Le Japon profitera t-il vraiment de la BRI ?

TOKYO – Le Japon, la Chine et la Corée du Sud ont convenu lors d’une réunion au sommet le 9 mai de promouvoir le libre-échange multilatéral, en gardant à l’esprit que l’administration américaine du président Donald Trump penche pour le protectionnisme.

japonBRI
Li Keqiang, Shinzo Abe et Moon Jae à Tokyo pour le sommet trilatéral. Photo: Reuters

Le Premier ministre Shinzo Abe et son homologue chinois Li Keqiang ont convenu lors de leur sommet bilatéral de renforcer la coopération entre leurs deux pays dans les secteurs du renforcement des infrastructures et des finances.

Les milieux d’affaires japonais sont enthousiastes à l’idée de développer les opportunités d’affaires en Chine pour les entreprises japonaises, et placent les attentes élevées de coopération entre les gouvernements japonais et chinois dans le renforcement des liens économiques bilatéraux.

« Le marché chinois est en pleine croissance et nous aimerions y investir des ressources avant qu’il ne soit trop tard« , a déclaré Akio Toyoda, président de Toyota Motor Corp.

Cependant, Tokyo et Pékin se disputent l’initiative d’élaborer des règles commerciales en Asie. De plus, la Chine vise à obtenir la coopération du Japon et de la Corée du Sud en tant que stratégie pour obtenir une position avantageuse dans ses négociations avec les États-Unis dans le contexte de l’intensification des frictions commerciales sino-américaines.

Malgré l’accord sur la coopération économique annoncé, il n’y a aucune perspective sur le fait que le Japon et la Chine feront des réalisations spécifiques dans ce domaine.

« La coopération économique et commerciale entre la Chine et le Japon est en train de se transformer en une nouvelle phase« , a déclaré le Premier ministre chinois Li, soulignant les résultats obtenus lors du sommet bilatéral.

Dans le domaine des infrastructures, l’attention s’est portée sur la coopération du Japon dans le cadre de la politique de la zone économique chinoise «Une ceinture, une route».

Le Premier ministre Abe et Li ont convenu lors d’une réunion en tête-à-tête le 9 mai que les deux pays établiront un forum conjoint public-privé pour la coopération dans les projets d’investissement dans les pays tiers.

Pékin promeut l’initiative la ceinture et la route pour étendre son influence en Afrique et en Amérique du Sud. La Chine tente apparemment d’impliquer le Japon dans la politique afin de renforcer l’influence de Pékin dans le monde.

Les milieux d’affaires japonais espèrent que si les entreprises japonaises peuvent participer à des projets de grande envergure dans le cadre de la ceinture et la route, cela permettra d’élargir les opportunités d’affaires pour les entreprises japonaises.

Cependant, le gouvernement japonais se méfie de la BRI qui pourrait faire baisser l’influence du Japon en Asie et dans d’autres régions du globe.

Le Japon a donné la priorité à la construction d’infrastructures de haute qualité dans le cadre de sa coopération au développement dans les économies émergentes afin d’aider ces pays à protéger leur environnement et à soutenir leur autonomie.

Dans le domaine financier, la Chine a décidé d’accorder au Japon un quota d’investissement de 3,4 trillions de yens sur la base du yuan chinois, permettant aux institutions financières japonaises et aux autres entreprises d’acheter des actions et des obligations libellées en yuan sur le marché chinois. Cependant, comme les institutions financières européennes et américaines ont déjà obtenu un tel quota, il reste à voir combien les entreprises japonaises, qui sont restées à la traîne par rapport à leurs homologues occidentales, bénéficieront du nouveau quota.

Sur le plan commercial, le Japon, la Chine et la Corée du Sud ont convenu de promouvoir les négociations sur les accords de libre-échange et ceux sur le Partenariat économique régional global (RCEP) auxquels participent 16 pays, dont ces trois pays.

Pourtant, le Japon prend l’initiative du pacte de libre-échange du Partenariat transpacifique dans le but de créer une zone économique de haut niveau dans laquelle les droits de douane seront considérablement réduits et les droits de propriété intellectuelle pleinement protégés.

La Chine appelle à la libéralisation progressive des pourparlers de la RCEP, tout en gardant à l’esprit la protection des industries nationales du pays. En raison de ces différences, la coopération entre Tokyo et Beijing dans le commerce devrait rencontrer des difficultés.

The Mainichi, 9 mai 2018.

 

Publicités

Catégories :Asie Orientale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s