 juillet, l’ambassadeur de Chine Liang Yu a souligné que la Bolivie et la Chine étaient des « partenaires stratégiques », une association consolidée durant le mois de juin. Pour Morales et la Chine, il n’y a pas de limite au potentiel de leur coopération.

De plus, la participation officielle de la Bolivie à l’initiative Belt and Road « comprend tout« , a-t-il souligné, et a indiqué que « la Chine a également démontré son intérêt et sa volonté de coopérer pour construire le corridor ferroviaire biocéanique » que la Bolivie a planifié depuis plusieurs années. Bien que Morales ait souligné que le financement du projet serait des partenariats privé-public-privé, ou PPP, et qu’un consortium d’entreprises européennes fournirait des fonds, les remarques de Liang ajoutent une nouvelle dimension au projet.

L’ambassadeur a déclaré que lorsque Morales était en Chine, il a pris le train à grande vitesse de Pékin à Tianjin, et a été tellement impressionné par sa conduite qu’il a souhaité que le chemin de fer biocéanique fonctionne à la même vitesse. Bien sûr, a poursuivi Liang, la Chine possède le plus grand réseau de trains à grande vitesse du monde et la technologie la plus avancée pour les construire. Regardez le Tibet, souligna-t-il, où la Chine a construit des trains à grande vitesse et dont la topographie alpine est très similaire à celle de la Bolivie.

Au-delà de cela, il a souligné plusieurs domaines dans lesquels les deux nations vont intensifier leur coopération: l’armée et la défense, la construction et le lancement de satellites, et la coordination des politiques au Conseil de sécurité de l’ONU, entre autres. En outre, a t-il dit, d’ici la fin de l’année, la Bolivie devrait être prête à devenir membre de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), ce qui facilitera grandement le financement des projets d’infrastructure dans le pays.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Next Post

La ceinture et la route arrive en Afrique de l'Ouest

mar Juil 24 , 2018
la Chine cherche à faire avancer les objectifs stratégiques: faire entrer l'Afrique de l'Ouest dans l'orbite de la «ceinture et de la route» et consolider l'influence dans une région historiquement dominée par les Français.
%d blogueurs aiment cette page :